Navigation – Plan du site

Présentation

Compte-rendu de la journée d’étude "Le parti Libéral au Royaume-Uni hier et aujourd’hui"
Cheikh N’Guirane

Texte intégral

1Le 18 Mars 2011, une journée d’étude sur le thème : « Le parti Libéral au Royaume-Uni hier et aujourd’hui / The Liberal Party in Britain 1906-­1924 Past and Present » était organisée conjointement par le MIMMOC (Université de Poitiers) et le Groupe de Recherches Anglo-Américaines de Tours (GRAAT). Nous en proposons ci-dessous un compte rendu qui ne restitue qu’une partie seulement des nombreuses et riches échanges de cette journée.

2À partir d’une brève présentation des intervenants, Susan Finding (Directrice du MIMMOC) a lancé la réflexion en présentant les principales caractéristiques du thème de la journée : l’historique du parti libéral, son déclin à travers la confrontation de Lloyd George et Asquith, le parti libéral face au suffragisme des femmes et sa politique économique. Toutes ces caractéristiques ont fait l’objet d’une analyse profonde de la part des intervenants allant de la période 1906 jusqu’à 1924.

3En ouverture, Kenneth O. Morgan, Baron of Aberdyfy, Fellow of the British Academy, nous a livré un exposé intitulé ‘The new Liberal party from dawn to downfall, 1906-1924’. L’étude de Lord Morgan sur le parti Libéral s’est structurée comme suit : le parti Libéral avant la guerre, durant et après la guerre. En outre, M. Morgan a fait un diagnostic de l’évolution du parti libéral c’est-à-dire de son apogée en 1906 jusqu’à son déclin en 1924.

4Avant d’entrer dans le vif du sujet, Lord Morgan, invité d’honneur de la journée, a dressé une brève comparaison du parti Libéral sous Asquith et du parti Travailliste d’Attlee de 1945. Sur cet aspect comparatif, il a montré qu’il y a une grande différence d’autant plus que le gouvernement d’Asquith s’était établi avant la première guerre mondiale en 1906 alors que celui d’Attlee s’était formé après la seconde guerre mondiale (1945) et devait confronter une phase de reconstruction.

5Poursuivant son analyse du parti Libéral avant la guerre, Kenneth Morgan a présenté le contexte historique avec Asquith et Lloyd George comme figures de proue. Le règne des libéraux à partir de 1906, rappelle t-il, a coïncidé avec une période d’anxiété : la question de l’économie, de la sécurité nationale, le problème du chômage, de la pauvreté et la crainte de l’échec de la suprématie industrielle britannique face à l’Allemagne et les États Unis. À cela s’ajoute la question des femmes qui n’était pas seulement lié au vote mais aussi à leur statut et leurs conditions de vie. Ainsi, le gouvernement d’Asquith d’alors devait faire face à des grèves, des manifestations, à la montée de la classe ouvrière, et au développement des associations syndicales dans la société britannique.

6Lord Morgan a ensuite dressé une comparaison pour montrer comment Asquith et Lloyd George étaient différents. Asquith, ‘the English insider’, est né dans une famille de manufacturiers du Lancashire ; il a été un étudiant à Balliol College (Oxford). Lloyd George, ‘the Welsh outsider’, qui n’a jamais été à l’université, est issu d’une famille galloise. Également, les deux hommes sont différents de par leurs femmes, nous confie M. Morgan. Asquith a épousé une bourgeoise anglaise et Lloyd George une femme galloise issue de la campagne. Sur ce point, M. Morgan rapporte sous forme anecdotique le commentaire humoristique de l’époque selon lequel Asquith était proche de sa femme et lui disait tout, alors que Lloyd George racontait tout aux femmes des autres.

7Sur le plan des idées politique, les deux hommes montraient un petit différend bien qu’ils ont fondé une alliance très puissante. Leurs divergences d’opinions commencèrent avec la question de l’impérialisme. La guerre des Boers en Afrique du Sud a montré la position anti-impérialiste de Lloyd George qui s’est opposé ; Asquith par contre était un partisan de l’impérialisme. Malgré cette divergence Asquith et Lloyd George ont formé un partenariat aussi véritable que celui établit par Tony Blair et Gordon Brown. La preuve de leur partenariat, ajoute M. Morgan, apparait en 1912 quand Lloyd George était accusé de corruption à travers l’établissement de stations de télégraphe sans fil sur toute l’étendue de l’empire. Asquith a non seulement gardé son chancelier de l’Echiquier mais l’a aussi défendu avec succès.

8En 1909, cependant, le gouvernement d’Asquith était confronté à des problèmes qui l’ont poussé vers la chute. Parmi ses problèmes, énumère Lord Morgan, il y avait la question social (la pauvreté, le chômage, l’assurance), la question du foncier, la pression des femmes réclamant le vote, la menace d’une guerre civile en Irlande entre les Catholiques au sud et les Protestants au nord et l’opposition farouche des conservateurs. Ces préoccupations poussèrent ainsi Lloyd George à proposer le ‘people’s budget’ (budget du peuple) qui devait être fondé sur les taxes (les revenues, l’alcool, le tabac, le foncier, et le pétrole) sur les grandes propriétés et les héritages. Ceci a conduit le gouvernement Libéral, malgré l’opposition de la chambre des Lords, d’entamer la procédure juridique du ‘Parliament Act’ leur donnant les moyens de promouvoir leur programme social comprenant assurance maladie et chômage.

9Les initiatives de Lloyd George, selon les dires de Kenneth Morgan, étaient une nécessité politique pour redorer l’image du parti Libéral : « the Liberal Party has lost ground since 1906 and needed to recapture it ». C’est la raison pour laquelle les idées de Lloyd George ont été conçues comme étant du ‘New Liberalism’. Avec cet élan de ‘New Liberalism’ Lloyd George a ainsi apporté beaucoup d’idées nouvelles, ce qui fait dire à M. Morgan que l’année 1913 a battu le record de toutes les exportations que la Grande Bretagne a effectué.

10Ainsi arriva la guerre… Poursuivant toujours son analyse chronologique du parti Libéral, Lord Morgan, a fait savoir que la première guerre mondiale a provoqué une tension grandissante dans le parti entre Lloyd George, Asquith et leurs partisans respectifs. Au début de la guerre bon nombres des libéraux étaient anti-war. Ils étaient plutôt partisans de la démocratie, d’une politique étrangère raisonnée. La conséquence a été l’éclatement d’une véritable scission en 1916. Lloyd George rompt avec un grand nombre des membres du Parti et fonda une coalition dominée par les conservateurs. Ainsi après la guerre en 1914, les libéraux étaient divisés, d’une part il y avait les « correlation liberals » et d’autre part les « independant liberals ».

11Les « correlation liberals », composés de Lloyd George et des conservateurs, discutèrent d’un remaniement du gouvernement et s’engagèrent à mettre sur place une instance chargée des questions de la guerre dans laquelle Asquith ne fut pas membre. Cet alignement de Lloyd George avec les conservateurs et la création de l’office pour guerre créèrent encore de vives tensions dans le parti Libéral. Lloyd George soutenu par plusieurs libéraux en plus des conservateurs oblige Asquith à démissionner en 1916 et le remplace comme premier ministre. De ce constat, Lord Morgan utilise la notion de ‘downfall’ pour caractériser le début de la ruine dans le parti Libéral.

12Suite à cela Lord Morgan aborda la dernière phase de son intervention axée sur les réformes engendrées par le New Liberalism, Lloyd George et les tentatives de fusion avec les conservateurs, la fragmentation du parti et enfin le déclin. Sur l’aspect des réformes, M. Morgan souligna tout d’abord l’arrivée de Wilson Churchill dans le gouvernement, puis la réforme sur l’éducation ‘the big education act’, la ‘National Insurance Act’, l’introduction du vote des femmes au dessus de trente ans en 1918. Cependant les tentatives de fusion avec les conservateurs ont échoué et ont aiguillonné par la suite des tensions. M. Morgan souligne à cet effet que les libéraux pensaient que le gouvernement avait un caractère trop conservateur. Par contre, les conservateurs reprochaient au gouvernement de Lloyd George d’être trop radical. Cette fragmentation fit perdre au parti Liberal beaucoup de circonscriptions électorales et joua en faveur du parti Travailliste.

13Et Lord Morgan de conclurequ’à la fin les conservateurs s’étaient rebellés contre Lloyd George, les libéraux eux même partent divisés vers les élections (62 libéraux du coté d’Asquith et 53 avec Lloyd George). À cela s’ajoute le cas de Churchill transfuge du parti Conservateur, vers lequel il allait retourner. Cette fragmentation conjuguée aux problèmes sociaux, le cas de l’Irlande, la question du foncier et les conséquences de la guerre marquèrent le déclin du Parti libéral.

14Vient ensuite l’intervention de Myriam Boussabha Bravard de Paris Diderot- Paris 7 à travers l’intitulé ‘Le parti Libéral et les femmes : Quelles femmes pour quel parti ?’. Mme Bravard a débuté son intervention par la lecture d’un discours de Millicent Garrett Fawcett « Women’s Suffrage » prononcé le 6 Décembre 1872 au Town Hall de Birmingham. Ce discours qui traite du suffragisme britannique, de la position du parti libéral par rapport aux femmes, a permis de présenter brièvement Millicent Garrett Fawcett et a donné à l’audience un aperçu du sujet à traiter.

15L’analyse de Mme Boussabha Bravard a porté sur des points suivants : les enjeux du suffragisme avant et après 1906, le panorama du suffragisme et de ses organisations politiques entre 1906- 1914, les suffragistes sont-elles antilibéral ou bien le gouvernement libéral est-il anti-femme ?, quel citoyenneté pour les femmes et quel libéralisme pour le parti Libéral. Il convient de noter que Myriam Boussabha Bravard a axé son analyse sur la période 1906-1914.

16Mme. Boussabha Bravard a rappelé d’abord que Millicent Garrett Fawcett était une libérale comme ses sœurs ; elle avait convaincu ses parents à se "convertir" au libéralisme et avait épousé un député libéral. C’était aussi un suffragiste très radical vis-à-vis du parti libéral car pour elle le parti Libéral ne reconnaissait aux femmes la pratique de leurs droits. Autrement dit, les femmes étaient maintenues dans un déterminisme biologique et social hors de la citoyenneté mais aussi hors de l’histoire. En outre le suffrage des femmes était considéré comme une revendication sociale. Les suffragistes, dont Garrett Fawcett, taxaient le parti Libéral de n’avoir rien fait pour les femmes. C’est dans cet optique que Millicent Garrett Fawcett avait mi sur place la fédération des sociétés suffragistes dont l’ambition était territoriale mais aussi fondé sur la diversité des profils de femmes. Fawcett en tant que présidente de la National Union of Women’s Suffrage militait pour le vote féminin dans les mêmes conditions que les hommes.

17Le militantisme de Millicent Garrett Fawcett et l’implication des autres femmes face au gouvernement d’Asquith de 1906, passait par des pétitions, réunions, manifestations, publications de tracts et d’opuscules etc. Mme la professeure fait remarquer à ce niveau que la publication de la National Union of Women’s Suffrage prenait en compte deux étiquettes : « law abiding », et « non-party », respectueuse de la loi et sans affiliation partisane. Néanmoins, Mme Boussabha Bravard en évoquant la NUWS, se concentre ensuite sur les divisions que suscite la question du suffrage au sein de cette dernière. Mme Boussabha Bravard poursuit que les old suffragistes furent remplacés par les new suffragistes à travers le Women’s Social and Political Union (WSPU) dirigé par Emmeline Pankhurst. Les ’new suffragists’ forçaient ainsi le gouvernement à faire une proposition de loi. En 1909, les femmes décrètent une grève de la faim en prison en plus des boycotts et du refus de payer l’impôt.

18Les suffragistes sont-elles antilibérales ou les libéraux sont-ils anti-femmes ? Pour répondre à ces interrogations, Mme Boussabha Bravard a dressé de manière comparative un bref rapport des femmes aux partis Conservateur, Travailliste et Libéral. Selon elle, les Travaillistes et les Conservateurs ont recruté en masse des femmes. Garrett Fawcett signa une alliance électorale en 1912 avec le parti Travailliste qui a accepté d’inscrire dans son programme le vote des femmes. Ainsi les Travaillistes ont réussi là où les libéraux ont échoué. Car les libéraux ont utilisé les femmes comme instruments politique. Par conséquent, 18.000 femmes, rapporte Mme Boussabha Bravard, ont démissionné du parti Libéral.

19À la question ‘les libéraux sont-ils anti-femmes ?’, la réponse de Mme Boussabha Bravard semble mitigée d’autant plus que Gladstone était anti- suffragiste, Asquith l’était aussi car il voulait un suffrage universelle masculin pour garantir son maintien au pouvoir. Mais Asquith était entouré de Lloyd George et de Churchill qui se disaient partisans du suffragisme. En 1918 sous l’auspice de Garrett Fawcett le droit de vote fut accordé à certaines femmes. En 1928, le suffrage universel féminin fut acquis. L’année suivante (1929) Garrett Fawcett meurt. Bravard ajoute à ce titre que Fawcett n’est pas devenu conservatrice à l’image d’Emmeline Pankhurst dont le statut est honoré par tous les premiers ministres conservateurs. Au terme de son intervention, Myriam Boussabha Bravard a fait remarquer que malgré son militantisme, Millicent Garrett Fawcett ne pouvait pas sauver le parti libéral de la disparition.

20La matinée s’est terminée par une présentation du professeur Richard Davis de l’Université de Lille 3 Charles de Gaulle à travers l’intitulé ‘Conservative liberals and a liberal Labour Party ? The Identity Crisis of the British Liberal Party, 1906-1924’. Dès le début de son analyse M. Davis a souligné que son intitulé fait suite à une série de questionnements posés par ses étudiants à propos du libéralisme : Is Liberalism what liberals do ? Who were the true liberals? What it meant to be a Liberal and how it differed from the Labour or Conservative? À partir ces interrogations, M. Davis a dressé une ligne de démarcation entre le parti Libéral, Conservateur et Travailliste en plus de la définition étymologique de la notion de “liberalism”. Et ceci dans le but de montrer la crise d’identité qui a secoué le parti Libéral.

21Dans sa tentative de définition, M. Davis a fait remarquer que le libéralisme en tant que concept philosophique est à distinguer du libéralisme en tant que système de gouvernement dont l’objectif est d’assurer la liberté. M. Davis avance ainsi que la notion de libéralisme, vu sous l’angle du Parti Libéral de 1906 à 1924, montre un contraste saisissant d’ordre théorique et pratique. En effet, explique M. Davis, la scission au sein du parti Libéral a créé une divergence d’approche du concept de libéralisme. Ceci s’explique par le fait qu’il a eu l’émergence d’un ‘nouveau libéralisme’ dirigé par Lloyd George. Ce ’nouveau libéralisme’ aurait rompu avec le libéralisme gladstonien qui favorisait le laisser-faire, l’équilibre budgétaire et le libre-échange. À cela s’ajoute l’alliance avec les Conservateurs qui a engendré deux groupes au sein des libéraux : les ‘correlation liberals’ et les ‘Independent liberals’. Ces facettes, affirme M. Davis, ont conduit à distinguer deux courants au sein du parti Libéral : les vieux libéraux et les nouveaux libéraux. Evoquant la thèse de Hobshouse, M. Davis a souligné que le vieux libéralisme défendait la réalisation de la démocratie politique tandis que les New Liberals œuvraient pour une démocratie sociale tout en prônant des mesures interventionnistes.

22Dans son intervention, M. Davis a également dressé une ligne de démarcation entre les partis Conservateur, Travailliste et Libéral. Ainsi à la question ‘Is Liberalism what liberals do ?’, M. Davis a répondu par la négative. Car selon lui il y eu certaines idées que l’on retrouve aussi bien chez les libéraux que chez les Conservateurs et Travaillistes. En outre, malgré la corrélation entre le Lloyd George et les Conservateurs, il y a eu un fossé idéologique. C’est ce que M. Davis a essayé de montrer à travers l’expression ‘Conservative Liberals’. M. Davis a présenté l’évolution du parti Libéral de 1906 à 1924 dans le but de montrer la crise d’identité qui a résulté des scissions en son sein, du cataclysme de la guerre, des réformes adoptées, et de l’alliance d’une partie du parti libéral avec les Conservateurs.

23L’après-midi a commencé avec l’intervention de Mme Catriona McDonald, Glasgow Caledonian University, sur le sujet ‘The Radical Thread: Liberalism and the rise of Labour in Scotland 1886-1924’. Dans sa communication Mme McDonald a passé en revue l’émergence du parti travailliste en Scotland dans un contexte de déclin du parti Libéral. Cette émergence du travaillisme en Scotland est analysée comme une branche radicale face au Libéralisme. L’ascension du parti travailliste entre 1886 et 1924 en Scotland et le déclin du parti libéral dans la même période constituent, selon Mme MacDonald, des événements politiques très marquants. S’appuyant sur des chiffres, MacDonald a expliqué l’enjeu de l’électorat en Scotland. Par exemple dit-elle, en 1922 la branche travailliste a gagné 29 sièges au parlement face au parti Libéral qui en remporté 27. Son analyse s’est basée ainsi sur le rôle déterminant de Scotland qui a contribué d’une part à l’émergence du travaillisme et d’autre à la chute de l’électorat du libéralisme.

24David Singeisen, de l’Université d’Exeter, a ensuite fait le point sur la question de l’armement dans la politique du parti Libéral. À travers cet intitulé, M. Singeisen a souligné que la question de l’armement est un aspect très problématique de la politique libérale. Asquith et Lloyd George ont eu des visions différentes sur l’impérialisme, les dépenses militaires et les réformes concernant l’armée. Les positions anti-impérialistes de Lloyd George et Churchill se sont heurtées à celles d’Asquith favorables à l’impérialisme.

25La journée s’est clôturée avec la communication de Peter Sloman, de l’Université de Cambridge, excusé. M. Trevor Harris de l’Université de Tours s’est chargé de le présenter et de le lire. Dans son analyse, ‘The Liberal party and economic policy, 1918-1964’, M. Sloman a exploré la pensée économique dans la politique des libéraux allant de la période 1918 jusqu’à 1964. Le texte s’inscrit dans le cadre du thème de la journée mais a dépassé la chronologie 1906-1924. M. Sloman a d’abord souligné la complexité de l’analyse de la pensée économique des libéraux tout en faisant remarquer l’intérêt à reconsidérer l’évolution de la politique économique du parti Libéral. L’étude a également pris en compte le libéralisme face à la révolution keynésienne. M. Sloman a ainsi évoqué l’interaction de la théorie économique de Keynes en citant le ‘livre jaune’ du Parti Libéral. En gros, l’intervention a montré la théorie de Keynes ou le keynésianisme qui a en effet joué un rôle primordial dans la politique économique du Parti Libéral.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cheikh N’Guirane, « Présentation », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 7 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/748

Haut de page

Auteur

Cheikh N’Guirane

Étudiant en Master 2 Civilisations étrangères, Université de Poitiers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page