Navigation – Plan du site

5 | 2009
Le paradigme du Mur dans le monde contemporain : évolution et perspectives 1989-2009

The Wall as a contemporary global paradigm: evolution and perspectives 1989-2009
Sous la direction de Hélène YÈCHE
Berlin wall
Informations sur cette image
Crédits : mafate69, licence Creative Commons sur Flickr

Ce numéro des Cahiers du Mimmoc est issu des journées d’études du 8 et 9 octobre 2009  sur le "Paradigme du Mur" dans le monde contemporain. Les travaux présentés s’inscrivent dans les axes culturel et politique du laboratoire MIMMOC de l’université de Poitiers, dont l’objectif est d’explorer les questions de "Mémoire, Identités et Marginalités au sein du Monde Occidental Contemporain".

Vingt ans après la chute du Mur de Berlin et la disparition physique de ce que l’histoire appelait le "mur de la honte", force est de constater qu’il existe encore des murs-frontières à la surface du globe comme dans les mentalités : le paradigme du Mur, en tant que représentation du monde et traduction spatiale d’un donné conflictuel, semble même connaître depuis cette date un regain d’intérêt, qui conduit des disciplines de plus en plus nombreuses et variées à en faire usage.

Qu’il s’agisse du "mur dans les têtes" entre Ossis et Wessis qui n’a pas tardé à caractériser l’unification allemande (G.Badia, 1991) ou du "mur du déni du génocide des Arméniens" en Turquie, du mur érigé par les Etats-Unis à la frontière mexicaine pour freiner l’immigration, du mur à la fois culturel et géographique qui sépare le 9-3 de Paris intra muros, ou encore de la fracture entre deux Europes, "spectre d’un nouveau Rideau de fer" (La Stampa, mars 2009), le paradigme du Mur est loin de s’être achevé au soir du 9 novembre 1989, y compris sur le sol allemand. Il ne faut pas non plus oublier la portée artistique, souvent critique et polémique (et donc politique) du paradigme du Mur qui s’est révélée dès l’impact du 13 août 1961, dans les pratiques culturelles européennes et au-delà, et qui a continué d’évoluer depuis 1989.