Skip to navigation – Site map

Politique éditoriale

Editorial policy

Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain. Cahiers du MIMMOC est une revue électronique en libre accès proposée par le groupe de recherche MIMMOC (Mémoire(s), Identité(s) et Marginalité(s) dans le Monde Occidental contemporain) de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société à l’Université de Poitiers. L’objectif est double : améliorer la connaissance des cultures étrangères qui relèvent de nos compétences et développer la transdisciplinarité que notre positionnement à la croisée de plusieurs domaines des sciences humaines nous apporte. Les Cahiers publient des numéros thématiques qui couvrent une ou plusieurs aires géographiques et linguistiques (allemand, anglais, espagnol, grec, italien, portugais, langues slaves) et périodes historiques du monde occidental contemporain. Les langues de publication des articles sont le français et l’anglais.

Les articles soumis après appel à contribution sont envoyés dans le format préconisé (Instructions aux auteurs) au directeur de la publication et au responsable du numéro. La première étape consiste à vérifier la mise en forme de l’article selon les normes éditoriales requises et en appliquant la feuille de style commune communiquée par les responsables. Les articles sont ensuite soumis à une double lecture anonyme par des membres du comité scientifique et du comité éditorial dans un délai de deux mois. Après acceptation, les auteurs devront tenir compte des remarques dans l’avis circonstancié et retourner les articles remaniés et corrigés dans un délai de deux semaines. Avant publication, les auteurs devront également vérifier les ’épreuves’ du numéro en ligne, et avoir signé et retourné l’Autorisation de publication en ligne.

Les grands axes et la thématique du MIMMOC s’inscrivent dans les structures créées à l’époque moderne par les bouleversements de la fin du XVIIIe siècle : mémoires des traditions multiples après l’effondrement d’une tradition fondée sur le divin ; identités fondées sur la reconnaissance de la subjectivité et de l’autodétermination de l’être humain ; marginalités résultant de l’effondrement des sociétés traditionnelles d’Ancien Régime. Crises, ruptures et continuité de la fin du XVIIIe siècle à nos jours constituent l’objet de nos recherches.

Les parutions précédentes déclinent des aspects de notre problématique centrale « Mémoire-identité(s)-marginalisation » :

Numéro 1 - Février 2006, Figures de l’exclusion et de l’exil ;

Numéro 2 - Septembre 2006, Identité et territoire - 1 ;

Numéro 3 - Juillet 2007 ; Identité et territoire - 2 ;

Numéro 4 - Novembre 2007, La mixité et le refus de l’hybridité ;

Numéro 5 - Octobre 2009, Le paradigme du Mur dans le monde contemporain : évolution et perspectives 1989-2009 ;

Numéro 6 - Novembre 2010, Lieux, musiques, identités ;

Numéro 7 - Septembre 2011, Le parti libéral au Royaume-Uni hier et aujourd’hui : aux marges ou au centre ?

Les numéros à venir analyseront des concepts et phénomènes politiques et culturels liés à la thématique "Modernisation : mutations, mémoire et marges". La modernisation, processus d’évolution et d’adaptation, de réforme et de refonte, implique une adaptation des structures politiques et culturelles existantes, en réponse aux évolutions politiques, sociales et économiques. Le renouvellement et la rénovation des réseaux de pouvoir, de sociabilité et de savoirs, naissent du constat d’un décalage entre les formes antérieures de la société et les nouvelles pratiques émergentes. L’adaptation progresse sous des formes et à des vitesses différentes, la modernisation est donc plurielle. Les réponses apportées à ce constat peuvent être institutionnelles (politique au sens large) ou sociales (culturel dans son acception élargie). La modernisation sera examinée sous ses aspects de processus et de résultat, tentant d’apporter des réponses, qui s’inscrivent dans des pratiques politiques et culturelles, à des mutations structurelles et aux interactions entre les peuples, les territoires et les identités.

La thématique des prochains numéros « Modernisation : mutations, mémoire et marges » impose que les hypothèses suivantes soient abordés : Existe-t-il des espaces alternatifs au-delà de l’État-Nation ? En quoi les formes d’autonomie politique (décentralisation) ou de construction fédérale sont-elles une modernisation ? Avec quels contenus narratifs ces espaces sont-ils remplis ? Sous quelle forme le pouvoir est-il exercé et comment se modernise l’exercice du pouvoir ? Qui gouverne ? Comment les espaces de sociabilité, école, famille, et groupes sociaux, font-ils face aux évolutions ? En se modernisant, ou en se retranchant dans un schéma immobile ? Qui sont les modernisateurs ? Comment les tensions entre mémoire et modernisation sont-elles négociées ? L’écriture du passé et la politisation des arts (musique, son, images) contribuent-elles à la modernisation ou non ? Quelle est la modernité de la commémoration, des centres de mémoire, de la mémoire cultuelle. Les imaginaires culturels, les projets de société nouvelle, contribuent-ils à la modernisation ? La 3e modernité – le post-colonialisme, l’après Guerre froide, la mondialisation – a-t-elle laissé son empreinte sur les réseaux de sociabilité et de savoirs, et sur l’historiographie de ces domaines ? Dans le cadre du post-multiculturalisme, la modernisation de la société et la prise en compte du multiculturalisme sur le plan des lois et de leurs applications, dans le contexte des médias et du point de vue des groupes ethniques seront également abordées.