Navigation – Plan du site

8 | 2012
Unification allemande

German Unification
Sous la direction de Hélène YÈCHE

Faisant suite aux journées d’études du laboratoire MIMMOC dédiées en octobre 2009 au « Paradigme du Mur dans le monde contemporain. Evolution et perspectives (1989-2009) » et dont les résultats ont fait l’objet d’une publication en ligne dans le cadre du n°5 des Cahiers du Mimmoc – ce deuxième volet consacré à la mémoire de la chute du Mur de Berlin propose d’étudier l’impact des bouleversements de l’automne 1989 au-delà des frontières allemandes, en s’intéressant tout particulièrement aux conséquences de l’unification allemande en Europe au lendemain du 9 novembre 1989 et surtout après le 3 octobre 1990.

En raison du caractère inattendu et inouï de l’événement dans l’histoire européenne de la seconde moitié du XXe siècle, la chute du Mur de Berlin suscita certes l’enthousiasme, mais réveilla aussi certaines inquiétudes. On se souvient des hésitations de Margaret Thatcher et de François Mitterrand face à la perspective d’une unification allemande. Quelle fut la réaction des diverses nations européennes lors du rattachement de la RDA à la RFA en 1989-1990 ? Quel écho suscita l’événement dans les milieux intellectuels et culturels ? Comment des nations « partagées », comme l’Irlande par exemple, ont-elles accueilli la nouvelle de la chute du Mur de Berlin ? Quel rôle joua l’unification allemande pour les pays de l’ancien bloc de l’Est ? Comment des nations constituées de longue date ou dont l’unité remonte à quelques décennies à peine ont-elles accueilli le destin de l’Allemagne au XXe siècle ? Et surtout, peut-on finalement parler, en référence au Sonderweg allemand,  d’un « renouveau » du modèle allemand en Europe ?