Navigation – Plan du site

Unification : le renouveau du modèle allemand en Europe ?

Hélène YÈCHE

Texte intégral

1Vingt ans après la chute du Mur de Berlin et la mise en œuvre du processus d’unification, l’Allemagne a regagné une place de leader incontesté en Europe – celle précisément que le chœur des nations européennes craignait de la voir reconquérir au moment des événements de l’automne 1989. Quarante ans de séparation du territoire et de la nation avaient en effet conduit l’Allemagne de l’Ouest à tenir un rang certes décisif, mais – toutes proportions gardées – relativement modeste au sein de la construction européenne.

2Si l’unification a permis à l’Allemagne de regagner une place centrale sur l’échiquier européen et international, tant sur le plan économique que politique et diplomatique, une certaine retenue demeure cependant de mise. Pour certains historiens l’Allemagne a connu par le passé une évolution spécifique, qualifiée de Sonderweg ou « chemin particulier », qui caractériserait l’histoire allemande du XIXe siècle jusqu’en 1945 (Hans-Ulrich Wehler, Das Deutsche Kaiserreich. 1871-1918, 1973). La question du Sonderweg n’a pas manqué de ressurgir au moment de la chute du Mur de Berlin, sans que l’unification ne marque pour autant le renouveau du modèle allemand en Europe au sens historique du terme, mais bien plutôt l’affirmation d’un « modèle européen ».

3Comme l’analyse avec justesse Jean-François Tournadre, les Allemands se méfient de cette « supercherie sémantique » qui fait du « modèle allemand », en France en particulier, aussi bien un idéal dont il faudrait s’inspirer qu’un épouvantail alimentant trop facilement une germanophobie de principe (Rencontres franco-allemandes, Avril-Mai-Juin 2012, n°213, p. 2). Du côté allemand, cette locution figée se heurte à l’incompréhension, car pour les Allemands un « modèle », au sens de mode d’organisation politique ou social, n’est pas forcément un « modèle à suivre ».

4Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le nouvel ambassadeur de l’Allemagne à Paris insistait récemment sur le fait « qu’il n’y a pas de modèle allemand, mais qu’il y a un modèle franco-allemand » (Le Monde, 14-16 juillet 2012, p. 8). Susanne Wasum-Rainer, première femme à la tête de l’ambassade d’Allemagne en France, a pris ses fonctions fin juillet 2012 en rappelant l’importance des relations franco-allemandes, « relation unique [entre Paris et Berlin] qu’il ne faut surtout pas banaliser » et dans laquelle elle souhaite « réintroduire l’émotion ».

5C’est pourquoi la réaction des différentes nations européennes au processus d’unification du voisin allemand revêt une importance de premier plan. Afin de mieux cerner les échos suscités par le processus d’unification de l’Allemagne et ses répercussions dans nos sociétés européennes depuis deux décennies, nous avons sollicité une approche pluridisciplinaire et croisée de la période 1989-1990. Des contributions de sociologues, de géographes, d’historiens, de spécialistes de la littérature et de la civilisation issus des différentes aires linguistiques et culturelles concernées sont venues enrichir le débat.

6Une première série de contributions analyse les réactions des voisins immédiats de l’Allemagne : la France, l’Autriche et l’Italie – pays pour lesquels l’unification allemande marque une nouvelle étape décisive au sein d’une longue histoire commune, souvent conflictuelle, et dont 1989 vient raviver le souvenir. Dans un entretien liminaire, l’historien Georges Saunier, spécialiste de la politique étrangère de François Mitterrand, revient sur la réaction française au sein de la réception internationale du projet d’unification allemande. Gérard Grelle, germaniste et civilisationniste, examine la réaction autrichienne au processus d’unification du voisin allemand dans le cadre plus large d’une « reconstruction européenne », tandis que Federico Trocini, spécialiste de sciences politiques, explore la question des relations germano-italiennes dans le cadre de la post-unification en les replaçant dans la perspective de la longue durée.

7L’accueil réservé à l’unification allemande par l’opinion publique de différentes nations en Europe fait l’objet de la deuxième série de contributions : Elodie Gallet, doctorante en civilisation britannique, décrypte la réaction des médias en Angleterre à travers une étude de la presse et la télévision. Geneviève Duchenne, historienne spécialiste des relations européennes, analyse les enjeux médiatiques dont le processus d’unification de l’Allemagne fait l’objet en Belgique, tandis que Jesús Alonso Carballès, civilisationniste du monde hispanophone, présente le cas de la réception iconographique de l’unification allemande dans les médias espagnols.

8Une troisième série de contributions aborde les répercussions de la chute du Mur sur des conflits nationalistes au Pays Basque et en Irlande. Pascal Pragnère, civilisationniste, étudie comment ces deux « nations partagées » ont accueilli la nouvelle de la chute du Mur de Berlin. Philippe Cauvet, spécialiste des questions irlandaises, cherche à déterminer l’impact de la chute du Mur de Berlin à travers une analyse des débats parlementaires conduits à Dublin à l’automne 1989.

9Deux études de géographes enfin viennent compléter ce panorama dans une perspective géopolitique : Laurent Hassid examine d’une part le rôle de l’unification allemande pour les pays de l’ancien bloc de l’Est, en particulier la réaction de gratitude slovène face au processus d’unification du « voisin » allemand, tandis que Nicolas Escach revient sur l'impact moteur de la réunification allemande dans la région de la Baltique.

10Alors que l’Allemagne fait désormais face à sa « normalité retrouvée » (G. Casasus), il paraissait important d’interroger les diverses nations européennes à propos du rattachement de la RDA à la RFA : les articles qui suivent permettent de mieux mesurer, vingt ans après les événements de l’automne 1989 et du printemps 1990, l’impact du processus d’unification sur les relations de la nouvelle Allemagne avec ses différents voisins européens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène YÈCHE, « Unification : le renouveau du modèle allemand en Europe ? », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 08 novembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/929

Haut de page

Auteur

Hélène YÈCHE

Germaniste, spécialiste de littérature et civilisation allemande contemporaine (RDA, nouveaux Länder)
Maître de Conférences au Département d'Études Germaniques de la Faculté des Lettres et Langues de l'Université de Poitiers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page