Navigation – Plan du site
La réaction des voisins immédiats de l’Allemagne : France, Autriche, Italie

La réception internationale de l’unification allemande

Entretien avec Georges Saunier, historien
Georges Saunier

Texte intégral

Hélène Yèche : Fin 2010, l’Allemagne a célébré les vingt ans de l’unification, scellée le 3 octobre 1990, moins d’une année après le déclenchement inattendu de la révolution pacifique de l’automne 1989 en RDA.

Georges Saunier : Vous avez raison de signaler cette date anniversaire de 2010 dont on peut dire qu’elle est passée largement inaperçue en France. Je me demandais d’ailleurs comment les Allemands eux-mêmes articuleraient effectivement la date de l’unification – 3 octobre 1990 – avec l’ouverture de la frontière inter-allemande à Berlin, dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989. On peut ainsi faire ce constat que les manifestations les plus importantes et les plus suivies ont eu lieu en 2009 et non en 2010. Preuve que la mémoire collective de cette « révolution de velours » – pour reprendre l’expression tchèque – s’est construite autour du choc événementiel qu’a représenté ce que l’on a appelé la « chute du Mur ». Si bien que l’on semble minorer à la fois ce qui précède – les effets de la perestroïka gorbatchévienne – et ce qui suit – les événements intervenus dans l’ensemble de l’Europe centrale et orientale, de même que la grande négociation diplomatique qui s’engagea à partir de février 1990 et qui conduisit dans les faits à l’unification allemande.

H.Y. Effectivement, l'Allemagne a dû d'abord recouvrer sa souveraineté avant de pouvoir décider de son destin au sein de l'Europe. Le principe d'une négociation entre les deux États allemands et les Alliés de 1945 sur les aspects extérieurs de l'unité allemande est décidé le 13 février 1990 à Ottawa et aboutira à la signature du « Traité portant règlement définitif concernant l'Allemagne » à Moscou le 12 septembre 1990. Mais aussi capitales qu’aient été ces négociations, c'est peut-être avant tout la volonté d'auto-détermination d'un peuple que les commémorations de 2009 entendirent saluer ?

G.S. C’est bien le sens que les commémorations voulaient donner aux événements. Célébrer, à la date de la « chute du Mur », la mobilisation des peuples. Ceci est tout à fait légitime : pendant toute cette période, les grandes manifestations furent au cœur du processus politique qui conduisit à la disparition des régimes communistes en Europe de l’Est et même en Union soviétique. Cependant, là encore, il faut se méfier des raccourcis hâtifs. Ce n’est pas la première fois que de telles manifestations avaient lieu. Prenons deux exemples : celui de la Tchécoslovaquie, en 1968, et celui de la Pologne, au tournant des années 1970-1980. Dans ces deux cas, une partie de la société civile s’était mobilisée contre les régimes en place. Or, ces mouvements furent écrasés. Ceci devrait nous rendre plus attentif à ce qui avait changé en 1988-1990 et qui explique qu’à ce moment là de notre histoire, les manifestations ne furent pas réprimées dans le sang. On sait d’ailleurs que cela faillit être le cas en Allemagne de l’Est. J’ajoute deux éléments qui nous ramèneront à l’unification allemande. Premièrement, les événements de novembre à Berlin n’auraient pas été possibles sans la décision hongroise d’ouvrir la frontière avec l’Autriche, pendant l’été 1989. Deuxièmement, il faut garder à l’esprit que ni les Berlinois ni les manifestants est-allemands ne manifestent, au départ, en faveur de l’unification allemande. Ils veulent, prioritairement, changer le régime communiste qui les opprime. C’est dans un second temps, quelques semaines plus tard, que le thème de l’unification s’impose avec force.

  • 1 Cf. Stadler, Siegfried, « Der gute Ruf von Leipzig ‘Wir sind das Volk’ », Süddeutsche Zeitung, 2.10 (...)

H.Y. Oui, et même sur ce point il convient de rester prudent : on sait aujourd’hui que le fameux slogan « Wir sind ein Volk » (Nous sommes un peuple) – à l’origine élaboré au sein d’un groupe d’initiative citoyenne en RDA au tout début des manifestations d’octobre 1989 pour empêcher toute violence envers la population - fut ensuite repris au lendemain de la chute du Mur d’abord par la presse ouest-allemande (Bild-Zeitung) puis surtout par la CDU sous forme de tracts et d’autocollants distribués à l’Est afin d’accélérer le processus d’unification. En revanche, les Allemands de l’Est ont bien scandé dès la mi-novembre « Deutschland, einig Vaterland ! » (Allemagne patrie unie), extrait de l’hymne national de la RDA écrit par J.R. Becher en 1950, puis tombé en disgrâce au début des années 19701. Or c’est le slogan des journalistes et des politiques qu’a retenu l’histoire.

G.S. Vous avez raison d’apporter ces précisions. Dès que le chercheur se penche sérieusement sur le détail des événements de cet automne 1989, on remarque le décalage entre les images diffusées dans les mass-médias, la réalité du terrain et les enjeux politiques. D’une façon générale – mais c’est la loi du genre – je trouve que les commémorations de 2009 ont simplifié à l’extrême une histoire qui était loin d’être écrite à l’avance. Il faut se garder de toute téléologie optimiste. Les événements de 1989-1990 auraient pu se dérouler autrement. Voire plus dramatiquement.

H.Y. Deux décennies se sont écoulées depuis la chute du Mur de Berlin et l’effondrement du bloc communiste. Les historiens en savent-ils un peu plus sur les conditions réelles des négociations qui ont rendu possible l’unification ?

  • 2 Cf. Schabert, Tilo, Mitterrand et la réunification allemande : une histoire secrète (1981-1995), Gr (...)

G.S. Oui. Les travaux se multiplient et l’on peut préciser les choses. Dans le cas français, qui est celui que je connais le mieux, la première tendance fut de considérer que la diplomatie mitterrandienne avait cherché à empêcher l’unification. Au milieu des années 2000, cette tendance se corrigea grâce à la publication de premières études basées sur un travail d’archive. Les livres de Tilo Schabert, Frédéric Bozo et la thèse de Marion Gaillard sont souvent cités à cet égard.2 Plus récemment, Maurice Vaïsse et Christian Wenkel ont publié une sélection d’archives du Quai d’Orsay qui confirme cette réévaluation :

  • 3 Vaïsse, Maurice, Wenkel, Christian, dir., La diplomatie française face à l'unification allemande, T (...)

« Les mythes ont la vie dure. Dès l’époque de l’unification et jusqu’à maintenant, l’idée d’un François Mitterrand hostile, ou du moins réticent, vis-à-vis de l’unification allemande est bien ancrée, alors que les archives, désormais ouvertes, ne la confirment pas. »3

Il en va de même à l’égard des autres diplomaties. Si toutes les archives ne sont pas encore accessibles, les chercheurs ont suffisamment de documents pour pouvoir avancer des conclusions dont on peut dire qu’elles seront ajustées à la marge. C’est le cas, par exemple, du rôle de la diplomatie américaine. On a longtemps considéré que l’administration Bush avait été aux avants postes de l’unification allemande. La réalité est plus contrastée : comme la plupart des pays concernés, les États-Unis posèrent leurs conditions.

H.Y. Aucune des puissances alliées ne souhaitait donc le rapprochement entre les deux parties de l’Allemagne ? Est-il exact de considérer, comme l’écrit Der Spiegel, que « début 1990, les Européens étaient contre, les Américains exigeaient (presque) l’impossible et les Soviétiques bloquaient le jeu. » (Der Spiegel, 39/2010) ?

G.S. Il faudrait distinguer au cas par cas : pays par pays et même, au sein de chaque pays, administration par administration. Il faudrait aussi distinguer les positions en fonction des événements qui s’étalent de l’été 1989 à l’été 1990. Pour l’ensemble des acteurs politiques, la situation paraissait très fluide, pour ne pas dire incertaine. Je répète ce que je vous indiquais : au début du mois de novembre 1989, l’unification allemande n’est pas le cœur du sujet. Le Chancelier Kohl lui-même, lorsqu’il propose son fameux plan en dix points, le 28 novembre, ne pense pas que l’unification sera un processus rapide. On envisage alors un processus de moyen terme : dix ans, peut être cinq dans le meilleur des cas. Lorsqu’Helmut Kohl et François Mitterrand se rencontrent à Latche, au début du mois de janvier 1990, le premier évoque encore un scénario étalé sur plusieurs années, le second se garde bien d’évoquer quoi que ce soit. Aussi, je ne dirai pas que les Européens étaient « contre » même si le cas de Margaret Thatcher est à part.

H.Y. Quelle fut la réaction de la France, à l’époque dirigée par François Mitterrand ?

G.S. Selon moi, elle a été longtemps caricaturée. Elle le demeure encore aujourd’hui. Cela n’a rien d’étonnant : la diplomatie mitterrandienne est encore proche de nous, son interprétation, la mobilisation de sa mémoire, font partie du débat politique. Ceci étant dit, on peut comprendre qu’il y ait une difficulté. En effet, cette caricature – c'est-à-dire l’idée que la diplomatie française a cherché à empêcher l’unification allemande – s’appuie sur l’apparente contradiction de la diplomatie française à cette époque. Pour l’expliquer, j’ai tendance à utiliser l’affirmation suivante : François Mitterrand voulait et ne voulait pas l’unification allemande. Qu’est-ce à dire ? Il ne voulait pas d’une unification allemande qui se ferait sans un encadrement politique, sans consultation démocratique, qui aurait laissé une Allemagne réunifiée mais neutralisée, hors du cadre européen et atlantique, au cœur de l’Europe, le tout à l’issue d’un processus qui aurait pu constituer une menace aux yeux des Soviétiques et aurait été un facteur de guerre. Mais, dans le même temps, il reconnaissait la légitimité historique du peuple allemand à se retrouver. Il était donc prêt – et on peut même dire que lui-même et la diplomatie française s’étaient préparés à cela – à accepter le principe de l’unification. Mais à condition qu’elle se fasse démocratiquement, pacifiquement et dans un cadre européen. François Mitterrand l’indique d’ailleurs dès l’été 1989, avant même les événements de Berlin. Ainsi, la diplomatie française a-t-elle demandé des garanties pour qu’une certaine unification n’intervienne pas – la première – mais ces garanties visaient dans le même temps à permettre l’avènement de la seconde. Si vous ne retenez que le premier de ces deux termes, vous êtes selon moi dans la caricature et vous en concluez que François Mitterrand cherchait, au travers des demandes qu’il formulait, à empêcher l’unification allemande. À l’inverse, si vous prenez en compte l’ensemble de sa politique et que les archives confirment, vous en concluez que François Mitterrand a plutôt cherché à contrôler l’unification allemande.

Ce qui précède n’est pas sans importance scientifique. En effet, si vous considérez que la diplomatie mitterrandienne a été aveugle de bout en bout, vous construisez un récit linéaire et finalement peu conforme à ce qui s’est vraiment passé. Car, comme je vous l’ai dit, pour l’ensemble des acteurs politiques, la situation est très fluide, insaisissable. Il faut donc rétablir une chronologie fine des événements. Pour ma part – mais je ne suis pas le seul – j’ai tendance à distinguer quatre temps, de longueurs inégales. En premier lieu, à partir de 1988, la réévaluation par Paris de sa diplomatie d’ensemble à l’égard du bloc de l’Est et la constitution d’une sorte de « plan » d’action que l’on peut résumer d’un mot : le « monde de Yalta » touche à sa fin, comment en sortir dans de bonnes conditions – c’est-à-dire sans risque de guerre future sur le continent. Le Quai d’Orsay et l’Élysée répondent : par plus d’Europe. C’est dans ce cadre que réapparait le problème de la « question allemande », l’unification de l’Allemagne devant intervenir une fois le cadre européen sur les rails. Deuxième temps : les quelques semaines qui suivent la « chute du Mur ». Il s’agit alors de mettre ce plan en place, c’est-à-dire de créer les conditions européennes à moyen terme pour que l’unification intervienne. Mais ce scénario échoue du fait de la désintégration économique puis politique de l’Allemagne de l’Est. Mi-janvier, il devient clair qu’il faut obtenir les principales concessions de l’Allemagne quant au processus d’unification dans un temps très court. D’où, par exemple, les lettres Mitterrand-Kohl qui vont relancer l’intégration européenne, d’où l’insistance de François Mitterrand pour que l’Allemagne reconnaisse l’intangibilité de la frontière Oder-Neisse. Troisième temps, la mise en œuvre de la négociation dite « 2+4 » qui est cette négociation à travers laquelle la France obtient les garanties demandées à l’Allemagne. Enfin, une quatrième période dans laquelle, après l’unification, au sein de l’Alliance atlantique comme de la future Union européenne, la France prend ses nouvelles marques.

H.Y. Quelques mois avant la chute du Mur, Erich Honecker est en visite officielle à Paris du 7 au 9 janvier 1988. Il est reçu par François Mitterrand et se rend au Père-Lachaise pour s’incliner devant les monuments élevés en hommage aux victimes françaises des camps de concentration nazis. Alors que la France a reconnu officiellement la RDA depuis 1973, aucun dirigeant socialiste n'avait été reçu par les autorités françaises. Que signifie ce positionnement vis-à-vis de la RDA en 1988 qui va d'ailleurs se prolonger après les événements de l'automne 1989?

G.S. Ce voyage d’Honecker est en réalité programmé depuis plus d’un an. Début 1987, Oskar Fischer – ministre des Affaires étrangères est-allemand – effectue une visite en France et l’idée d’une rencontre entre les deux chefs d’États est relancée. À Paris, que cherche-t-on dans ce dialogue ? On sait qu’Erich Honecker est réticent au processus gorbatchévien. En le recevant, il s’agissait de lui démontrer que l’évolution de la situation pouvait avoir des effets positifs, notamment la possibilité d’un dialogue direct avec l’Ouest et donc, potentiellement, la possibilité d’un jeu diplomatique plus autonome par rapport au Kremlin – en particulier sur les questions de désarmement qui sont alors au cœur des négociations. Bref, en recevant l’un des dirigeants les plus durs, il s’agissait paradoxalement d’encourager une évolution du régime, laquelle était pressentie même si – il faut insister sur ce point – on n’envisageait absolument pas à cette date l’effondrement du régime est-allemand que l’on considérait comme l’un des plus solides du bloc soviétique.

En plus de ce premier aspect, on trouve aussi en ligne de mire la question du futur des relations inter-allemandes. Au moment où l’invitation française a lieu et au moment où elle intervient, le contexte est celui d’un renouveau du dialogue entre les deux Allemagnes – Helmut Kohl reçoit en effet Erich Honecker à Bonn, pour la première fois dans l’histoire de la RFA, en septembre 1987. Or, les autorités françaises – sans pour autant vouloir froisser la Chancellerie constamment informée des initiatives françaises en ce domaine – ne souhaitaient pas laisser aux Allemands de l’ouest l’exclusivité du dialogue avec les pays d’Europe centrale et orientale, y compris la RDA. On percevait pleinement – effet Gorbatchev – que ces pays étaient en train de bouger. La France devait jouer ses propres cartes, y compris dans le domaine commercial. D’où l’ensemble des voyages et des visites des dirigeants communistes en France, avant même la chute du Mur. D’où le voyage si controversé de François Mitterrand en RDA à la fin de l’année 1989, mais prévu un an plus tôt. D’où les rencontres du Président français, à chaque occasion, avec les opposants aux régimes. Etc. Au-delà de la RDA, il s’agissait par ce type de rencontres de poser les bases d’un nouveau type de dialogue entre l’Europe de l’ouest et de l’est. Lors de cette visite, François Mitterrand déclare ainsi devant Honecker :

  • 4 Archives IFM, Fonds FM-ServP, « Allocution au dîner offert au président de R.D.A. », 7 janvier 1988

« Devons-nous nous résigner à expliquer à nos enfants que la coupure, imposée par l'histoire récente mais démentie par la géographie, par la culture, et par la mémoire commune des peuples d'Europe, est immuable, insurmontable ? Il faudra une longue patience, une grande prudence aussi pour déplacer peu à peu les lignes d'un horizon qui s'est immobilisé depuis trop longtemps. Mais c'est aussi notre responsabilité, à nous Français, aux Allemands de part et d'autre de l'Elbe, de reconstruire, avec les autres nations de l'Est et de l'Ouest, en jouant des complémentarités plus que des différences, une Europe porteuse d'espoir, vivante et qui aura surmonté ses divisions. »4

En d’autres termes, surmonter le rideau de fer, sans heurts potentiellement dangereux, par le dialogue direct entre Européens. Nous sommes alors dans le premier temps que je vous indiquais tout à l’heure.

J’ajoute un dernier commentaire à l’égard de votre question. Elle est intéressante parce qu’elle éclaire parfaitement les difficultés qui sont intervenues entre la France et l’Allemagne au moment de l’unification. En effet, les Allemands – et quelques milieux politiques à Paris ont relayé cette idée – attendaient des Français, d’abord qu’ils se prononcent immédiatement et sans condition en faveur du processus d’unification, puis qu’ils se retirent tout simplement du jeu diplomatique qui ne pouvait manquer d’avoir lieu. Or, les autorités françaises de l’époque n’ont pas suivi ce chemin. Elles considéraient en effet que, si l’unification était une affaire allemande, ses conséquences auraient un retentissement international, notamment sur l’Europe et donc sur la France. Plutôt que de se retirer du jeu, la diplomatie française se saisit au contraire du processus en cours pour dessiner les futurs contours du continent et des relations franco-allemandes. Il fallait donc obtenir des garanties claires et immédiates de la part de Bonn. Il n’en reste pas moins qu’une partie de l’opinion publique allemande mais aussi française, habituée au discours un peu lénifiant sur « l’amitié franco-allemande », a été choquée par cette attitude. Mais pouvait-il en être autrement ? Ce qu’il faut comprendre – et cela pourrait être notre conclusion – c’est que les termes « d’amitié », de « couple », d’« axe » franco-allemand sont trompeurs. Ils laissent entendre que, spontanément, nos deux pays sont en accord. C’est l’inverse ! En effet, toute personne qui observe l’histoire des relations franco-allemandes fait le constat qu’elle s’est construite sur la succession des désaccords entre nos deux pays. Mais – et c’est la force de ce qui a été bâti après guerre – de chaque côté du Rhin existe cette idée simple que, face à ces désaccords, nous devons trouver des solutions ensemble.

Haut de page

Notes

1 Cf. Stadler, Siegfried, « Der gute Ruf von Leipzig ‘Wir sind das Volk’ », Süddeutsche Zeitung, 2.10.2004, http://www.sueddeutsche.de/politik/der-gute-ruf-von-leipzig-wir-sind-das-volk-1.318072. Voir également l’étude de Fischer, Vanessa « 'Wir sind ein Volk' Die Geschichte eines deutschen Rufes », Deutschlandradio, http://www.dradio.de/dkultur/sendungen/laenderreport/421153/

2 Cf. Schabert, Tilo, Mitterrand et la réunification allemande : une histoire secrète (1981-1995), Grasset, 2005; Bozo, Frédéric, Mitterrand, la diplomatie française et la fin de la guerre froide, Odile Jacob, 2005 ; Delamarre-Gaillard, Marion, La politique allemande de François Mitterrand, 1981-1995, IEP Paris, Thèse de l’Institut d'études politiques de Paris, dirigé par Pierre Milza, 2007.

3 Vaïsse, Maurice, Wenkel, Christian, dir., La diplomatie française face à l'unification allemande, Tallandier, 2011, p. 29.

4 Archives IFM, Fonds FM-ServP, « Allocution au dîner offert au président de R.D.A. », 7 janvier 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Saunier, « La réception internationale de l’unification allemande », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 08 novembre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/930 ; DOI : 10.4000/mimmoc.930

Haut de page

Auteur

Georges Saunier

Historien, chargé de mission à l’Institut François Mitterrand.
Maître de conférences associé à l’université de Cergy-Pontoise.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page