Navigation – Plan du site
L’unification allemande face à l’opinion publique européenne

La réception du processus d’unification de l’Allemagne dans les médias britanniques en 1989 et en 1990

Élodie Gallet

Résumé

Dès 1989, les médias britanniques ont manifesté leurs craintes quant au processus de réunification de l’Allemagne. Dans la presse, The Times et The Guardian, quotidiens aux lignes éditoriales divergentes, ont pourtant offert deux couvertures différentes de la réception du processus au sein de leur pays, notamment sur l’approche adoptée par le gouvernement. À la télévision, peu de programmes ont été expressément consacrés à la question. Ils ont présenté de fortes inégalités d’une chaîne à l’autre, en termes de types de programmes, de leur durée et des thèmes traités. Dans l’ensemble, la couverture que les médias britanniques ont faite du processus de réunification de l’Allemagne a contribué à renforcer les stéréotypes négatifs qui étaient déjà véhiculés sur l’Allemagne et les Allemands.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Allemagne, Angleterre

Périodes :

1989-1990
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment D’Hellencourt, Bernard et Sergeant, Jean-Claude, Les médias en Grande-Bretagne : le q (...)
  • 2 À ce sujet, voir Wittlinger, Ruth, « Perceptions of Germany and the Germans in post-war Britain », (...)
  • 3 Il faut en réalité remonter jusqu’à 1986, lorsque l’Acte unique européen fut signé, notamment sous (...)

1Au Royaume-Uni, les médias ont un statut particulier en raison de leur indépendance et de l’impartialité statutaire de la British Broadcasting Corporation (BBC). Ceux que l’on qualifie outre-manche de quatrième pouvoir1 ont tendance à véhiculer des stéréotypes négatifs envers certains pays et peuples. L’Allemagne et les Allemands sont de ceux-là. De nombreuses études2 ont dénoncé cette attitude qui est née à la fin du XIXe siècle et qui s’est renforcée au lendemain de la Première Guerre mondiale. Une pluralité d’articles journalistiques et d’émissions télévisées l’ont entretenue. La période qui a suivi la chute du Mur de Berlin est propice pour examiner la réception médiatique du processus de réunification de l’Allemagne et déterminer si ce processus a confirmé cette tendance. Dans des circonstances qui furent à l’origine d’une modification majeure de la carte de l’Europe, l’attitude du gouvernement britannique fut fondamentale car le Royaume-Uni est apparu comme l’un des opposants les plus fervents à ce processus de réunification3. Il est donc naturel de s’interroger sur la manière dont les médias britanniques se sont fait l’écho des réticences et des inquiétudes expresses du Premier Ministre de l’époque, Margaret Thatcher.

2Les médias de masse jouent un rôle important dans l’information de l’opinion publique à propos des autres nations. Les médias de masse représentent en effet l’un des canaux privilégiés à travers lesquels la vaste majorité des citoyens britanniques se tiennent au fait des actualités et construisent leur opinion. D’où le choix d’une approche comparative de la télévision et de la presse, qui constituent les principaux médias de l’époque. Le contexte politique (1) a fortement influencé l’approche de la presse (2) et de la télévision (3) britanniques pour représenter la réunification allemande en 1989 et 1990.

Le contexte politique

  • 4 Thatcher, Margaret, 10, Downing Street : mémoires, Paris, A. Michel, 1993, p. 634.

3Le Royaume-Uni fut l’un des pays les plus hostiles à la réunification de l’Allemagne, comme en attestent les réticences, voire la franche opposition de Margaret Thatcher à l’idée d’une unité retrouvée. Les trois principales raisons pour lesquelles elle appréhendait cette réunification sont exprimées dans ses mémoires, publiés en 1993. D’abord, une Allemagne unie précipiterait l’Europe vers un pouvoir fédéraliste dominant. Ensuite, même si l’Europe pourrait être, au départ, dirigée par un axe franco-allemand, l’Allemagne marginaliserait le leadership français et deviendrait le leader incontrôlé de l’Europe. Enfin, une Allemagne unie faciliterait le déclin de la présence et de l’influence des États-Unis en Europe. Ainsi peut-on lire, que cette réunification « avait des implications profondes sur l’équilibre du pouvoir en Europe, où une Allemagne unifiée occuperait une position dominante »4. L’Allemagne par sa nature même était donc plus un facteur de déstabilisation que de stabilisation.

  • 5 Wilmot, Chester, The Struggle for Europe. How We Won the War but Lost the Peace, Londres, Collins, (...)

4Ces raisons, souvent rapportées et citées, confirment l’attitude que le gouvernement britannique a pu avoir à l’heure où Helmut Kohl a fait part de son projet de réunir les deux Allemagnes. On pourrait analyser cette réaction comme de la peur. D’abord, des préoccupations étaient déjà nées à la fin de la Seconde Guerre mondiale quant aux éventuelles ardeurs guerrières de l’Allemagne, ainsi qu’à la domination soviétique. Ensuite, le Royaume-Uni, qui avait tenté de se forger une place dominante au sein de l’Europe, identifiait soudain l’Allemagne comme un concurrent potentiel qui pourrait le déloger de cette position. Enfin, la capacité de l’Allemagne à relancer son économie au lendemain de la guerre fut rapidement jalousée par les Britanniques pour lesquels l’après-guerre fut bien plus difficile. On a ainsi emprunté à Chester Wilmot sa célèbre formule « Nous avons gagné la guerre mais perdu la paix »5, laquelle fut depuis souvent réutilisée pour traduire le sentiment britannique à l’heure de la réunification.

5En général, l’idée était partagée que l’Allemagne venait de réaliser ses anciens plans de domination de l’Europe, contre laquelle le Royaume-Uni, entre autres, avait lutté au cours de deux guerres mondiales. Ceux qui étaient négativement disposés envers l’Allemagne ont rapidement redécouvert le Reich dans la forme modifiée de la Communauté européenne au sein de laquelle l’Allemagne contrôlait économiquement et politiquement ses voisins et jouait un rôle majeur, influençant même les affaires internes britanniques.

  • 6 Thatcher, Margaret, 10, Downing Street : mémoires, op.cit., p. 662.
  • 7 Thatcher, Margaret, 10, Downing Street : mémoires, op.cit., p. 634.
  • 8 Thatcher, Margaret, 10, Downing Street : mémoires, op.cit., p. 661 et 662.

6En 1989-90, ces réticences se sont fait entendre, sous l’impulsion notamment du Premier ministre. En réponse à ce qu’elle a identifié comme le « problème Allemand »6, Margaret Thatcher a mené un véritable combat pour remédier à ce qui constituait, selon elle, une réelle menace7. Elle opérait une distinction entre l’unification qu’elle se disait prête à approuver et une « réunification » qui pour elle renvoyait à la situation géopolitique présente en Europe avant la Seconde Guerre mondiale8.

7L’évolution du processus de réunification suscita diverses réactions de la part du gouvernement britannique qui tenta d’abord d’interrompre le processus puis, constatant que celui-ci était inévitable, de ralentir au moins le rythme auquel il progressait9. Une alliance des diverses puissances américaine, française et soviétique semblait s’imposer pour, par ailleurs, surveiller et contrôler l’Allemagne une fois la réunification terminée. Cette démarche renforça au final l’isolement britannique ; Margaret Thatcher chercha donc du soutien au sein même du pays. Dans cette perspective, elle convoqua secrètement, en mars 1990, autour du Chequers Seminar10, ceux qu’elle considérait comme des spécialistes de l’Allemagne pour discuter des développements récents qui se déroulaient en Allemagne. L’anti-germanisme qui était latent au sein du parti conservateur atteignit ainsi son paroxysme pour s’ébranler lors d’un scandale majeur qui marqua l’été 1990.

  • 11 « I’m not against giving up sovereignty in principle, but not to this lot. You might just as well g (...)
  • 12 « What the Prime Minister learned about the Germans », The Independent on Sunday, 15 juillet 1990, (...)
  • 13 Jarausch, Konrad et Gransow, Volker (dir.), Uniting Germany. Documents and Debates, 1944-1993, Prov (...)
  • 14 « We should be nice to the Germans ».
  • 15 Voir notamment, Staerck, Gillian et Kandiah, Michael D. (dir.), Anglo-German Relations and German R (...)

8L’élément déclencheur fut la publication, le 14 juillet 1990, d’un entretien accordé au Spectator par Nicholas Ridley, alors ministre du Commerce et de l’industrie, dans lequel il accusait les Allemands de vouloir prendre le contrôle de l’Europe et déclarait « Je ne suis pas contre le principe de l'abandon de souveraineté, mais pas à ces gens-là. Vous pouvez aussi bien l'offrir à Adolf Hitler »11. Un tollé général s’ensuivit, y compris au sein même du Parti conservateur, qui conduisit à la démission du ministre. Le lendemain, The Independent publiait des minutes du Chequers Seminar et révélait notamment une liste de caractéristiques historiques du peuple allemand qui avait été dressée à l’occasion du séminaire12. Par ordre alphabétique, il avait été établi que sept aspects caractérisaient le peuple allemand13 : une sensation d’angoisse existentielle, l’agressivité, l’assurance, un côté persécuteur, l’égoïsme, le complexe d’infériorité, et la sentimentalité. La conclusion du séminaire qui était « Nous devrions être agréables à l’égard des Allemands »14 ne provoqua pas moins de réactions15.

  • 16 Klein, Yvonne, « Obstructive or Promoting: British Views on German Unification 1989/1990 », German (...)
  • 17 C’est notamment cette même année que Margaret Thatcher fut conduite à démissionner en raison de for (...)
  • 18 Kavanagh, Dennis et Seldon, Anthony, The Major Effect, Londres, Macmillan, 1994, p. 465.

9Alors que Margaret Thatcher ne fléchissait pas sur ses positions, le ministre des Affaires étrangères, Douglas Hurd adopta une voix plus conciliante et il fut même avancé16 que la position britannique envers l’unification de l’Allemagne n’était pas aussi nette que le discours thatchérien avait pu le laisser entendre17. Un élan constructif et une contribution substantielle à l’élaboration du « processus quatre plus deux », à savoir le Traité de Moscou fixant le statut de l’Allemagne unie au niveau international, a ainsi pu être soulignée. Enfin, lorsqu’il arriva au pouvoir à la fin de l’année 1990, John Major déclara rapidement son intention de placer son pays « au cœur même de l’Europe »18 en se montrant ainsi plus ouvert et moins arc-bouté sur les intérêts particuliers du Royaume-Uni.

La presse

10Il est en vérité réducteur de limiter l’analyse de la réception de la réunification de l’Allemagne en Grande-Bretagne à la seule voix de Margaret Thatcher et du gouvernement britannique. Pour cela, l’étude de cette réception au travers des médias les plus répandus et représentatifs de l’époque est un indice indispensable au moyen duquel mesurer la position partagée dans le pays, notamment puisque les thèmes abordés sont également sélectionnés selon les attentes des lecteurs, auditeurs et téléspectateurs. Quelques précisions s’imposent quant à la composition du corpus étudié. En ce qui concerne les journaux, l’objectif étant d’avoir un aperçu général de la couverture qu’ils ont opéré du processus de réunification, deux des quotidiens britanniques comptant parmi les plus diffusés ont été retenus ; ces quotidiens affichent des lignes éditoriales divergentes. Il s’agit de The Times et de The Guardian. La presse tabloïde n’est pas prise en compte dans cette étude car elle obéit à des règles commerciales différentes qui sont guidées par une recherche du sensationnel.

  • 19 « Germany and Its Interests: Hearing Secret Harmonies », The Economist, 1993, n° 7838, pp. 19-20. S (...)
  • 20 Grix, Jonathan et Lacroix, Chantal, « Constructing Germany’s Image in the British Press: An Empiric (...)

11Lorsque la nouvelle de l’unification de l’Allemagne a été annoncée au Royaume-Uni, le passé a rapidement fait surface et l’analyse populaire a été colorée par une vision particulièrement hostile envers les évènements qui se déroulaient sur le continent, faisant même ressurgir plusieurs arguments de la théorie du Sonderweg19. Plusieurs études ont démontré l’existence de stéréotypes et ils ont évalué l’utilisation que les quotidiens britanniques en font. Huit stéréotypes principaux ont été identifiés pour rapporter l’actualité relative à l’Allemagne ; ces stéréotypes étaient susceptibles d’avoir un impact particulier sur la représentation de l’Allemagne et des Allemands dans les médias britanniques20 :

  • enclins à la guerre (tendance au conflit armé, utilisation de la violence ou hostilité, ce qui inclut les références au nazisme et aux nazis) ;

  • moteur ou leader de l’Union européenne (l’Allemagne est décrite comme la première force de l’intégration européenne, l’État membre qui contrôle le pouvoir et la prise de décisions au sein de l’Union européenne) ;

  • rivaux dans le domaine du football ;

  • hautement intelligents, éduqués et créatifs ;

  • liés aux automobiles et à l’ingénierie (les Allemands sont perçus comme exceptionnellement compétents dans ces domaines) ;

  • les entreprises allemandes sont plus performantes que les entreprises britanniques, ce qui empêche l’expansion et le développement de l’industrie britannique ;

  • l’économie et la société allemandes sont hautement contrôlées, restreintes et faisant l’objet d’une réglementation renforcée ;

  • organisés, ponctuels.

  • 21 L’étude a été menée sur un corpus constitué de 1315 articles publiés en 2001, dont 510 articles de (...)

12En termes de fréquence, The Guardian semblait faire un plus grand usage des stéréotypes, à savoir 40% du corpus étudié contre 32% pour The Times, ces stéréotypes étant en majorité négatifs, et seulement un sur cinq positifs21.

  • 22 « Abortion law dilemma casts shadow on unity », The Guardian, 19 juin 1990.
  • 23 « Problems with pre-Communist property owners », The Guardian, 20 juin 1990.
  • 24 « Shipbuilding to Be Hit by German Unification », The Guardian, 25 octobre 1990.

13Pour ce qui est de la réception même du processus de réunification des deux Allemagnes, il est indéniable qu’elle a fait l’objet d’une large couverture tant par The Times que par The Guardian. Et, l’analyse comparée de cette couverture laisse apparaître que, malgré leurs divergences de ligne éditoriale, ces deux quotidiens ont véhiculé une véritable méfiance à l’égard d’une Allemagne réunie. L’un comme l’autre offrent une vision commune selon laquelle les répercussions de cette réunification pourraient être néfastes, notamment pour les Britanniques. Une analyse lexicographique rapide confirme ce constat : la tendance générale est clairement au scepticisme et tous les sujets sont l’occasion de douter du bien fondé et de l’intérêt de la réunification. L’opinion publique n’est donc pas rassurée car les journaux choisissent de mobiliser le vocabulaire de la peur, de l’inquiétude et des doutes. Sur ce point, c’est certainement dans The Guardian que les exemples sont les plus clairs : on s’inquiète à propos de la question de l’avortement22, de ceux qui sont devenus propriétaires fonciers avant le communisme23 ou encore de la construction navale24. Tous les secteurs touchant au quotidien même, pourraient potentiellement être affectés par cette réunification. En bref, les articles relatifs au processus insistent en majorité sur les problèmes auxquels celui-ci est susceptible de donner naissance.

  • 25 Cf. Brewerton, David, « Fall in German Bonds Affecting Markets », The Times, 13 février 1990 ; ou e (...)
  • 26 Voir notamment Pick, Hella et Palmer, John, « Foreign Secretary Battles to Restore Credibility in E (...)
  • 27 Gow, David, « Reconciliation beside the war graves », The Guardian, 12 juin 1990.
  • 28 V. entre autres, Walker, Martin, « Industrial Nations Agree to Help Soviet Reforms », The Guardian, (...)

14Les sujets sur lesquels les deux quotidiens s’accordent sont nombreux : on doute notamment de l’ambition réelle d’Helmut Kohl à qui on attribue des visées bien plus personnelles, attitude que l’un et l’autre condamnent25 ; le sentiment que la réunification entraîne une perte de crédibilité de l’Europe est de même partagé26. Et ni l’un ni l’autre ne manque de revenir sur la puissance passée de l’Allemagne27. Cela n’empêche pas qu’un certain sentiment de solidarité se dégage envers le peuple allemand qu’on identifie plutôt comme une victime28.

  • 29 « she expressed the truth ». Cf. « Mrs Thatcher's Realism Regarding German Reunification », The Tim (...)
  • 30 « Mrs Thatcher may have been tactless, but she was right ». Cf. « So Who is Right? - EEC Summit in (...)
  • 31 Bremner, Charles, « Mrs Thatcher fears Bonn `domination' following German reunification », The Time (...)
  • 32 « Mrs Thatcher is jealous and resentful ». Cf. Pick, Hella, « Ridley's outburst sets back 40 years (...)

15Ce qui distingue The Times et The Guardian sur les doutes qu’ils expriment est le terrain sur lequel portent ces doutes. Les questions politiques et économiques sont principalement traitées par le premier quand le second offre un large espace aux aspects sociaux. Le point fondamental qui différencie l’approche des deux quotidiens se situe non pas au niveau de la couverture du processus de réunification mais au niveau de la couverture de la réception du processus de réunification dans leur pays. Notamment, The Times soutient sans équivoque le Premier ministre avec des termes aussi explicites qu’« elle a dit la vérité »29, ou encore « Mme Thatcher a peut-être manqué de tact, mais elle avait raison »30. Ou bien, à défaut d’être clairement soutenus, les propos de Thatcher sont en tout cas rapportés, sans être critiqués négativement31. Dans The Guardian, au contraire, si le sentiment d’hostilité à la réunification même de l’Allemagne ne laisse pas l’ombre d’un doute, l’attitude du Premier ministre est ouvertement décriée. Ainsi peut-on y lire « Mme Thatcher est jalouse et pleine de ressentiments »32.

  • 33 « a small group of experts attempting to persuade Mrs Thatcher to hide her violent antipathy to Ger (...)
  • 34 On peut y lire « Nicholas Ridley's reign at the Department of Trade and Industry has been one of er (...)
  • 35 Johnson, Daniel, « Why the Giant of Europe Must Expect Some Criticism », The Times, 14 juillet 1990 (...)

16Les articles qui suivirent la démission de Nicholas Ridley ainsi que les révélations relatives au Chequers Seminar, qui s’était tenu à la résidence de campagne du Premier ministre, viennent confirmer cette tendance. D’abord, en ce qui concerne le séminaire, tandis que The Guardian rapporte divers passages des minutes en mettant l’accent sur l’impact négatif que la liste dressée et les opinions exprimées risqueraient de provoquer, The Times définit ce séminaire comme « un petit groupe d’experts cherchant à persuader Mme Thatcher de masquer sa violente antipathie envers la réunification de l’Allemagne pour les intérêts d’une diplomatie britannique plus efficace »33. De même, alors que les propos de Nicholas Ridley sont amplement condamnés par The Guardian où on peut lire que son règne au ministère du commerce et de l’industrie a été une erreur34, The Times considère qu’il n’est qu’un bouc-émissaire35.

  • 36 Pick, Hella, « Message to the New Prime Minister », The Guardian, 5 décembre 1990.
  • 37 « European Empiricism », Éditorial, The Times, 1 décembre 1990.

17Enfin, la divergence des deux journaux se confirme à l’automne 1990. La méfiance précédemment exprimée dans The Guardian tend à s’amoindrir. À l’occasion d’un message adressé au nouveau Premier ministre John Major36, on demande au gouvernement britannique d’accepter que l’engagement de l’Allemagne dans l’intégration européenne va bien au-delà d’une tentative grossière de dominer la Communauté européenne, ce afin de pallier le dommage créé par son prédécesseur et qui se solda par, selon le quotidien, une marginalisation de l’influence britannique. The Times réaffirme pour sa part son soutien quasi inconditionnel pour la position de la Dame de fer et aspire à ce que, tout en admettant qu’il devrait le faire avec plus de tact, son successeur réaffirme l’indépendance britannique37.

  • 38 « German Questions », The Economist, 1990, n° 7639, p.49.

18On aura donc compris qu’en 1989-1990, l’image de l’Allemagne fut au Royaume-Uni tout sauf attractive. La presse écrite accentua les réactions antigermaniques puisqu’elles touchaient fréquemment au sensationnel. Une grande partie de l’opinion publique et de l’establishment britannique, tel que le ministère des Affaires étrangères, admettait et supportait pourtant l’inévitable fusion des deux Allemagnes. Selon un sondage réalisé en janvier 1990, les Britanniques opposés à l’unification comprenaient seulement 30% des personnes interrogées. Toutefois, ils représentaient le double de leurs homologues Français38.

La télévision

19Avant de poursuivre cette analyse avec la couverture que la télévision a pu opérer du processus de réunification de l’Allemagne, il est nécessaire de fournir quelques indications concernant la politique gouvernementale, en 1989-1990, vis-à-vis des médias. En effet, il faut rappeler que les services audiovisuels étaient particulièrement visés par la foudre de Margaret Thatcher. Sa cible principale était BBC ; loin de se contenter d’avoir remanié le conseil de direction de la Corporation, au sein duquel elle était parvenue à intégrer quelques uns de ses partisans, elle ne manquait pas de rappeler la BBC à l’ordre voire de la menacer, en soulignant dès que l’occasion se présentait, que la redevance audiovisuelle n’était pas éternelle.

  • 39 Malheureusement, l’accès aux vidéos des différentes émissions ayant porté sur le présent sujet n’ét (...)

20Pour étudier la réception du processus d’unification à la télévision, les grilles de programmes des quatre chaînes hertziennes, publiques et privées, de l’époque, BBC 1, BBC 2, ITV et Channel 4 ont donc été examinées39. Sur la forme, seuls les films, téléfilms, documentaires, reportages d’actualité et débats ont été relevés pour constituer ce catalogue. Sur le fond, l’analyse se penche uniquement sur les émissions étant entièrement consacrées à la « réunification de l’Allemagne » en excluant celles qui sont plus larges sur, notamment, la chute du communisme.

21L’examen des grilles des programmes télévisés de 1989 et 1990 a laissé apparaître que, telles qu’elles sont véhiculées sur le petit écran, les perceptions britanniques de l’Allemagne et des Allemands sont pour la plupart négatives et toujours dominées par des images des deux guerres. Ce thème est récurrent au point que, pendant cette période, les films sur ce thème se comptent par dizaines, avec une fréquence hebdomadaire.

22Les références à la Seconde Guerre mondiale et à l’héroïsme des Britanniques dans celle-ci ont d’ailleurs pu être utilisées dans un but commercial, comme l’illustre une publicité du Carling Black Label datant de 1989 et ayant été cotée comme l’une des 100 meilleures publicités de Channel 440. On y voit les fameuses « bombes qui rebondissent » utilisées dans un raid aérien sur un barrage avec un garde Allemand qui se déplace en essayant de les attraper comme un gardien de but. En regardant les efforts vaillants et couronnés de succès du garde allemand, l’un des membres de l’équipage commente « Je parie qu’il boit de la Carling Black Label ».

23Pour les grilles mêmes de programmes, un regard plus attentif a été porté aux périodes entourant les événements majeurs que furent la Chute du mur de Berlin et la proclamation de l’unification des deux Allemagnes.

  • 41 Voir catalogue en annexe.

24Channel 4 est la chaîne qui a consacré le plus de programmes (12) au processus de réunification de l’Allemagne, devançant largement les chaînes publiques : BBC1 (6) et BBC2 (7), et enfin ITV (3)41.

  • 42 « Eyewitness », dimanche 12 novembre 1989, ITV, 13h10-14h00, 50 minutes.
  • 43 « South Bank Show », ITV, 4 novembre 1990, 22h35-23h35.
  • 44 « Panorama », BBC 1, 13 novembre 1989, 21h30-22h10.
  • 45 Selon les données enregistrées par le Broadcaster’s Audience Research Board, en 1989, BBC 1 détenai (...)
  • 46 « The Late Show », BBC 2, 2 octobre 1990, 23h15-23h55, suivi de « Newsnight », BBC 2, 2 octobre 199 (...)
  • 47 « Heart of the Matter », BBC 1, 28 octobre 1990, 22h15-22h35.

25L’examen du type de programmes diffusés laisse toutefois apparaître quelques différences quant à l’approche adoptée pour couvrir le processus. Outre le fait de ne pas traiter ce sujet lors des heures de grande écoute, ITV n’a jamais abordé la question d’un point de vue directement politique. La première émission s’est penchée en novembre 1989 sur les réfugiés de l’Allemagne de l’Est en Allemagne de l’Ouest42 ; la chaîne marqua le premier anniversaire de la chute du mur de Berlin en rassemblant des auteurs de l’ex-Allemagne de l’Est43 pour discuter des conditions dans lesquelles ils y travaillaient. Du côté des chaînes publiques, BBC 1 et BBC 2, aucune émission n’a été diffusée à une heure de grande écoute, à l’exception de Panorama44, programmé à 21h30, lequel porta, en novembre 1989, sur les implications de la fin du rideau de fer. BBC 1, qui enregistre les audiences les plus élevées45, fut à bien y regarder plutôt silencieuse en la matière, laissant même à la seconde chaîne la tâche de couvrir en direct l’annonce de la réunification46. Plus généralement, si les émissions se sont penchées sur les implications culturelles, sociales mais aussi psychologiques de la réunification de l’Allemagne, l’approche est connotée négativement : par exemple, le seul programme ayant été consacré à la question en octobre 1990 associait directement l’unification à un choc culturel47.

  • 48 « Fifth Column », BBC 2, 3 octobre 1990, 22h20-22h30.
  • 49 « Heart of the Matter », op.cit.
  • 50 Voir catalogue en annexe
  • 51 Voir supra note 39.

26Les personnes invitées ou interviewées dans le cadre de ces programmes le confirment. Par exemple, le 3 octobre 1990, un universitaire ayant quitté l’Allemagne de l’Est en 1954 s’est exprimé sur les tensions psychologiques découlant de l’union des deux Allemagne48. Encore, le 28 octobre 1990, un court programme a été consacré au choc culturel que la réunification pouvait provoquer chez les Allemands de l’Est qui n’avaient connu que le communisme49. Pour ce qui est enfin de Channel 4, chaîne qui consacra le plus de temps d’antenne au processus, outre la couverture dans les journaux télévisés, contrairement aux autres chaînes, c’est aux heures de grandes écoutes que ces programmes ont été diffusés, lesquels se caractérisaient qui plus est par leur longueur50. Si sur la BBC, il était rare que les émissions en question durent plus d’une demi-heure, elles étaient plus longues sur Channel 4, faisant espérer une contextualisation, une documentation voire une analyse plus approfondies. De manière générale, les reportages et documentaires traitaient essentiellement des aspects politiques de la réunification. On rappellera à ce sujet que Channel 4 avait moins à craindre les pouvoirs publics que la BBC et pouvait être plus libre de traiter de sujets aussi délicats que celui-ci. De même, non tournés vers le passé, c’est le futur qui intéressait et en particulier l’avenir de l’Allemagne de l’Est. Cependant, l’approche adoptée demeurait réticente et axée sur des appréhensions et des inquiétudes. Il convient de garder à l’esprit qu’à cette époque, la part d’audience de Channel 4 était assez faible, BBC1 et ITV remportant à elles deux plus des quatre cinquièmes des parts d’audiences51.

  • 52 Voir catalogue en annexe.

27Enfin, en examinant les grilles, une évolution nette apparaît puisque dès décembre 1989 les programmes se sont multipliés sur l’Europe et la Communauté européenne. On comparait par exemple les systèmes éducatifs espagnols, français et allemands. L’Allemagne était désormais considérée comme « une »52.

28Les raisons sous-jacentes aux perceptions britanniques négatives de l’Allemagne et des Allemands sont nombreuses et variées. Bien que la différence relative au développement économique dans les deux pays puisse participer dans une certaine mesure à cette attitude, elle ne saurait suffire à l’expliquer. La présence de la Seconde Guerre mondiale dans la mémoire collective est tout aussi cruciale, comme l’ont confirmé les réactions au sein du Royaume-Uni à la perspective de l’unification : au moins une partie du public britannique continuait à percevoir l’Allemagne à travers des notions et des stéréotypes basés sur l’expérience de la guerre.

  • 53 « words of welcome ».
  • 54 « words of warning ». Cf. Butt, Ronald, « Victims of a New Prejudice. German Reunification », The T (...)
  • 55 Idem. « public mood is for something more positive ».
  • 56 « The Media Show », Channel 4, 14 octobre 1990, 21h30-22h15.

29Au regard des médias, tout semble avoir été fait pour conforter, au sein de l’opinion publique, l’idée que la réunification était à craindre. De ce fait, il est difficile de s’étonner que les stéréotypes négatifs relatifs aux Allemands et à l’Allemagne aient pu perdurer. Une prise de conscience semble pourtant avoir eu lieu en 1990, à l’heure où le Royaume-Uni se trouvait toujours plus retranché face à une Europe qui se resserrait. The Times lança alors un appel en février 1990 pour que des « mots de bienvenue »53 remplacent les « mots de mise en garde »54. Dans cet article, des craintes furent exprimées quant aux sentiments de racisme que d’aucuns pouvaient identifier en lisant la presse britannique et en particulier la presse tabloïde. On insista : « la population souhaite une attitude plus positive »55. Le message annoncé par une émission de Channel 4 diffusée en octobre 199056 semble très proche. Des interrogations y étaient exprimées sur l’impact que les stéréotypes relatifs à l’Allemagne et aux Allemands, tels qu’ils sont véhiculés dans les médias britanniques, pouvaient avoir à l’échelle tant nationale qu’à l’international.

  • 57 Salmon, Patrick et Hamilton, Keith (dirs.), German Unification, 1989-1990, Documents on British Pol (...)

30La réception du processus de réunification de l’Allemagne dans les médias britanniques ne pourrait être traitée sans tenir compte de la récente publication, par le ministère des Affaires étrangères britannique, d’un volume intitulé German Unification, 1989-199057. Cette publication fournit aux politiciens et journalistes britanniques la possibilité d’investiguer sur les raisons pour lesquelles Margaret Thatcher s’est opposée à l’unification allemande, et de chercher à savoir si sa réticence était justifiée et si ses craintes étaient devenues réalité. En vérité, outre le fait de rappeler l’ampleur de l’hostilité de Margaret Thatcher envers la réunification, cette publication d’archives officielles, dont l’objectif annoncé était de célébrer le vingtième anniversaire de la chute du Mur du Berlin, a semble-t-il alimenté le regain d’euroscepticisme au Royaume-Uni.

Haut de page

Document annexe

  • Catalogue des programmes (application/pdf – 108k)

    Catalogue des programmes sur l'unification allemande diffusés par les chaînes de télévision britanniques de septembre 1989 à novembre 1990

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment D’Hellencourt, Bernard et Sergeant, Jean-Claude, Les médias en Grande-Bretagne : le quatrième pouvoir depuis 1855, Paris, Revue Française de Civilisation Britannique, CRECIB, Volume V, n° 4, 1990. Plus en général sur l’origine de ce terme, v. Sparks, Colin, « The Media as a Power for Democracy », Journal of the European Institute for Communication and Culture, Volume 2, n° 1, 1995, p. 45-61.

2 À ce sujet, voir Wittlinger, Ruth, « Perceptions of Germany and the Germans in post-war Britain », Journal of multilingual and multicultural development, Volume 25, n° 5-6, 2004, p. 453-465 ; Michail, Evgenios, After the war and after the wall: British perceptions of Germany following 1945 and 1989, Journal of Contemporary History, Volume 3, 2001, p. 1-12.

3 Il faut en réalité remonter jusqu’à 1986, lorsque l’Acte unique européen fut signé, notamment sous l’impulsion de Margaret Thatcher. Elle ne tarda toutefois pas à dénoncer les implications fédéralistes de cet acte, notamment à l’occasion du discours qu’elle prononça à Bruges le 20 septembre 1988 lors de l’ouverture de la 39e année universitaire du Collège d’Europe.

4 Thatcher, Margaret, 10, Downing Street : mémoires, Paris, A. Michel, 1993, p. 634.

5 Wilmot, Chester, The Struggle for Europe. How We Won the War but Lost the Peace, Londres, Collins, 1952, 829 p.

6 Thatcher, Margaret, 10, Downing Street : mémoires, op.cit., p. 662.

7 Thatcher, Margaret, 10, Downing Street : mémoires, op.cit., p. 634.

8 Thatcher, Margaret, 10, Downing Street : mémoires, op.cit., p. 661 et 662.

9 Thatcher, Margaret, 10, Downing Street : mémoires, op.cit., p. 662-663.

10 Un compte rendu de cette rencontre est disponible à l’adresse http://www.margaretthatcher.org/document/111048 (consulté le 8 février 2012). Outre Charles Powell et Douglas Hurd, Margaret Thatcher avait convoqué six historiens, britanniques et américains, spécialistes de l’Allemagne : Fritz Stern, George Urban, Gordon Craig, Hugh Trevor-Roper, Norman Stone et Timothy Garton Ash.

11 « I’m not against giving up sovereignty in principle, but not to this lot. You might just as well give it to Adolf Hitler, frankly ». Lawson, Dominic et Ridley, Nicholas, « Saying the Unsayable about the Germans », The Spectator, 14 juillet 1990, p. 8-10.

12 « What the Prime Minister learned about the Germans », The Independent on Sunday, 15 juillet 1990, p. 19.

13 Jarausch, Konrad et Gransow, Volker (dir.), Uniting Germany. Documents and Debates, 1944-1993, Providence, Berghahn Books, 1994, p.129-131.

14 « We should be nice to the Germans ».

15 Voir notamment, Staerck, Gillian et Kandiah, Michael D. (dir.), Anglo-German Relations and German Reunification, Londres, Institute of Contemporary British History, 2003, p. 15.

16 Klein, Yvonne, « Obstructive or Promoting: British Views on German Unification 1989/1990 », German Politics, 1996, n° 3, p. 404 ; Wittlinger, Ruth, « Perceptions of Germany and the Germans in Post-War Britain », Journal of multilingual and multicultural development, 2004, n° 25, p. 455.

17 C’est notamment cette même année que Margaret Thatcher fut conduite à démissionner en raison de fortes dissidences au sein du gouvernement mais également au sein du Parti conservateur.

18 Kavanagh, Dennis et Seldon, Anthony, The Major Effect, Londres, Macmillan, 1994, p. 465.

19 « Germany and Its Interests: Hearing Secret Harmonies », The Economist, 1993, n° 7838, pp. 19-20. Selon cette théorie, l’Allemagne aurait emprunté une « voie particulière », v. à ce sujet Groh, Dieter, « Le ‘Sonderweg’ de l'histoire allemande : mythe ou réalité ? », Économies, Sociétés, Civilisations, 38e année, n° 5, 1983. p. 1166-1187.

20 Grix, Jonathan et Lacroix, Chantal, « Constructing Germany’s Image in the British Press: An Empirical Analysis of Stereotypical Reporting on Germany », Journal of Contemporary European Studies, 2006, n° 14, p. 378-379.

21 L’étude a été menée sur un corpus constitué de 1315 articles publiés en 2001, dont 510 articles de The Times et 329 articles de The Guardian. Grix, Jonathan et Lacroix, Chantal, op. cit., p. 380 et p. 388.

22 « Abortion law dilemma casts shadow on unity », The Guardian, 19 juin 1990.

23 « Problems with pre-Communist property owners », The Guardian, 20 juin 1990.

24 « Shipbuilding to Be Hit by German Unification », The Guardian, 25 octobre 1990.

25 Cf. Brewerton, David, « Fall in German Bonds Affecting Markets », The Times, 13 février 1990 ; ou encore « Helmut Khol realises his dream to lead a united Germany », The Guardian, 9 juillet 1990.

26 Voir notamment Pick, Hella et Palmer, John, « Foreign Secretary Battles to Restore Credibility in Europe », The Guardian, 16 juillet 1990 ; O'Brien, Conor Cruise, « Two Germanys will Decide own Future », The Times, 16 décembre 1989.

27 Gow, David, « Reconciliation beside the war graves », The Guardian, 12 juin 1990.

28 V. entre autres, Walker, Martin, « Industrial Nations Agree to Help Soviet Reforms », The Guardian, 11 juillet 1990.

29 « she expressed the truth ». Cf. « Mrs Thatcher's Realism Regarding German Reunification », The Times, 14 novembre 1989.

30 « Mrs Thatcher may have been tactless, but she was right ». Cf. « So Who is Right? - EEC Summit in Rome », Éditorial, The Times, 3 novembre 1990.

31 Bremner, Charles, « Mrs Thatcher fears Bonn `domination' following German reunification », The Times, 2 octobre 1990.

32 « Mrs Thatcher is jealous and resentful ». Cf. Pick, Hella, « Ridley's outburst sets back 40 years of building links with Germany », The Guardian, 14 juillet 1990.

33 « a small group of experts attempting to persuade Mrs Thatcher to hide her violent antipathy to German reunification in the interests of more effective British diplomacy », Brock, George, « Thatcher's Personal Struggle to Accept Reunification of Germany », The Times, 16 juillet 1990.

34 On peut y lire « Nicholas Ridley's reign at the Department of Trade and Industry has been one of error », Pick, Hella, « Ridley’s Outburst Sets Back 40 Years of Building Links with Germany », The Guardian, 14 juillet 1990.

35 Johnson, Daniel, « Why the Giant of Europe Must Expect Some Criticism », The Times, 14 juillet 1990.

36 Pick, Hella, « Message to the New Prime Minister », The Guardian, 5 décembre 1990.

37 « European Empiricism », Éditorial, The Times, 1 décembre 1990.

38 « German Questions », The Economist, 1990, n° 7639, p.49.

39 Malheureusement, l’accès aux vidéos des différentes émissions ayant porté sur le présent sujet n’étant pas aisé, celles-ci n’ont pas pu être visionnées, posant de ce fait certaines limites à la réflexion. Pour les mêmes raisons, la couverture de la question dans les journaux télévisés a été exclue.

40 Vidéo disponible à l’adresse http://www.youtube.com/watch?v=JDfP3IB8Z24 (consulté le 8 février 2012). À bien y regarder, il s’agit d’un pastiche du film The Dam Busters, Micheal Anderson (1955).

41 Voir catalogue en annexe.

42 « Eyewitness », dimanche 12 novembre 1989, ITV, 13h10-14h00, 50 minutes.

43 « South Bank Show », ITV, 4 novembre 1990, 22h35-23h35.

44 « Panorama », BBC 1, 13 novembre 1989, 21h30-22h10.

45 Selon les données enregistrées par le Broadcaster’s Audience Research Board, en 1989, BBC 1 détenait 39,0% de parts d’audience, contre respectivement 11,0%, 42,0% et 9,0% pour BBC 2, ITV et Channel 4. Cf. http://www.barb.co.uk/facts/annual-share-of-viewing?_s=4 (consulté le 8 février 2012)

46 « The Late Show », BBC 2, 2 octobre 1990, 23h15-23h55, suivi de « Newsnight », BBC 2, 2 octobre 1990, 23h55-00h30.

47 « Heart of the Matter », BBC 1, 28 octobre 1990, 22h15-22h35.

48 « Fifth Column », BBC 2, 3 octobre 1990, 22h20-22h30.

49 « Heart of the Matter », op.cit.

50 Voir catalogue en annexe

51 Voir supra note 39.

52 Voir catalogue en annexe.

53 « words of welcome ».

54 « words of warning ». Cf. Butt, Ronald, « Victims of a New Prejudice. German Reunification », The Times, 22 février 1990.

55 Idem. « public mood is for something more positive ».

56 « The Media Show », Channel 4, 14 octobre 1990, 21h30-22h15.

57 Salmon, Patrick et Hamilton, Keith (dirs.), German Unification, 1989-1990, Documents on British Policy Overseas, Londres, Routledge, 2009, 528 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Gallet, « La réception du processus d’unification de l’Allemagne dans les médias britanniques en 1989 et en 1990 », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 08 novembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1068 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1068

Haut de page

Auteur

Élodie Gallet

Doctorante. MIMMOC (EA3812), Université de Poitiers. Thèse en cours (depuis 2009): « Médiation et médiatisation : le cas de la représentation du conflit en Irlande du Nord à la télévision anglaise (1988-2008) », réalisée sous la co-direction du Pr. Susan Finding et de Philippe Cauvet (MIMMOC EA 3812, Université de Poitiers)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page