Navigation – Plan du site

L’école et le multi-confessionnalisme dans un contexte multiculturel, post-colonial au Royaume-Uni

Sofiane Hamou

Résumé

En vingt ans, à la fin du vingtième siècle, la société britannique a subi des mutations significatives. Face aux changements sociétaux, les efforts pour préserver la prééminence de l'Église anglicane dans le système éducatif britannique sous les deux gouvernements Thatcher et Blair ont provoqué des conséquences paradoxales et permis aux confessions non anglicanes de renforcer leur position et d'ouvrir des écoles confessionnelles. Les politiques menées par les précédents gouvernements conservateurs ont ignoré l’aspect multiculturel et multiconfessionnel d’une bonne partie des citoyens anglais et se sont uniquement focalisées sur l’identité et l’héritage, historique et culturel, britanniques en promouvant la religion chrétienne. À contrario, la politique du gouvernement de Tony Blair, a reconnu pleinement la diversité culturelle et religieuse que reflète la société anglaise. En effet, en étendant le financement public aux écoles dites de confessions minoritaires, et au nom des principes d’égalité et d’équité entre les différentes confessions représentées dans le pays, Tony Blair s’est également engagé de soutenir le projet établi par l’Église d’Angleterre, lequel vise le développement des écoles secondaires anglicanes. Cette promesse de faire accroître le nombre des écoles anglicanes secondaires autant que celui des écoles affiliées à d’autres confessions montre également la volonté du gouvernement de Tony Blair d’encourager la coexistence entre les différentes religions ainsi que de faciliter le dialogue entres les communautés religieusement différentes.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

éducation

Aires géographiques :

Angleterre

Périodes :

contemporaine
Haut de page

Texte intégral

1En 1979, la droite conservatrice retourne au pouvoir en plaçant à la tête du gouvernement Margaret Thatcher. La dame de fer semblait bien décidée de tourner complètement le dos à l’ancienne approche travailliste concernant tous les domaines de la vie publique, en particulier, celui de l’éducation. Apres avoir privatisé les entreprises publiques les plus importantes et réduit le pouvoir syndical, Margaret Thatcher et son Ministre de l’Éducation, Kenneth Baker, se sont lancés dans la mise en œuvre de la loi de reforme de 1988. Celle-ci se fondait essentiellement sur quatre grands principes qui reflétaient la philosophie politique thatchérienne : renforcement du pouvoir étatique, consolidation des valeurs communes, liberté de choix et intensification de la concurrence.

2Lors de la mise en place de la loi de réforme de l'éducation de 1988, l’instruction religieuse, appelée par la suite « éducation religieuse », a été complètement négligée par le gouvernement conservateur. Ce dernier considérait que les conditions définies par la loi de 1944 (agreed syllabus) étaient largement suffisantes pour préserver le statut de l’éducation religieuse dans le domaine de l’enseignement. Or, les églises n’adhéraient pas à cette position car elles souhaitaient que l’éducation religieuse soit intégrée dans le programme national, et que les décisions concernant les contenus de cette matière soient maintenues au niveau local.

3En effet, dans un long débat parlementaire sur ce projet de loi de reforme, les représentants des deux églises, anglicane et catholique, se sont unis pour défendre la place de l’éducation religieuse dans le programme scolaire national, alors que ce même projet ne prévoyait en aucun cas un changement concernant l’éducation religieuse dans les établissements scolaires de type confessionnel (aided schools). Les églises intervinrent pour deux principales raisons. La première concernait la dimension spirituelle des établissements scolaires. Pour les églises, ces propositions pouvaient amener les écoles à consacrer peu de temps à l’enseignement religieux. Autrement dit, l’introduction de la concurrence entre les écoles avec la mise en place d’un système d’évaluation pouvait conduire ces dernières à se concentrer uniquement sur les matières principales du curriculum scolaire national afin de satisfaire les exigences des enfants et de leurs parents et, par conséquent, à s’éloigner de l’éducation religieuse.

4Quant à la deuxième raison de cette intervention, elle concernait le caractère même de l’école. Toutes les deux églises ne voient dans ces propositions de reforme que la volonté du gouvernement conservateur de soumettre plus étroitement l’école aux lois du marché, en le dépossédant ainsi de son éthique. Le Cardinal Hume, archevêque de Westminster, chef de l’Église Catholique en Angleterre, exprime son inquiétude:

  • 1 « I come reluctantly to the conclusion that in its obsession with technology and economic prosperit (...)

J’arrive à conclure que dans [l’] obsession [du gouvernement conservateur] pour la prospérité technologique et économique, la société est en danger de perdre sa vision et son âme. Certainement sa loi de reforme nous offre à l’heure actuelle un système éducatif et un programme scolaire national caractérisés par un vide spirituel.1

  • 2 Basic Curriculum.

5Conscient de ces critiques formulées par les églises, le Ministre de l’Éducation, Kenneth Baker, décide de riposter en rappelant que son souhait est bien de maintenir le système qui cadre l’éducation religieuse déjà en place depuis 1944. Mais, cette situation ne tardera pas à changer. En effet, suite à l’opposition farouche manifestée par les instances des églises durant les débats parlementaires, Kenneth Baker décide d’intégrer l’éducation religieuse dans un programme nouvellement créé, appelé curriculum de base2. Ce dernier regroupe le curriculum national et l’éducation religieuse. Il est important de noter que ce changement opéré par le Ministre de l’Éducation n’est pas le fruit du hasard. En réalité, il a été mis en place pour éviter toute controverse sur l’éducation religieuse qui pourrait par la suite entraver l’avancement de ce projet de loi.

6Au cours du même débat, de nouvelles déclarations apparaissent, relatives cette fois-ci à la doctrine religieuse sur laquelle l’éducation religieuse doit mettre principalement l’accent. En effet, Baroness Cox et Lord Thorneycroft, membres conservateurs da la Chambre des Lords, annoncèrent que l’enseignement religieux devait être exclusivement chrétien. Selon eux, cette forme d’éducation à la religion chrétienne permettra de sauvegarder l’héritage culturel de l’Angleterre. Mais, cet amendement va rapidement susciter l’inquiétude du Bishop de Londres, Graham Leonard, qui pense qu’une telle éducation religieuse ne prend pas du tout en considération la diversité religieuse existante au sein des établissements scolaires du pays. Dès lors, l’évêque demande la rectification de cet amendement :

  • 3 « An agreed syllabus shall reflect the fact that the religious traditions in Great Britain are in t (...)

Le programme d’éducation religieuse doit refléter le fait que les traditions religieuses en Grande-Bretagne sont essentiellement chrétiennnes, tout en tenant compte des autres religions principales représentées en Grande-Bretagne. 3

  • 4 Muhammad Anwar, « New Commonwealth’ Migration to the UK », in, COHEN, Robin, The Cambridge Survey o (...)

7La société britannique des années quatre-vingt est caractérisée par une diversité culturelle et confessionnelle grandissante. Cette forte hétérogénéité est essentiellement le résultat d’une arrivée massive de flux migratoires de populations venant des pays du Commonwealth – ceux des anciennes colonies britanniques – et du fort taux de natalité qui les caractérisait. En 1981, le nombre des populations de couleur est estimé à 2.2 millions4 et va encore s’accroître dans l’avenir. Les statistiques montrent que les Musulmans, les Hindous et les Sikhs représentent les communautés religieuses non-chrétiennes les plus importantes dans le pays.

8Tableau 1 Communautés religieuses au Royaume Uni, 1980, 1985, 1989 (million)

9(Source: Beckford in Koenig & De Guchteneire, 2007, p. 270)

10En octobre 1980, la mainmise de l’Église Anglicane fut dénoncée en public dans la Chambre des Lords lors d’un débat sur la demande de l’Eglise Anglicane de s’approprier l’école Twyford High School, majoritairement fréquentée par des jeunes issus de communautés asiatiques dans le district d'Ealing à Londres. La religion chrétienne perdrait donc sa suprématie par rapport aux autres religions minoritaires comme les religions sikh, musulmane ou hindoue5. Ce n'est donc par surprenant que, malgré la diversité culturelle et religieuse, le gouvernement conservateur décide d’accorder à la religion chrétienne une place particulière qu’il inscrit dans le texte de loi de 1988 : 

La prière collective quotidienne, requise à l’école par la loi, devra être entièrement ou principalement à caractère chrétien;

  • 6 « The collective worship required in the school by section 6 of this Act shall be wholly or mainly (...)

La prière quotidienne est chrétienne, si elle reflète le caractère essentiellement chrétien des traditions religieuses …6

11En effet, cet article de loi concernant la prière collective quotidienne exige à tous les professionnels de l’éducation de promouvoir la foi chrétienne auprès des élèves dans tous les établissements scolaires du pays. Certes, cette loi satisfait les attentes des représentants des églises dans la mesure où elle renforce la place de la religion dans le secteur de l’éducation. Elle soulève cependant de vives critiques chez les minorités ethniques car non seulement elle ignore leurs cultes et croyances, mais aussi elle tente d’imposer à leurs enfants des pratiques religieuses autres.

  • 7 Priscilla Chadwick, op.cit., p. 97.
  • 8 Le SACRE est une commission chargée d’élaborer les programmes d’éducation religieuse. Elle est comp (...)
  • 9 Roberta. S Sigel, Marilyn Hoskin, Education For Democratic Citizenship: a challenge for multi-ethni (...)

12Pour apaiser le mécontentement des minorités ethniques, le gouvernement conservateur prévoit de maintenir intacte la loi déjà en place de 1944, donnant le droit aux parents non-chrétiens de retirer leurs enfants non seulement de l’éducation religieuse, mais également des prières collectives quotidiennes. Il renforce cette loi par une autre qui donne l’autorisation aux écoles de trouver un éventuel arrangement pour une pratique religieuse autre que la religion chrétienne auprès de nouvelles commissions7, auprès des Local Education Authority (académies), les « Standing Advisory Council For Religious Education » (SACRE)8. Certes, cette loi montre à quel point le gouvernement conservateur prend en considération la différence des enfants issus des minorités ethniques. Mais, selon les représentants des minorités ethniques, cette disposition ne fait qu’accentuer le sentiment de la différence entre ces enfants et les autres, ce qui amène à l’exclusion et à l’intolérance9.

  • 10 Derek Bastide, Good Practice in Primary Religious Education 4-11, London, Routledge Taylor & Franci (...)

13Malgré ces critiques, l'application de la loi de 1988 reste souple en ce qui concerne la prière collective quotidienne. En effet, après sa mise en application sur le terrain, de nombreuses écoles, situées principalement dans les zones à forte concentration des minorités ethniques, ont obtenu la permission d’organiser des prières communes à caractère confessionnel autre que chrétien auprès du SACRE. Autrement dit, ces écoles ont désormais le droit de remplacer le culte chrétien par un autre, ce qui leur donne un caractère multiconfessionnel (multi-faith)10.

14La loi de reforme de 1988 représente une étape importante dans l’histoire de l’éducation en Angleterre, mais elle apporte également un éclaircissement intéressant sur l’approche thatchérienne de l’éducation religieuse. En effet, par le biais de cette loi, le gouvernement de Margaret Thatcher souhaite donner à la religion chrétienne une place particulière au sein de l’école car elle la considère comme une véritable force unificatrice dans la société. En plus, dans un discours prononcé à l’assemblé générale de l’Église d’Écosse, Margaret Thatcher affiche pleinement sa volonté de préserver l’identité britannique (Britishness), en promouvant la religion chrétienne :

  • 11 « The Christian religion – which, of course, embodies many of the great spiritual and moral truths (...)

La religion chrétienne – qui bien évidemment incarne pleinement les vérités et la sainteté de la morale judaïque – est une partie fondamentale de notre héritage national… Elle en est l’élément vital depuis des siècles. En effet, nous sommes une nation fondée sur les Saintes Écritures11

  • 12 Gajendra K. Verma, « Cultural and Religious Diversity Within the National Curriculum », in Beatrice (...)

15Par contre, lors de ce même discours, l’aspect multiracial et multiconfessionnel de la société britannique est totalement ignoré, ce qui laisse de nombreux analystes déduire que cette philosophie politique thatchérienne était « mono-culturelle » et « anglocentrique »12.

16 Le gouvernement thatchérien fut bien décidé de donner une orientation conservatrice à sa loi de reforme de 1988, en maintenant et en fortifiant la place de la religion chrétienne au sein de l’école. Cependant, cette dernière est caractérisée par une diversité culturelle et cultuelle non négligeable de par la présence d’un nombre considérable d’élèves issus de minorités ethniques. Cette situation paradoxale va conduire à l’émergence de multiples problèmes dans l’éducation en liaison avec la variation ethno-religieuse.

  • 13 Hansard, vol 414 cc199-203, op. cit.

17Après une quinzaine d’années de lutte sans relâche pour la création de ses écoles confessionnelles ainsi que pour leur prise en charge financière par l’État, la communauté musulmane a été la première communauté religieuse ayant obtenu que ses établissements scolaires soient intégrés dans le secteur public. En effet, en 1998, Tony Blair a tenu ses promesses électorales en attribuant le statut d’école subventionnée à deux établissements scolaires musulmans de premier degré : Islamia à Londres et Al Furqam à Birmingham. Dès lors, en dehors des écoles de confession juive ou chrétienne qui bénéficiaient déjà des fonds publics, d’autres établissements scolaires de diverses confessions se voient également attribuer des subventions de l’État. C’est ainsi qu’en 1999, un établissement scolaire de confession sikh a reçu pour la première fois le statut d’école subventionnée, alors que la possibilité avait été évoquée vingt ans auparavant lors des débats sur Twyford School à Ealing13.

18Toutefois, cette généralisation de l’attribution du statut de subventionnée à toute école remplissant un certain nombre de conditions, notamment liées au programme national d’enseignement, a suscité des interrogations et des doutes. Certains y ont vu l’origine d’un danger pesant sur la société même. Pour eux, la subvention étatique de ces écoles renforçait leur reconnaissance et était susceptible de contribuer à leur profusion. Cette uniformisation du public de chaque école confessionnelle semblait s’opposer à tout esprit de pluralisme religieux et culturel, souhaité par la société et visé par le gouvernement de Tony Blair. Bien au contraire, elle risquerait d’amener à la sectarisation et au communautarisme.

19D’autres contestaient ce financement généralisé des écoles confessionnelles et remettaient même en cause la capacité de certaines parmi elles de répondre aux exigences du cadre éducatif imposé par l’État. En effet, ils restaient plutôt réservés face à un éventuel risque de décalage, voire même d’incompatibilité entre l’enseignement religieux de chaque école confessionnelle et le programme national d’enseignement, conçu depuis 1988.

20 De leur côté, les musulmans se réjouissent de la décision gouvernementale et justifient le caractère légitime de leur revendication en s’appuyant sur les subventions étatiques accordées aux écoles de confession juive, catholique ou anglicane. Ainsi, après avoir obtenu le droit au statut d’école subventionnée pour deux établissements primaires, la communauté musulmane exprime son vif souhait de voir ses écoles secondaires bénéficier également du financement public. En effet, à Birmingham, huit écoles indépendantes, soutenues par l’Association des Écoles Musulmanes, lancent une campagne revendiquant le droit au statut d’école subventionnée. Mais, ces nouvelles revendications provoquent des réactions chez les conseillers conservateurs. Selon James Hutchings, leur porte-parole:

  • 14 « We would be deliberately building apartheid with the development of this school instead of harmon (...)

Avec le développement de cette école, nous construirions délibérément un apartheid au lieu d’une harmonie. Et cet apartheid amènerait graduellement à des troubles sociaux et à un manque de cohésion sociale14

21Selon lui, intégrer une école confessionnelle dans le secteur public ne pourrait qu’accentuer les clivages religieux et risquerait de creuser dangereusement la différenciation entre les communautés. Cependant, Tim Brighouse, le responsable de l'enseignement à Birmingham, considère que les revendications des écoles de confession musulmane sont totalement légitimes, d’autant plus que d’autres écoles confessionnelles se sont vu octroyer ce droit.

  • 15 Geraldine Hackett, « Adventist secondary school wins funding », TES Connect, 13 mars 1998.
  • 16 « The school was effectively preparing pupils for life in an ethnically diverse inclusive society » (...)
  • 17 Elizabeth Pears, « End of an era as black school is set for closure », The Voice, www.voice-online. (...)

22 D'autres confessions suivirent. L’Église Adventiste du Septième Jour (qui dénombrait à l’époque quelque 250 000 fidèles sur tout le territoire15) demanda l'intégration de son seul établissement scolaire « John Loughborough » dans le secteur public. En septembre 1998, le gouvernement donna son accord pour subventionner cette école secondaire de 140 élèves, située à Tottenham, au nord de Londres. Les élèves sont majoritairement issus de familles originaires de l’Afrique Noire et des Caraïbes et nombreux parmi eux n’ont même pas d’affiliation religieuse avec l’établissement. Le rapport d’Ofsted pour 2002 souligne la qualité de l’éducation prodiguée ainsi que la pluralité: « l’école prépare efficacement les élèves pour vivre dans une société culturellement et cultuellement diversifiée et inclusive»16. Cependant, le niveau de qualité de l’école reste relativement faible et le rapport a également relevé le faible niveau de ses enseignants : la majorité n’ont pas de qualification reconnue par le ministère de l’éducation ; certains même n’en ont aucune, ce qui a amené l’établissement à fermer ses portes à la fin de l’année scolaire 2011- 201217.

23 Les nombreux réticences qui ont été exprimées lors de l'ouverture de ces écoles confessionnelles sont contredites par les rapports d'inspection Ofsted - la plupart de ces écoles sont ouvertes à la diversité tant au niveau des enseignements qu’à celui de l’origine des jeunes accueillis, malgré la spécificité religieuse de chacune d’elles. Elles répondent parfaitement aux exigences du programme scolaire national et œuvrent dans le sens de la politique gouvernementale qui vise l’inclusion et l’harmonisation des relations au sein d’une société profondément multiculturelle.

  • 18 « Catholics have their own schools, Anglicans and Jews have their own schools. The black community (...)

24 Si de nombreuses écoles de confessions minoritaires se sont vu attribuer des fonds publics, ce droit n’a pas été accordé à tous les établissements qui l’ont revendiqué. En 1999, les évangélistes noirs ont également demandé l’intégration de leurs écoles dans le secteur public. Cette demande a été faite par une organisation nommée Black Majority Church, qui recensait à l’époque quelque 250 000 membres dans 3000 églises. L’objectif de cette initiative était de répondre au besoin d’améliorer la qualité de l’éducation de la jeunesse de la communauté noire, la première marquée par l’échec scolaire en Angleterre. Or, le gouvernement a laissée cette revendication sans effet. Mr Mark Sturge, directeur de l’Alliance Evangélique Africains et Antillaise (Africain and Caribbean Evangelical Alliance), s'indigna : « Les Catholiques ont leurs propres écoles, les Anglicans et les Juifs ont leurs propres écoles. La communauté noire est la seule dont on ne s’occupe pas »18.

25Afin d’assurer l’équité entre les différents corps religieux, présents en Angleterre, le gouvernement travailliste répond favorablement à un projet établi par l’Eglise d’Angleterre. Ce projet, qui vise à augmenter le nombre des établissements anglicans du seconde degré, et animé par la situation difficile de gestion et de financement des établissements scolaires anglicanes.

  • 19 Lire à ce propos: Church Schools Review Group, The Way Ahead: Church of England school in the new m (...)
  • 20 Nicholas Pyke, « Blunkett backs 100 new Church Schools », The Independent, Sunday 27 août 2000.
  • 21 « Backing for more Church secondary school », BBC News - Education, Wednesday 13 décembre 2000.

26 En 2000, l’Église d’Angleterre est aux prises avec le problème du développement de son secteur éducatif sans l’intervention financière de l’État. Le nombre d’élèves souhaitant s’inscrire dans ce type d’écoles dépasse largement celui des places disponibles et va croissant19. Cette préférence semble être fortement motivée par deux facteurs : la qualité de l’enseignement qu’elles promeuvent et le principe du choix parental. La Church Schools Review Group, dont la présidence a été assurée par Lord Dearing. Dans le rapport d’enquête, intitulé « The Way Ahead », Dearing révèle que le nombre des écoles anglicanes secondaires est largement insuffisant par rapport aux besoins en comparaison avec les écoles anglicanes primaires20. Le rapport évoque l’absence totale d’écoles anglicanes secondaires dans certaines régions du pays comme dans les Midlands, le Sud-Est, le Nord et les banlieues, et recommande la construction d’une centaine d’écoles secondaires qui s’étalerait sur une période de cinq ans21. Le rapport a également mis en avant la qualité de l’enseignement offert par ces écoles et sur leur ouverture vers d’autres communautés religieuses. En effet, afin de rendre ce projet d’extension des écoles confessionnelles attractif aux yeux du gouvernement travailliste, le rapport a souligné la volonté des écoles anglicanes d’accompagner les enfants issus de familles défavorisées :

  • 22 « We live in a society where the gap between the affluent and the poor causes much concern, and whe (...)

Nous vivons dans une société où l’écart entre les riches et les pauvres suscite beaucoup de préoccupations, où il y a le risque réel que les enfants des pauvres sont destinés à rester pauvres, si leurs talents ne peuvent pas être enrichis et leurs aspirations augmentées par le biais d’ une éducation qui soit excellente et qui offre de réels espoirs22.

  • 23 « Church schools were a "valued and distinctive element" in the English school system », Ibid.

27Il est à noter que ce rapport a été particulièrement apprécié par le gouvernement travailliste. En effet, ce dernier estime que  les écoles anglicanes sont des « éléments appréciés et distingués dans le système éducatif britannique23. Par ailleurs, le Ministre de l’Éducation, David Blunckett, a manifesté son approbation du projet qui vise l’accroissement du nombre des écoles anglicanes secondaires. Il a tout de même souligné que la demande devait émaner des parents pour ce type d’écoles.

28Cependant, de nombreuses voix se sont élevées contre ce projet comme celle de la British Humaniste Association dont le directeur général, Mr Robert Ashby, a exprimé de fortes inquiétudes à ce sujet :

  • 24 « While one might view Church of England schools at present as very positive and welcoming of non-r (...)

Tandis qu’à présent on pourrait voir les écoles anglicanes en tant que très positives et accueillant des enfants athées et non-chrétiens, la proposition de renforcer le caractère anglican de ces écoles serait un mouvement exclusif24.

29D’après lui, l’extension des écoles anglicanes pourrait être perçue par les autres communautés comme une façon de se distinguer en les marginalisant. Par conséquent, une telle circonstance pourrait amener à la séparation des enfants sur des critères religieux. Le Président de la Local Governement Association, Graham Lane, partage également les sentiments de Mr Robert Ashby et alerte le gouvernement de Tony Blair sur les conséquences qui pourraient être engendrées par ce projet : 

  • 25 « […] If you allow a large number of extra Anglican schools you could end up with demands for relig (...)

Si vous permettez la création d’un grand nombre d’écoles anglicanes supplémentaires, vous pourriez finir avec les demandes venant d’autres écoles religieuses quelque soit leur confession. Cela n’est pas une manière de diriger une société multiculturelle25.

30 Or, si on se penche sur le nombre d'école publiques classées par affiliation religieuse, on s'aperçoit effectivement que l’écart entre le nombre des écoles anglicanes, primaires et secondaires, est très important. Même en tenant compte des différences de taille entre ces deux types d'établissement, on peut considérer le nombre des écoles secondaires insignifiant par rapport à celui des écoles primaires, mais ceci est vrai aussi bien pour les écoles anglicanes que pour les écoles catholiques.

Tableau 2. Écoles publiques de confession religieuse classées par affiliation religieuse 2001

Religions

Total

Primaire

Secondaire

Église d’Angleterre

4 700

4 509

191

Catholique Romaine

2 104

1 747

357

Méthodiste

28

28

0

Autres Chrétiens

74

47

27

Total : écoles de confession chrétienne

6 906

6 331

575

Juive

31

26

5

Musulmane

2

2

0

Sikh

2

1

1

Autres Religions

2

1

1

Total 

6 943

6 361

582

31(Source : Statistics of Education – Schools in England 2001)

32Le nombre des écoles secondaires par affiliation religieuse au niveau régional fait également apparaître la même situation. On y distingue un décalage assez important entre le nombre des écoles anglicanes secondaires et celui des écoles catholiques dans presque toutes les régions à l’exception du Sud-Est et du Sud-Ouest du pays où les chiffres montrent un certain équilibre entre les écoles anglicanes secondaires et les catholiques.

Tableau 3 Écoles secondaires anglicanes et catholiques par région

Régions

Anglicanes

Catholiques

Nord-Est

3

31

Nord-Ouest

25

103

Yorkshire et Humberside

10

27

Midlands-Est

15

19

Midlands-Ouest

28

39

Est de l’Angleterre

23

24

Londres

15

27

Grand Londres

15

43

Sud-Est

31

32

Sud-Ouest

26

12

Total

191

357

33(Source : Statistics of Education – Schools in England 2001)

34 Suite à la situation déficitaire des écoles anglicanes secondaires, le gouvernement de Tony Blair décida donc d’ajuster son projet, en ajoutant des mesures qui visent à développer à la fois les écoles anglicanes et celles des autres confessions. En 2001, le gouvernement travailliste de Tony Blair met en place le projet Green Paper : schools building on success qui vise, entre autres, à développer le nombre des écoles confessionnelles. Le moment de l’annonce de l’adoption de ce projet de loi semble peu opportun aux yeux des opposants : des émeutes raciales avaient éclaté dans les villes du Nord de l’Angleterre et des attaques terroristes contre le World Trade Centre et le Pentagone avaient meurtri les États-Unis. Les opposants à l’augmentation du nombre d’écoles confessionnelles se serviront de ces événements pour d’appuyer leurs vives inquiétudes. En effet, ils craignaient les conséquences à long terme de la légitimation d’écoles qui admettraient des élèves sur le seul critère de leur affiliation religieuse, ce qui risquerait de provoquer par la suite un fort isolement social, capable de limiter la possibilité d’échanges entre des jeunes issus de milieux culturellement et religieusement différents.

  • 26 Jodie Reed, « Religious Renewed? The right path for English schools », Public Policy Research, Dece (...)

35Ce projet, publié trois mois après la publication du rapport Dearing, prévoit de réduire de 15 % à 10 % les frais qui sont à la charge des écoles religieuses et de mettre à disposition de ces écoles une somme de 42 millions de livres sterling afin de pouvoir assurer l’entretien de leurs bâtiments scolaires et leur gestion26. En diminuant les frais à la charge des écoles et en leur accordant des fonds publics assez considérables, le projet du gouvernement travailliste contribue à relancer la construction de nouvelles écoles religieuses.

36 Mais, ce projet a rapidement suscité de vives inquiétudes. Lors d’une conférence du parti travailliste, de nombreux secrétaires généraux d’associations d’enseignants se sont unis avec les militants et les députés du parti travailliste pour mettre la pression sur le gouvernement afin qu’il revoie son projet d’extension des écoles confessionnelles, plus que jamais controversé à la suite des émeutes de Bradford, d’Oldham et de Burnley de l’été 2001, et des attaques terroristes perpétrées sur le territoire américain la même année. En effet, dans son argumentation, ce groupe d’opposants s’est appuyé essentiellement sur ces événements tragiques et leur motivation religieuse, afin de prévenir le gouvernement sur les risques d’endommager la société plurielle d’une manière encore plus grave, à travers l’extension des écoles mono-confessionnelles, musulmanes et autres, et la création de dangereuses divisions.

  • 27 « Segregation in schools is one indicator of this trend. Rather than seeing the emergence of a conf (...)

37 La National Secular Society, opposée à l’influence de la religion dans l’école, s’est prononcée contre ce projet visant l’accroissement des écoles confessionnelles. Elle cite le rapport publié suite aux émeutes de Bradford, qui révèle l’existence d’une profonde fragmentation ethnique, culturelle et religieuse au sein de la société britannique : « La ségrégation est dans les écoles un indicateur de cette tendance. Plutôt que de voir l'apparition d'un quartier multi-culturel confiant, le comportement des gens semble se durcir et l'intolérance à la différence grandit »27.

  • 28 Biddy Passmore, Nic Barnard, « Voters oppose expansion of faith schools », TES Connect, 30 novembre (...)

38L’opinion publique était peu favorable à ce projet d’extension des écoles confessionnelles. Lorsque l'organisation de sondage MORI Poll, à la demande du quotidien TES, questionna 2000 personnes appartenant à différentes communautés religieuses : plus de la moitié se sont exprimées contre le projet. Seulement un quart y était favorable28. Cette enquête montre également à quel point ces personnes interrogées sont inquiètes au sujet des procédures d’admission clairement basées sur des critères religieux.

  • 29 « Faith schools should not be made a scapegoat for ethnic divisions », Faith schools rebels defeate (...)
  • 30 Victoria Combe, « Faith schools to teach inter-religion tolerance », The Telegraph, 15 novembre 200 (...)
  • 31 TES Connect, 5 octobre 2001.

39En réponse aux arguments les risques de fragmentation sociale, le ministre de l’Éducation, Estelle Morris, déclara que les écoles religieuses n’étaient pas responsables de tous les maux liés aux divisions sociales déjà existantes en Angleterre29. Cependant, elle suggéra à toutes les écoles religieuses l'élaboration des programmes pour promouvoir la tolérance interethnique et interconfessionnelle et empêcher des clivages entre les communautés30. Le Ministre des Ecoles, Stephen Timms, admit que le projet d’extension d’écoles confessionnelles était difficile, mais « les écoles confessionnelles font un très bon travail et qu’elles le font particulièrement au sein des communautés traditionnellement défavorisées»31. En accordant plus de facilités de développement aux écoles anglicanes, ainsi qu’en intégrant les écoles confessionnelles minoritaires dans le secteur public, le gouvernement montrait de manière très forte son attachement aux notions d’égalité et d’inclusion qui doivent être promues dans une société multiculturelle.

  • 32 Passmore, Barnard, op.cit., 2001.
  • 33 Voir Education and skills committee, « Secondary Education: schools admission », House of Commons, (...)

40Les défenseurs des écoles confessionnelles ne restèrent pas sans voix. Au nom des membres de la communauté religieuse, le chanoine John Hall riposta que dans la majorité des écoles anglicanes, l’appartenance religieuse ne constitue pas un critère d’admission de jeunes élèves32. Sa prise de position ne semble pas infondée. Selon les différents rapports d’Ofsted, il apparaît qu’il en est de même pour les écoles de confession catholique. Le recensement effectué par Catholique Education Service en 2003 est très éloquent sur ce sujet : lors de cette année, les écoles secondaires catholiques ont accueilli 66.198 (20%) enfants athées ou d’origines confessionnelles diverses33. En effet, les rapports d’Ofsted mettent en évidence que, de manière générale, les écoles confessionnelles appliquent des politiques d’admission considérées comme inclusives.

41Les écoles catholiques n’ont pas été les seules à aménager leurs critères d’admission et à s’ouvrir aux autres communautés religieuses. L’école secondaire juive, King David, située à Liverpool, rentre dans le même cas de figure. Après la baisse importante du nombre des membres de la communauté juive dans le Nord-Ouest de L’Angleterre, l’école a dû accueillir des jeunes venant de familles culturellement et cultuellement diverses afin de s’adapter aux nouvelles circonstances. Mais, il serait inexact de prétendre que l’école King David a ouvert ses portes à des jeunes non juifs sous la seule pression des effectifs. Loin de là, elle a su faire preuve de diversité et d’ouverture d’esprit en accordant en 2002 sa propre direction à un catholique, John Smart. L’année de sa nomination, ce dernier déclare :

  • 34 « We believe our clear Jewish ethos is an asset and the head also sees it as such. This is not mult (...)

Nous croyons que notre pure éthique juive est un avantage et le directeur de l’établissement l’envisage en tant que tel. Cela n’a rien de multiculturel. C’est une école juive où les religions se rencontrent et où les élèves apprennent à valoriser la foi de chacun34 .

  • 35 Fran Abrams, Clare Dean, « Schools accused of racial segregation », TES Connect, 22 juin 2001.
  • 36 TES Connect, 03 mai 2002.

42Certains établissements ont préféré garder leurs spécificités religieuses intactes et refuser l’entrée à tout élève qui ne saurait pas les partager. Des écoles de ce genre pourraient se trouver accusées de discrimination religieuse et par extension raciale envers les enfants. C’est le cas de deux écoles anglicanes du second degré qui sont situées à Oldham, une ville caractérisée par une forte concentration de communautés originaires du sous-continent indien. En plaçant l’affiliation religieuse parmi les principaux critères d’admission des jeunes enfants, ces écoles ont été accusées de discrimination raciale par les représentants de la communauté musulmane35. Il en est de même pour St Cuthbert’s, école de confession catholique, située à Rochdale (pas loin de la ville d’Oldham), ville marquée par la présence d’une forte communauté musulmane, qui persiste à accueillir exclusivement des enfants de familles catholiques36.

43Le gouvernement de Tony Blair a toujours fait l’éloge de l’enseignement dispensé dans les établissements scolaires de diverses religions. Le succès des écoles confessionnelles tient à deux raisons : elles sont parfaitement intégrées dans le système éducatif anglais, et elles constituent des modèles pour la réussite scolaire des jeunes. Les résultats scolaires annuels des différents établissements confessionnels témoignent de leurs performances. Le classement annuel des établissement pour 2007-2008 montre que les résultats des écoles confessionnelles du second degré sont meilleures que ceux de leurs homologues de type séculaire, non confessionnelles.

Tableau 4 Pourcentage de succès aux GCSE 2007/2008 par caractère religieux (%) 'Maintained schools' en Angleterre

Ecole par affiliation religieuse

5+ grade A*-C

5+ grades A-C (dont anglais et maths)

Eglise d’Angleterre

68.0

54.2

Eglise catholique

72.8

55.9

Autres chrétiens

69.6

56.0

Juive

89.0

81.1

Musulmane

86.5

70.4

Sans caractère religieux

64.5

47.9

Total

65.6

49.1

Ecoles confessionnelles

71.3

55.7

44(Source : Paul Bolton, Christine Gilie, Faith Schools: admissions and performance, House of Commons Library, 10 March 2009)

  • 37 Alexandra Smith, « Faith schools dominate top primary results », The Guardian, Thursday, 7 décembre (...)
  • 38 Sam Marsden, « Primary school league tables 2012: Faith schools account for six out of ten top-scor (...)

45Il en est de même pour les écoles confessionnelles du premier degré qui dominent dans le palmarès de meilleures écoles primaires.37. Les statistiques pour l'année scolaire 2011-2012, confirment ces observations : sur les dix meilleurs établissements primaires du pays, six sont des écoles confessionnelles38.

  • 39 Richard pring, « Faith schools: can they be justified? », in Roy Gardner, Jo Cairns, Denis Lawton, (...)
  • 40 House of Commons, Hansard debates, 6 February 2002.
  • 41 Inspection Report, St Faith’s Church of England primary school, Reporting Inspector, David Penny, 8 (...)

46Lors d’un débat parlementaire sur l'inclusion, Franck Dobson, député travailliste opposé au projet de son gouvernement, proposa un amendement qui imposerait à ces écoles de réserver 25 % de leurs places à des jeunes enfants d’origine ethnique et de confession diverses39, afin d’assurer l’inclusion et, à long terme, de réduire le risque de fracture sociale. Mais d'autres lui opposent le fait que chaque établissement définit comme il le souhaite ses propres critères d’admission selon sa position géographique et son environnement social40. En effet, une école confessionnelle qui est située dans une zone géographique peuplée de minorités ethniques et religieuses diverses a visiblement une politique d’admission totalement différente d’une autre école confessionnelle, située dans une zone géographique dont la majorité des résidents sont de race blanche et partagent la même religion41.

47 Si le projet d’extension du nombre des écoles confessionnelles sur le territoire britannique, promu par le gouvernement travailliste, a été adopté après la proposition de l’église d’Angleterre, celle-ci se trouve aussi à l’initiative d’un autre projet beaucoup plus ambitieux. Il s’agit de créer une école secondaire multiconfessionnelle dans la capitale. Cette école réunirait des enfants de confession chrétienne, juive, musulmane, sikhe et hindoue. Un projet d’envergure comme celui-ci serait indéniablement la meilleure réponse aux critiques de l’opposition. L’instauration de cette nouvelle institution dispenserait les écoles confessionnelles de toute accusation liée aux notions de ségrégation religieuse et de division sociale.

48Parmi les représentants religieux qui ont adhéré à ce projet, se distinguent les rabbins Jonathan Wittenberg et Julia Neuberger, l’évêque d’Oxford Richard Harries, et Zaki Badawi, président du Conseil des Imams et Mosquées du Royaume-Uni. Leur intérêt appuie la singularité de cet établissement : son identité qui demeure purement religieuse ne s’allie à aucune confession particulière. Richard Harries décrit ce pluralisme confessionnel qui constitue la pierre angulaire du projet :

  • 42 « The vision is of a multi-faith school in which faith is taken seriously, so that each child will (...)

La vision est celle d'une école multiconfessionnelle où la foi est prise au sérieux de telle sorte que chaque enfant va apprendre quelque chose de sérieux au sujet de sa propre religion, mais il sera instruit dans un environnement scolaire qui réunit également des élèves d'autres religions42.

49Le caractère pluriel en matière de confession qui caractériserait cette école serait donc visiblement en mesure d’éliminer les enjeux sociaux et de garantir la future cohésion nationale.

50L’ouverture spirituelle envisagée par ce projet rime parfaitement avec le multiculturalisme qui caractérise la société anglaise. Non seulement il calmerait les inquiétudes des opposants, mais aussi il saurait satisfaire les adeptes du multiculturalisme. Toutefois, ce projet ne peut pas prétendre innover le domaine de l’éducation. D’une part, de nombreuses écoles confessionnelles ont déjà ouvert leurs portes à des jeunes qui sont soit athées soit fidèles d’autres religions. D’autre part, les écoles publiques mettent en œuvre depuis longtemps les caractéristiques « innovantes » de ce projet : elles accueillent des enfants d’origines variées – elles sont donc marquées par le multiculturalisme – et elles enseignent toutes les religions – ce qui fait d’elles des institutions multiconfessionnelles. Et pourtant, elles ne semblent pas avoir échappé aux divers problèmes d’ordre discriminatoire.

51Tous ces paramètres font du domaine de l’éducation un milieu particulièrement complexe. Si l’on considère les institutions scolaires dans leur ensemble, il serait d’emblée difficile d’identifier les écoles qui œuvrent pour la cohésion sociale et celles qui risquent de provoquer l’effet inverse de la division. Le degré de la confusion devient plus important quand il s’agit précisément des écoles confessionnelles. Dans un sens, cette situation n’est que le résultat de la politique du gouvernement de Tony Blair. D’un côté, fidèle aux principes traditionnalistes, il entend continuer à protéger l’église d’Angleterre qu’il considère comme le principal pourvoyeur de l’éducation. De l’autre côté, il offre des subventions publiques aux autres écoles confessionnelles, dites minoritaires, au nom de l’égalité et de l’équité entre les religions. Même si l’on accepte que l’objectif n’est autre que d’assurer la cohésion sociale, est louable, on doit reconnaître que, inévitablement, il semble provoquer la division et la communautarisation.

Haut de page

Notes

1 « I come reluctantly to the conclusion that in its obsession with technology and economic prosperity, society is in danger of losing its vision and its soul. Certainly this bill as it stands offers us an educational system and curriculum at the heart of which is spiritual emptiness.», Priscilla Chadwick, Shifting Alliances : Church and State in English Education, op.cit., p. 90-91.

2 Basic Curriculum.

3 « An agreed syllabus shall reflect the fact that the religious traditions in Great Britain are in the main Christian, whilst taking account of the teachings and practices of the other principal religious traditions represented in Great Britain », Penny Thompson, Whatever Happened to Religious Education ?, United Kingdom, Lutterworth Press, 2003, p. 112.

4 Muhammad Anwar, « New Commonwealth’ Migration to the UK », in, COHEN, Robin, The Cambridge Survey of World Migration, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 276.

5 Hansard, vol 414 cc199-203 : http://Hansard.millbanksystems.com/lords/1980/oct/28/twyford-high-school-ealing.

6 « The collective worship required in the school by section 6 of this Act shall be wholly or mainly of a broadly Christian character », « Collective worship is of a broadly Christian character if it reflects the broad traditions of Christian belief… », Texte officiel de la loi éducative 1988, article 7.1/2.

7 Priscilla Chadwick, op.cit., p. 97.

8 Le SACRE est une commission chargée d’élaborer les programmes d’éducation religieuse. Elle est composée de LEA, de diverses associations d’enseignants et des représentants des églises, y compris d’autres religions.

9 Roberta. S Sigel, Marilyn Hoskin, Education For Democratic Citizenship: a challenge for multi-ethnic societies, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates, 1991, p. 35-36.

10 Derek Bastide, Good Practice in Primary Religious Education 4-11, London, Routledge Taylor & Francis Group, 1992, p. 21.

11 « The Christian religion – which, of course, embodies many of the great spiritual and moral truths of Judaism – is a fundamental part of our national heritage… For centuries it has been our very lifeblood. Indeed, we are a nation founded on the Bible », Joseph. B. Tamney, « Conservative Government and Support for the Religious Institution: religious education in English schools », The British Journal of Sociology, Vol. 45, No. 2, June 1994, p. 198-199.

12 Gajendra K. Verma, « Cultural and Religious Diversity Within the National Curriculum », in Beatrice Drury, Education, The Education Reform Act (1988) and Racial Equality, University Of Warwick, A Conference Report, Centre of Research in Ethnic Relations, June 1992, p.4-5.

13 Hansard, vol 414 cc199-203, op. cit.

14 « We would be deliberately building apartheid with the development of this school instead of harmony and this apartheid would gradually develop into social unrest and a lack of social cohesion », Dean Clare, « Funding bid for Muslim secondaries », TES Connect, 25 septembre1998.

15 Geraldine Hackett, « Adventist secondary school wins funding », TES Connect, 13 mars 1998.

16 « The school was effectively preparing pupils for life in an ethnically diverse inclusive society », Ibid.

17 Elizabeth Pears, « End of an era as black school is set for closure », The Voice, www.voice-online.co.uk, 26 décembre 2012.

18 « Catholics have their own schools, Anglicans and Jews have their own schools. The black community is the only one not looking after itself », Cathy Comerford, « Black Churches to set up schools », TES Connect, 19 novembre 1999.

19 Lire à ce propos: Church Schools Review Group, The Way Ahead: Church of England school in the new millennium, London, Church House Publishing, June 2001.

20 Nicholas Pyke, « Blunkett backs 100 new Church Schools », The Independent, Sunday 27 août 2000.

21 « Backing for more Church secondary school », BBC News - Education, Wednesday 13 décembre 2000.

22 « We live in a society where the gap between the affluent and the poor causes much concern, and where there is a very real risk that the children of the poor are destined to remain poor, unless their talents can be nourished and their aspirations raised through an education that is excellent and that gives real hope », Ibid.

23 « Church schools were a "valued and distinctive element" in the English school system », Ibid.

24 « While one might view Church of England schools at present as very positive and welcoming of non-religious and non-Christian children, the proposal to strengthen the Anglican character of these schools would be an exclusive move », « Church of England schools to expand », BBC News – Education, Thursday, 14 juin 2001.

25 « […] If you allow a large number of extra Anglican schools you could end up with demands for religious schools of all faiths - which is not the way to run a multi-cultural society », The Independent on Sunday, 27 août 2000.

26 Jodie Reed, « Religious Renewed? The right path for English schools », Public Policy Research, December 2005- February 2006.

27 « Segregation in schools is one indicator of this trend. Rather than seeing the emergence of a confident multi-cultural district, people's attitudes appear to be hardening and intolerance to differences is growing», Tracy McVeigh, « Faith schools spark fears of ‘apartheid’ », The Guardian, 30 septembre 2001.

28 Biddy Passmore, Nic Barnard, « Voters oppose expansion of faith schools », TES Connect, 30 novembre 2001.

29 « Faith schools should not be made a scapegoat for ethnic divisions », Faith schools rebels defeated, BBC News, 7 février 2002.

30 Victoria Combe, « Faith schools to teach inter-religion tolerance », The Telegraph, 15 novembre 2001.

31 TES Connect, 5 octobre 2001.

32 Passmore, Barnard, op.cit., 2001.

33 Voir Education and skills committee, « Secondary Education: schools admission », House of Commons, Fourth Report of Session, 2003-2004.

34 « We believe our clear Jewish ethos is an asset and the head also sees it as such. This is not multi-cultural. It is a Jewish school where faiths meet and students learn to value each other's faith », , Laurence Pollock, « Determined to keep faiths », TES Connect, 3 mai 2002.

35 Fran Abrams, Clare Dean, « Schools accused of racial segregation », TES Connect, 22 juin 2001.

36 TES Connect, 03 mai 2002.

37 Alexandra Smith, « Faith schools dominate top primary results », The Guardian, Thursday, 7 décembre 2006.

38 Sam Marsden, « Primary school league tables 2012: Faith schools account for six out of ten top-scoring primaries », The Telegraph, 14 décembre 2012.

39 Richard pring, « Faith schools: can they be justified? », in Roy Gardner, Jo Cairns, Denis Lawton, Faith Schools: Consensus or conflict?, Oxford, Routledge, 2005, p. 52.

40 House of Commons, Hansard debates, 6 February 2002.

41 Inspection Report, St Faith’s Church of England primary school, Reporting Inspector, David Penny, 8-10 October 2001.

42 « The vision is of a multi-faith school in which faith is taken seriously, so that each child will learn something serious about their own religion but will be taught in a school environment with pupils of other religions », « Multi-faith school proposals », BBC News, Tuesday, 12 mars 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofiane Hamou, « L’école et le multi-confessionnalisme dans un contexte multiculturel, post-colonial au Royaume-Uni », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 22 août 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/1332 ; DOI : 10.4000/mimmoc.1332

Haut de page

Auteur

Sofiane Hamou

Étudiant du Master Cultures et sociétés étrangères, Université de Poitiers, Sofiane Hamou a soutenu son mémoire de Master 2 intitulé "Les écoles confessionnelles en Angleterre aujourd'hui. Regard historique et enjeux sociétaux et politiques" en 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page