Navigation – Plan du site

Territoires, identités : les mythes d’Âge d’Or et d’Unité dans les rêves de Grand Pays basque et de Grande Catalogne

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau

Entrées d’index

Mots-clés :

identité nationale

Keywords :

identity

Aires géographiques :

Espagne, Pays basque, Catalogne

Périodes :

19e-20e siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Claude Lévi-Strauss, Race et histoire, Paris, Gallimard (Coll. « Folio »), [1952] 1987 ; Anthropolo (...)
  • 2 Gilbert Durand, Structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, Bordas, 1962.
  • 3 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil (Coll. « Points-Histoire »), [1986] (...)
  • 4 Gilbert Durand, L'Imagination symbolique, Paris, PUF (Coll. « Quadrige Grands textes »), 2003.
  • 5 Gilbert Durand, Champs de l'imaginaire, Grenoble, ELLUG (Coll. « Ateliers de l'imaginaire »), 1997.
  • 6 Gilbert Durand, Introduction à la mythodologie, Paris, Albin Michel (Coll. « La Pensée et le sacré (...)
  • 7 Alain Dieckhoff, La Nation dans tous ses états : Les Identités nationales en mouvement, Paris, Flam (...)
  • 8 Jaume Rossinyol, Le problème national catalan, thèse de Droit soutenue à Nantes en 1969, préf. de G (...)

1L’histoire structuraliste1 des sociétés montre qu’en phase de crise politique, l’imaginaire collectif2 réactive quatre grands mythes3 récurrents, la Conspiration, le Sauveur, l’Âge d’Or et l’Unité4. En Espagne plus qu’en France, ces deux dernières chimères5 mobilisèrent les irrédentistes catalans et basques en tant que projets6 de recomposition de vastes territoires où ancrer l’identité menacée par le décentrement. Si les uns réclamaient la fédération multinationale, alors que les autres visaient la sécession, ces deux régionalismes revendiquaient la reconnaissance de leur spécificité identitaire, distincte de la culture de l’État-nation en place7. Bien que d’innombrables chercheurs8 se soient penchés sur le phénomène de ces nationalismes alternatifs, le présent article n’a nullement pour objet d’en épuiser la complexité, mais de n’aborder, sans aucune intention d’exhaustivité, que les songes d’une quinzaine d’auteurs, qui, en particulier dans la seconde moitié du XIXe siècle, rêvèrent d’élargir les frontières basques ou catalanes afin que ces deux zones recouvrent leurs passés mythiques d’unité ethno-linguistique. Les premiers écrits de ces douze Basques, dont trois Français, et de ces quatre Catalans, commencèrent à paraître en 1808, lorsque les troupes napoléoniennes s’apprêtaient à franchir les Pyrénées, et continuèrent à être publiés jusqu’en 1977, quand un régime de préautonomie fut instauré dans les Communautés espagnoles de Catalogne et du Pays basque. Ils visaient la restitution pour ces régions — pourtant les plus dynamiques et prospères de la Péninsule — d’une puissance prestigieuse, considérée comme légitime, quoiqu’injustement perdue en raison d’avatars historiques. Ces journalistes, écrivains, géographes, hommes de loi, politiciens, tribuns aspirèrent à augmenter leurs territoires respectifs, au risque de les voir se chevaucher en Béarn, Aragon ou Bigorre.

Carte n° 1 : Confédération catalano-aragonaise-occitane sous Alphonse II le Chaste.

Carte n° 1 : Confédération catalano-aragonaise-occitane sous Alphonse II le Chaste.

2Certains se contentaient de ne revendiquer qu’une reconnaissance des terres ayant appartenu autrefois à leur aire culturelle. D’autres réclamaient, pour une autodétermination future, l’acceptation immédiate, de la part des gouvernements en place, de leurs prétentions territoriales.

Deux pionniers français de l’irrédentisme basque

  • 9 Mikel G. Gurpegui, Euskadi, Eusko Jaurlaritzaren Argitalpen Zerbitzu Nagusia, 2005, 82 p., p. 6.

3Ni le regret d’un Âge d’Or ni l’aspiration à l’Unité ne prospérèrent dans l’abstraction gratuite de la fable, sans lien avec les réalités historiques. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, la guerre internationale d’Indépendance, puis le conflit civil de Sept Ans, ravagèrent la Péninsule. Et ces bouleversements majeurs inspirèrent, outre-Pyrénées, des suggestions d’élargissement transfrontalier des 7 234,8 km2 des trois provinces ibéro-basques9, qui, déjà avec la Haute-Navarre, auraient couvert 17 682 km2.

4Il est rare que les représentations du passé n’aboutissent point à des perspectives d’avenir, ou que ces dernières ne s’étayent de quelques allusions au temps jadis. Ainsi, l’année où l’Assemblée de Bayonne proposait le premier texte constitutionnel espagnol, le Comte et Sénateur de l’Empire Dominique Joseph Garat (1749-1833) fit référence à l’Antiquité lorsqu’il adressa à Napoléon Ier un « Mémoire » conseillant la création, entre la France et l’Espagne, d’un État-tampon basque sous tutelle impériale :

La gloire de la découverte du Nouveau Monde est restée à Colomb ; les Basques la lui ont disputée et l’auraient, je crois au moins, partagée avec Colomb s’ils avaient su comme lui parler à l’Europe et s’en faire entendre [...]. La population de ces Phéniciens et de ces Tyriens ressuscités en quelque sorte croîtrait bientôt, j’en suis sûr, dans une proportion aussi forte que celle des États-Unis d’Amérique [...]. Je croirais très convenable de faire porter l’enseignement des écoles publiques sur cette langue même qu’elle ne serait pas une folie [sic] [...] il faudrait y faire circuler de toutes parts des notices historiques courtes, mais bien faites, sur l’origine Phénicienne de toutes ces peuplades, sur l’empire exercé par les Phéniciens sur les mers et qui a été si heureux pour toute la Terre [sic] sur toutes les actions si extraordinaires faites dans la marine des siècles modernes par les Basques flibustiers, corsaires et autres.

  • 10 Isidoro de Fagoaga Larrache, « Le bicentenaire d'un grand fils du Pays Basque : Joseph GARAT (1749 (...)

5Ayant jugé le rapport digne d’intérêt, l’Empereur le pria d’approfondir ses recherches à propos des Basques. Alors que les investigations de Garat débouchaient sur l’ouvrage posthume Origines des Basques de France et d’Espagne10, son compatriote, le philologue Joseph Augustin Chaho (Tardets 10 octobre 1810-Bayonne 22 octobre 1858) prônait l’unité nécessaire des Basques ibériens, avec ceux du Labourd, de la Basse-Navarre et de la Soule.

Carte n° 2 : Pyrénées Atlantiques.

Carte n° 2 : Pyrénées Atlantiques.
  • 11 Alexis Sabatier, Tío Tomás. Souvenirs d'un soldat de Charles V, Bordeaux, Granet, 1836.
  • 12 Joseph Augustin Chaho, Voyage en Navarre Pendant l'Insurrection des Basques (1830-1835), Paris, Art (...)
  • 13 Joseph Augustin Chaho, Antoine Thomson d'Abbadie d'Arrast [Dublin 1810-Paris 20 mars 1897], Études (...)

6Or l’Unité, comme l’Âge d’Or, offrant, tels Janus, la facette réversible de la rétrospection par la projection vers le futur d’une espérance messianique, Chaho présenta leur indépendance éventuelle au sein d’une fédération cantabrique comme testament politique du général carliste Tomás de Zumalacárregui y de Imaz (Ormáiztegui, Guipúzcoa 29 décembre 1788 - Cegama, Guipúzcoa 24 juin 1835)11 : « Fondés sur ce principe et sur le droit historique, peut-être, quelque jour, les Basques tenteront de recouvrer l’unité nationale dont ils jouissaient autrefois12. ». Ces lignes ne déplurent guère à un géographe, linguiste, anthropologue, politologue et futur maire d’Hendaye de 1871 à 1875 qui organisa les première « Fêtes euskariennes » à Urrugne. Avec sa collaboration, Chaho publia un livre13 en l’honneur d’une devise dont il devint le précurseur. En faveur de l’union des 2900000 habitants vivant sur les 20864 km2 des provinces basques, d’Arcachon aux vallées cantabriques, délimités par la Castille, La Rioja et l’Aragon, le mot d’ordre « les sept n’en font qu’un » fut même amplifié 168 ans plus tard par un Français responsable associatif de deux structures basques :

  • 14 « 15 millions de Basques et Benoît Etcheverry : l’association Zortzi probintziak fait le lien entre (...)

En pointant sur une mapemonde [sic], il a recensé 15 [sic] millions de basques [sic] dans [sic] la planète et s’attache désormais à fédérer cette vaste communauté, grâce notamment, au site Internet www.amalur.org. Un portail qui référence cette communauté justement virtuelle, et s’attache à « renforcer les liens entre le Pays Basque et la diaspora ». Benoît Etcheverry a créé dans ce but l’association Zortzi probintziak (8 provinces) dans ce but [sic], il y a tout juste un an. Quant au site Internet, crée [sic] en mars 2004, il totalise à ce jour plus de 100 000 visites selon son créateur14.

  • 15 Joseph Augustin Chaho, Histoire Primitive des Euskariens-Basques langue, poésie, mœurs et caractère (...)

7Si l’Âge d’Or fige le temps, le désir d’Unité peut également ignorer ou refuser l’incessante œuvre de Chronos, détrôneur et générateur de divinités, destructeur et bâtisseur de puissances, anéantisseur et promoteur de peuples, transformateur permanent des modes. Conseiller Municipal de Bayonne et Général des Basses-Pyrénées de 1849 à 1851, Chaho restait par conséquent persuadé que les Cantabres et Navarrais étaient Basques. Ses convictions séduisirent Charles Philippe Henri Louis Vicomte de Belzunce (Brunswick 29 août 1796-Bordeaux 18 mai 1872). Dès le soulèvement libéral progressiste qui conduisit à la régence le général Espartero (Granátula de Calatrava, Ciudad Real, 27 février 1793 - Logroño 8 janvier 1879), vainqueur des absolutistes, ce Chevalier de la Légion d’Honneur et gentilhomme de la Chambre Royale prépara avec Chaho une Histoire des Basques depuis leur établissement dans les Pyrénées occidentales jusqu’à nos jours15 qui parut en France six ans après que le régent d’Espagne promulgue la Loi Pactisée réglant la question des privilèges avec la Navarre.

Recomposition d’Âges d’Or territoriaux par huit plumes espagnoles

8Servant à reconquérir l’identité locale, le mythe de l’Âge d’Or ressurgit dans les pages de huit auteurs péninsulaires lors de fractures historiques de la seconde moitié du XIXe siècle, quand le trône des Bourbons d’Espagne vacilla, puis quand la Restauration de leur dynastie se heurta aux contestations des défenseurs des privilèges fiscaux et militaires basco-navarrais que les conventions économiques ultérieures ne parvinrent guère à satisfaire, enfin quand elle tenta de pallier la disparition du Souverain par une alternance politique manipulée. Les tensions politico-sociales qui découlèrent de ces trois ruptures développèrent les idéaux d’unité territoriale basque et les premiers balbutiements de pancatalanisme.

  • 16 Juan Venancio de Araquistáin, Tradiciones vascocántabras, Tolosa, 1866.
  • 17 Nicolás de Soraluce, «Irurac bat», Semanario católico vasco-navarro, n. 12, 23-111, 1867, p. 187-18 (...)

9Tandis que les progressistes et démocrates signaient le pacte d’Ostende contre la monarchie d’Isabelle II, Juan Venancio de Araquistáin chanta la rébellion irréductible des habitants originels d’une Ibérie jamais foulée par le moindre envahisseur16, Après l’échec des deux premières guerres carlistes, ce poète et romancier de Guipúzcoa suggéra l’existence d’un Grand Pays basque, contesté toutefois par un historien17. Rappelant la finalité de ses légendes, Araquistáin lui rétorqua :

  • 18 «La historia formará eruditos, pero no hace héroes, sobre todo en las masas. Sólo las tradiciones, (...)

L’histoire forme sans doute des érudits, mais ne forge point de héros, surtout pour les masses. Seules les traditions, les chants, bref, les histoires populaires… ont [sic] le pouvoir d’enflammer l’imagination des peuples18.

  • 19 José María de Angulo y de la Hormaza, Sucinta exposición de la historia, legislación, régimen admin (...)
  • 20 Revista Eúskara, 6 v., Pamplona, Lorda, 1878-1883.
  • 21 Andrés Giménez Soler, El Poder judicial en la Corona de Aragón: memoria leída en la Real Academia d (...)
  • 22 « Ni en el Pirineo francés ni en el español habita una raza que paladinamente sobresalga » (Arturo (...)

10Suite à l’abolition des privilèges basques consécutive à la troisième et dernière défaite carliste, le défenseur des anciennes exemptions fiscales et militaires, José María de Angulo y de la Hormaza, utilisa néanmoins pendant quinze ans des arguments géographico-historiques19. Suivant son exemple, Arturo Campión Jaimebón (Pampelune 7 mai 1854-St-Sébastien 18 août 1937) avait participé le 10 novembre 1877 à Pampelune à la fondation de l’Association Basque de Navarre20 avec un groupe de Navarrais désireux, depuis la Glorieuse Révolution de 1868, de conserver le basque. Ce Licencié en Droit approuvait l’historien21 Recteur de l’Université de Saragosse de 1911 à 1913 — et membre de l’Union Régionaliste Aragonaise fondée le 4 novembre 1916 — qui assurait que les Pyrénées, pas plus aux temps des Ibères, des Romains ou des Goths qu’à l’époque où il écrivait, n’avaient séparé les peuples des deux versants. Député, Sénateur de Biscaye et Président de la Société des Études Basques, Campión écrivit donc : « Ni dans les Pyrénées françaises, ni dans les espagnoles n’habite une race qui se distingue clairement22 ».

11À la fois Député et Sénateur, mais pour le parti carliste, le Secrétaire du Préfet d’Álava, puis en 1871 du Duc de Madrid Don Carlos VII de Bourbon (Laibach 1848-Varese 1909), Francisco Navarro Villoslada (Viana de Navarra 9 octobre 1818- 29 août 1895) préféra réinterpréter les chansons de geste sur Roncevaux selon le mythe de la Cantabrie basque, dont les guerriers chrétiens auraient repeuplé la Castille avec laquelle ils auraient conclu des pactes :

  • 23 « Quince siglos antes de Jesucristo, los vascos ribereños del Ebro, principiaron por albergar a los (...)

Quinze siècles avant Jésus-Christ, les Basques riverains de l’Èbre commencèrent par héberger les Celtes sur leur très fertile territoire, et finirent par se confondre avec eux en formant la grande famille celtibère qui s’implanta dans la Péninsule méditerranéenne, avec Numance pour capitale. […] Si hasardeuse et singulière que paraisse une semblable assertion, si invraisemblable et inexplicable que soit ce fait, l’histoire même, écrite par les Wisigoths — nous n’en avons guère d’autre — , se charge de le justifier. [… ] les Vascons, nom ancien des Navarrais, qui depuis les montagnes de Jaca peuplaient le flanc des Pyrénées jusqu’à Pasajes, de là tout droit vers Logroño, et descendant la richissime vallée que l’Èbre féconde, arrivaient près de Tarazona, une de leurs principales cités étant la très noble Calahorra. […] argument concluant en faveur de l’indépendance d’un peuple, qui n’a guère de propre histoire à opposer à celle des étrangers, ni d’autres diplômes que ses chants, ni d’autres archives que des traditions et légendes. Et si à celles-ci et à d’autres preuves, que nous omettons par amour de la brièveté, s’ajoute le témoignage vivant de la langue et du lignage, très pur reste archéolologique23.

  • 24 Hermilio de Olóriz, Breves nociones geograficas de Navarra para instrucción de los niños, Pamplona, (...)
  • 25 « La Academia cumplirá el objeto de su instituto: 1.º Fomentando los estudios históricos del País, (...)
  • 26 Arístides de Artíñano y Zuricalday, El Señorío de Vizcaya histórico y foral, Barcelone, 1885.

12Dans la lignée du journal La Unión Vasco-Navarra fondé l’année suivante, en 1880, le chroniqueur et géographe24 membre de l’Association Basque de Navarre, Hermilio de Olóriz (Pampelune 13 janvier 1854- Madrid mars 1919), fit inscrire en basque sur le linteau de sa maison de Burguete « Vive le Pays Basque ». Cet écriteau métallique exprimait sa défense d’une fraternité culturelle basco-navarraise. Partageant ses opinions, Arístides de Artíñano y Zuricalday (Bilbao 13 août 1840- 12 décembre 1911) fut l’objet de maints procès, perdit son emploi à la Préfecture de Biscaye et dut s’exiler à Bayonne jusqu’en 1872. Tandis qu’une épidémie de choléra, introduite par le port de Valence en mars 1885, décimait le pays, ce fougueux orateur plaida le 15 juin pour un projet d’Académie basque. Son but premier était d’encourager les études historiques sur le peuple basco-navarrais en réunissant les documents nécessaires pour en éclairer toutes les époques25, ce qui valut à Artíñano le Prix des Fêtes Basques de Durango en 1886. Par ce fait, l’ouvrage principal26 de ce journaliste fut remarqué l’année suivante par l’Académie Royale d’Histoire :

  • 27 « En materia de geografía antigua, el Sr. Artíñano, en algunos pasajes, no parece convencido de que (...)

En matière de géographie ancienne, M. Artíñano, dans certains passages, ne paraît guère convaincu que la Biscaye ne fut point la Cantabrie, et il faut s’en persuader […]. Mais, étant Basque, M. Artíñano pouvait-il écrire d’une autre manière que comme il l’a fait ? Le moment d’écrire véritablement l’histoire de ce quadrilatère des Pyrénées à l’Èbre, du Cinca au Nervión serait-il déjà arrivé27 ?

13Repoussant les limites de cette surface territoriale jusqu’au Bordelais, la Castille, la Catalogne, les Asturies, la Galice et le Portugal, les toponymes furent effectivement brandis pour déclarer non seulement qu’on y avait parlé exclusivement basque il y a 2 000 ans, mais que les Basques pêchant la baleine dans l’archipel des Féroé en 875 avaient colonisé la côte atlantique du Canada. Parallèlement, l’histoire des Francs fut revisitée pour avancer que le Duché des Vascons s’était étendu de l’Aquitaine à Huesca et Santander.

  • 28 Hannah Arendt, L'impérialisme, [Première trad. française par M. Leiris de la deuxième partie de l'o (...)

14Cet appétit expansionniste trouva son pendant au nord-est de la Péninsule avec Enric Prat de la Riba i Sarrà (Castellterçol 1870 - 1917). Cet avocat présida le Centre Scolaire Catalaniste lorsque le suffrage universel masculin fut établi en 1890, et il inspira l’Union Catalaniste en 1892. Avec Pere Muntanyola en 1894, il cosigna le Résumé de la doctrine catalaniste, rappelant que la Confédération monarchique catalano-aragonaise englobait les États de Sicile, Naples, Corse, Sardaigne et Milan, les duchés d’Athènes et de Néopatrie, les comtés du Roussillon et de la Cerdagne, la Catalogne, l’Aragon, Valence, Majorque, Malte, ainsi que de nombreuses places sur les côtes africaines. Lorsqu’en 1898 l’Espagne perdit Cuba, Porto Rico et les Philippines au profit des États-Unis d’Amérique, Prat de la Riba publia son Abrégé de l’histoire de la Catalogne, région dont l’industrie et le commerce craignaient devoir leur ruine à l’incurie du Gouvernement d’un Madrid moins dynamique, incapable d’avoir su préserver les marchés coloniaux. Il fonda La Veu de Catalunya en 1899, puis la Ligue Régionaliste de Catalogne en 1901. Avec optimisme, il exposa en 1906, dans La nationalité catalane, l’idée d’une union fédérative des États nationaux d’Espagne afin de sortir la Catalogne de sa situation de colonisation par amputation politique. Pour intervenir activement dans le gouvernement mondial, guider les peuples arriérés et incultes vers la civilisation, la Catalogne dirigerait du Rhône à Lisbonne cet Empire Ibérique exemplaire auquel les Portugais ne manqueraient point d’adhérer avec joie. Auparavant, le pancatalanisme devait cependant doubler la population des 5 958 000 habitants des quatre provinces de Lérida, Gérone, Barcelone et Tarragone, comme la superficie des 31 934 km2 où ils résidaient. Il s’agissait, par conséquent, de réaliser l’union politico-sociale des onze millions de catalanophones établis, non seulement le long des 1000 km de littoral de Murcie à l’Aude, mais sur les 64 856 km2 du Pays Valencien, de l’archipel des Baléares, d’Alghero en Sardaigne, de l’Aragon, d’Andorre, des Catalognes espagnole et française. Sa Grande Catalogne stimula l’historiographie impérialiste28 des Pays Catalans, selon laquelle ni Tartesse, ni les Phéniciens, ni les Celtes, ni les Grecs, ni les Carthaginois, ni les Ligures n’auraient obtenu un seul pouce de terre des authentiques Ibères, les premiers, lors de la chute de Rome, à s’exprimer en catalan de Murcie à la Provence jusqu’au Golfe de Gascogne. Ainsi le peuple catalan aurait-il configuré son territoire entre les VIIIe et XIIIe siècles du Segura aux Corbières, de Minorque au Cinca, affluent de la rive gauche de l’Èbre.

Carte n° 3 : L’étendue méditerranéenne de la Grande Catalogne

Carte n° 3 : L’étendue méditerranéenne de la Grande Catalogne

15Encore plus radical dans ses postulats, le fondateur du Parti Nationaliste Basque, Sabino de Arana y Goiri (Abando 26 janvier 1865-Pedernales 25 novembre 1903), nia l’intégration des provinces basques dans les frontières castillanes au XIIe siècle comme de la Navarre dans celles de la monarchie espagnole en 1512. Il finit par réclamer une confédération basque des deux versants des Pyrénées, après avoir revendiqué de plus vastes dimensions dans le journal qu’il avait fondé le 8 juin 1893 :

  • 29 « Y si basta el que nuestra raza haya sido la que habitara primeramente la península, para llamarno (...)

Et si le fait que notre race ait été celle qui la première habita la Péninsule suffit pour que l’on nous appelle Espagnols, la même raison existe pour que l’on nous nomme Français, Anglais, Italiens ou Maures (ce qui ne vient à l’idée de personne) puisque notre race occupa probablement dans les temps protohistoriques tout le Midi et l’Occident de l’Europe et le Nord de l’Afrique29.

Utopies hispaniques de déploiements transpyrénéens

16Un passé resplendissant console d’une actualité vécue comme une époque de décadence et malheur. Secouée par le désastre militaire d’Annual, le déclenchement du terrorisme d’État, la dictature du Général Miguel Primo de Rivera y Orbaneja, marquis d’Estella (Xérès de la Frontière 8 janvier 1870 — Paris 16 mars 1930) ou la Deuxième Guerre mondiale, la première moitié du XXe siècle stimula les phantasmes de Grande Catalogne et de Grand Pays basque.

  • 30 Ramon de Abadal i Vinyals, « Un diplôme inconnu de Louis le Pieux pour le comte Oliba de Carcassonn (...)

17Ramon d’Abadal i de Vinyals (Vic, Osona 1888 – Barcelone 1970) milita dans la Ligue Régionaliste de Catalogne, participa à la création en 1922 du parti Action Catalane et dirigea la Revista de Catalunya de 1924 à 1931. Député de sa ville natale, cet avocat se pencha sur le passé catalan à l’époque du royaume d’Aquitaine, sous Louis Ier le Débonnaire, et, sans témoignage d’époque, soutint néanmoins dans ses travaux historiques30 l’existence de la nation catalane au Xe siècle, plus de 300 ans avant même l’apparition du mot Catalogne.

Carte n° 4 : Le royaume d’Aquitaine sous Louis Ier le Débonnaire

Carte n° 4 : Le royaume d’Aquitaine sous Louis Ier le Débonnaire
  • 31 Ferran Soldevila i Zubiburu, Ferran Valls i Taberner, Curs superior d'Història de Catalunya de l'As (...)
  • 32 Raimon d'Abadal i Calderó, Ramon de Abadal i Vinyals, Ferran Valls i Taberner, Jaume Sobrequés i Ca (...)
  • 33 Ferran Soldevila i Zubiburu, Història de Catalunya, 3 vols., Barcelona, [1934-1935], 1962.
  • 34 Ferran Soldevila i Zubiburu, Vida de Jaume I el Conqueridor, Barcelona, Aedos, [1958] 1969; Jaume I (...)
  • 35 Ferran Soldevila i Zubiburu, Pere II el Gran: el desafiament amb Carles d’Anjou, 1919; Què cal sabe (...)

18De la même manière, le bibliothécaire et archiviste Ferran Soldevila i Zubiburu (Barcelone 1894-1971) publia le Cours Supérieur d’Histoire de Catalogne de l’Association Protectrice de l’Enseignement Catalan31 avec Ferran Valls i Taberner (Barcelone 1888-1942), membre de la Ligue Régionaliste de Catalogne et député de Barcelone32 qui fut exilé, par le dictateur, à Morella, province de Castellón, en Pays Valencien. Fin 1928, l’autonomiste Francesc Cambó i Batlle (Vergés, Gérone 2 septembre 1876-Argentine 30 avril 1947) invita Soldevila à écrire une Histoire de Catalogne33 avec un sens interprétatif de ses épisodes fondamentaux et de ses lignes de force. Les ouvrages de Soldevila sur le Conquérant Jacques Ier (Montpellier 2 février 1208 - Valence 27 juillet 1276) soulignèrent donc l’extension de ses domaines de Roi d’Aragon (1213-1276), de Majorque (1229-1276) et de Valence (1239-1276), Marquis de Provence, Comte de Barcelone et d’Urgel (1213-1276), du Roussillon, de Cerdagne et de Forcalquier, Vicomte de Fenouillèdes (1241) et du Carladès, Baron d’Omelades, Seigneur de Montpellier (1219-1276), Arles, Marseille, Avignon et d’autres fiefs en Occitanie : Collioure, Conflent, Vallespir34. Ainsi toute son œuvre35 affirmait-elle l’union naturelle des deux versants pyrénéens durant un millénaire, et que, depuis le VIIIe jusqu’au XVIIe siècle, les habitants des deux côtés de la montagne avaient formé un bloc compact, en marge de la différenciation entre Espagnols et Français.

  • 36 Julio Caro Baroja [Madrid 13 novembre 1914-18 août 1995], Los pueblos del Norte de la Península Ibé (...)

19Davantage pragmatique, Manuel de Irujo y Ollo (Estella 25 septembre 1891-Pampelune 1 janvier 1981) participa, à Londres, en tant que membre du Parti Nationaliste Basque en 1940 au Manifeste Fondateur du Conseil National Basque. Ce Ministre de la Justice de la IIe République de 1936 à 1939 rédigea ainsi en 1941 deux projets de constitution d’une République Basque dont il fit parvenir les textes au gouvernement britannique avec l’espoir qu’il la parrainerait. Dans le premier, il revendiquait, comme territoire du futur État, une bonne partie de l’Aragon, la Rioja et la moitié des provinces de Burgos et Santander. Dans le second, il y incluait le Sud-Ouest français jusqu’à l’Adour, se fondant sur des hypothèses ethnologiques bientôt examinées par un anthropologue linguiste, membre de l’Académie de la Langue Basque depuis 194736.

Exacerbation basque sur les deux rives de la Bidassoa

20Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, les souhaits de faire reculer les limites du Pays Basque s’exaspérèrent de part et d’autre des Pyrénées, non seulement dans un climat d’agitation étudiante à l’Université Centrale de Madrid, mais aussi lors de la légalisation du Parti Communiste Espagnol et de la tenue des premières élections générales du retour à la démocratie.

21Le Directeur du Séminaire d’Archéologie de l’Université de Salamanque se cantonna dans la prudence scientifique :

  • 37 « Un hecho merece destacarse, y es la escasez de datos epigráficos antiguos de la región que muestr (...)

Un fait mérite d’être souligné, et c’est le peu de documents épigraphiques anciens qui montrent des éléments bascoïdes au sud des Pyrénées, alors que les documents à caractère positivement basque sont relativement abondants dans la zone aquitaine. Cela inciterait à croire que l’occupation du territoire proprement basque du sud des Pyrénées serait relativement moderne ; mais les nombreux témoignages classiques sur la difficulté de prononcer les noms de peuples de cette zone permet de supposer, avec raison, que l’on parlait la langue basque sur ledit territoire au moins depuis la fin du IVe siècle av. J.-C. […] La population basque constituerait-elle un peuple de montagnards situé dans les Pyrénées et son occupation des basses terres constituerait-elle seulement un fait de politique romaine ? […] Le phénomène est complexe et, avec les documents que nous connaissons, sa solution est toujours hypothétique et le cas se répète dans les territoires nord-pyrénéens, dans la zone de l’Aquitaine proprement dite. […] C’est-à-dire que, s’il existait des populations en Aquitaine qui parlaient des langues du groupe basque, elles possédaient, sans le moindre doute, une culture clairement celtique37.

  • 38 Fernando Sarrrailh de Ihartza [pseud. de Federico Carlos Krutwig Sagredo], Vasconia. Estudio dialéc (...)
  • 39 Pierre Narbaitz Caillava [1910-1984], Le Matin Basque ou histoire ancienne du peuple vascon, Paris, (...)
  • 40 Jean-Louis Davant, Histoire Du Peuple Basque Le Peuple Basque Dans L'histoire, Bayonne, Elkar, 1977 (...)

22Bien moins hésitant dans ses discours, Federico Carlos Krutwig Sagredo (Getxo 1921- Bilbao novembre 1998) recommanda au Congrès Mondial Basque de Paris une lutte de guérilla pour libérer le Pays Basque en septembre 1956, année où le Maroc accédait à l’indépendance. Quand le syndicat Commissions Ouvrières apparut en Espagne et que l’opposition antifranquiste se réunit à Munich, ce philologue —publiant sous divers pseudonymes, comme G. de Zúñiga ou Hobeko de Garralda — fit l’objet d’un ordre d’expulsion de France à la suite de sa définition38 en 1962 de l’ethnie basque comprenant l’élément territorial, dont il revendiqua la sécession du sud de la Garonne à l’Ariège, du Haut Aragon à Soria et de la Bureba à l’Èbre supérieur. Ses conceptions ne laissèrent guère indifférent Jean-Louis Davant (1935), également influencé par les examens des dynasties des rois de Navarre, publiés par un chanoine français39. Davant nomma Bordeaux « l’ancienne Burdigala — forteresse de fer — des Basques »40 car :

  • 41 Id., « L'Europe pre-aryenne [sic] était-elle basco-caucasienne ? Nos ancêtres les Basques au temps (...)

Une langue aussi riche, nuancée et diversifiée que l’Euskara […] ne peut être que le fait de populations assez nombreuses, s’étandant [sic] sur des territoires importants […]. A l’arrivée des Romains, les Basques s’étendaient encore à la cerdagne des Asturies [sic] et de Soria à la Dordogne, sur environ 200 000 km2 (soit 10 [sic] fois l’Euskadi actuelle). Toute l’Aquitaine était euskarienne comme l’attestent des inscriptions pré-romaines. Elle sera rebasquisée par la tribu des Vascons (Navarrais) à la chute de l’empire romain. Il est frappant de constater que cette antique Aquitaine basque correspond à la zone de transhumance des Pyrénéens occidentaux. Il n’y a pas si longtemps, des pasteurs basques descendaient en hiver avec leurs troupeaux jusqu’en Dordogne. […] Mais l’Aquitaine reste basque jusqu’à la Garonne avec, notamment, Iluro (Oloron), Iriberri (Auch), Kalagorri (Martres), Arkaizo (Arcachon), Larreola (La Réole) et même Burdigala (Bordeaux). Sans doute pour aider leurs frères du nord [sic] contre les envahisseurs gaulois, il semble que les vascons [sic] de Navarre se répandent déjà dans les plaines de la future Gascogne […]41.

  • 42 Id., « Carthaginois et Romains », p. 18-19.
  • 43 Id., « César fait conquérir l'Aquitaine », p. 19.
  • 44 Id., p. 22.

23Le basque aurait donc couvert linguistiquement l’ensemble de l’Aquitaine et des Pyrénées, la toponymie permettant d’en fixer les traces depuis les temps les plus reculés, de la vallée de l’Èbre au Sud, berceau de « Kalahorra42 », capitale des Vascons jusqu’en 72 avant J.C. Puis l’auteur évoque leur défaite sur les bords de la Garonne : « les Basques du nord [sic], renforcés par des contingents réfugiés du sud [sic], sont battus »43. Toutefois « la Vasconie : c’est le Pays Basque de l’an 1, reconstitué de Bordeaux à Soria et de Santander à Toulouse par les Vascons (Navarrais) autour de l’an 1000 »44. Pour corroborer cette acception, il cite un ouvrage d’outre-Pyrénées :

  • 45 Ferran Soldevila i Zubiburu, Resum d'història dels Països Catalans, ed. ampl. a cura de Miquel Coll (...)

En arrivant dans notre pays, les Romains vont trouver une population qui parlait deux langues indigènes : l’ibérique qui dominait dans le triangle Montpellier-Saragosse-Almería, et le basque, parlé dans une ample zone au long des Pyrénées et des Pré-Pyrénées, depuis la Cerdagne vers l’ouest [sic] […]. Probablement l’ibérique s’était superposé au basque depuis la Cerdagne jusqu’à la Méditerranée […] le basque va se maintenir dans le Haut-Pallars jusqu’aux environs de l’an mille45.

24Davant prend cependant soin d’en expliquer les termes et d’en amplifier le propos en revenant sur des zones plus septentrionales :

  • 46 Jean-Louis Davant, op. cit., p. 26-32.

les dits « Ibères » étaient au [sic] fait des Vascons et autres basques [sic] du Sud […]. Calahorra, importante cité basquoïde [sic] […] Lapurdun (Bayonne) […] Aquae Tarbellicae (Dax) […] A l’époque pré-romaine, l’Aquitaine parlait basque jusqu’à l’actuel département de la Dordogne. […] Certains nationalistes basques […] se basent sur l’histoire de la Vasconie, sur la commune origine des Basques et des Gascons, sur le substrat basque du dialecte gascon, pour englober la Gascogne dans « la grande Vasconie ». Celle-ci comprendrait aussi les terres « irrédentes » qui étaient euskaldun au Moyen-Age : la région de Jaka dans le Haut-Aragon, la Rioja (province de Logroño), la Bureba (région de la vieille-Castille [sic] au nord de Burgos) […] étant bien entendu que si les régions précitées demandaient par la suite à s’y joindre, elles devraient être libres de le faire46.

  • 47 Id., « Le duché de Vasconie », p. 35.

25Ainsi certifie-t-il que « les Basques ont constitué dans le passé 2 [sic] Etats [sic] souverains : [sic] le duché de Vasconie (602-1052) et le Royaume de Navarre (824-1839)47 ». Bien que le premier aurait compris l’actuelle Gascogne, celle-ci aurait changé de suzerain, et, englobant celui de Vasconie, le duché d’Aquitaine aurait atteint la Loire :

  • 48 « Pays Basque nord [sic] au temps de Sanche le Grand ».

Le pouvoir de la couronne de Pampelune s’étendait jusqu’à la Garonne, […] et bientôt le duché de Gascogne sera digéré par la grande Aquitaine, dont la capitale est Poitiers. Au XIIème[sic] siècle, Aliénor est notre dame souveraine : [sic] c’est une femme aussi intelligente qu’énergique, polyglotte, sachant notamment l’euskara. Le nord du Pays Basque dépend d’elle48.

26Quant au Royaume de Pampelune, il aurait annexé une partie de l’Aragon, la Biscaye, l’Álava, le Guipúzcoa, la Basse-Navarre et en 1028, la Castille sous Sanche III Garcés le Grand (1000-1035).

Carte n° 5 : Grand Pays basque

Carte n° 5 : Grand Pays basque

Conclusion

  • 49 Eric John Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780 : programme, mythe, réalité (trad. D; Peter (...)
  • 50 Benedict Anderson, L'Imaginaire national : réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme (tra (...)
  • 51 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales : Europe XVIIIe-XXe s., Paris, Seuil (Coll (...)
  • 52 Bernd HERRMANN, Susanne HUMMEL, « DNA-Analyse: das Rätsel der 'unbekannten Frau' », Spektrum der Wi (...)

27Moyen de récupérer des identités compromises sur un versant ou l’autre des Pyrénées, la nostalgie de passés de plénitude et de communion phantasmées refit surface chaque fois que l’accélération de l’évolution socio-économique bousculait des équilibres antérieurs. Ces changements précipités provoquaient une sensation d’oppression parmi des minorités décentrées, qui se sentaient menacées par l’ordre établi, de plus en plus perçu comme suspect, malveillant ou étranger. Leur malaise, préoccupation ou angoisse les poussa à remplacer le « nous » de l’espagnolisme par le « ils » défiant de l’autonomisme basco-navarrais ou du catalanisme car leurs idéologues s’étaient distanciées des schémas de la patrie officielle. Ne s’y reconnaissant plus, ils s’étaient sécurisés en s’en distinguant, quitte à déformer la réalité. Instrumentalisant la fiction ainsi que la question des langues locales, le radicalisme de quelques régionalistes inspira même des partis extrémistes49. Or, l’adhésion à l’idée de souveraineté donna le jour à de singulières géographies imaginées50. Se basant sur une invention de la tradition, ils entreprirent délibérément de prouver leur extension territoriale millénaire. Gommant les frontières des États existants qui avaient effacé, selon eux, les contours de leurs nations lésées, ils entreprirent de ressusciter le souvenir de leurs grandeurs afin de légitimer leur volonté de rassemblement, et de reconstruction d’unité transpyrénéenne. Cet effort d’exhumation ou de fabrication des preuves se déroula dans un contexte d’émulation mutuelle dès le XIXe siècle. Il conduisit pour chacun à la confection d’un répertoire identitaire élaboré à partir de fouilles paléolithiques, chroniques ou toponymies interprétées51 même ailleurs puisque, se basant également sur la biologie génétique, des anthropologues allemands de l’Université de Göttingen évoquèrent une Europe basque, il y a 10 000 ans, avant l’arrivée des Indoeuropéens52. Le relativisme culturel enseigne que les peuples existent par les diversités qui les distinguent. Nonobstant, la théorie raciale — selon laquelle l’homo sapiens sapiens de Cro-Magnon aurait évolué en autochtone basque aux caractéristiques spécifiques— oublie que les cultures ne sont jamais homogènes du point de vue ethnique.

Haut de page

Notes

1 Claude Lévi-Strauss, Race et histoire, Paris, Gallimard (Coll. « Folio »), [1952] 1987 ; Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958.

2 Gilbert Durand, Structures anthropologiques de l'imaginaire, Paris, Bordas, 1962.

3 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil (Coll. « Points-Histoire »), [1986] 1990.

4 Gilbert Durand, L'Imagination symbolique, Paris, PUF (Coll. « Quadrige Grands textes »), 2003.

5 Gilbert Durand, Champs de l'imaginaire, Grenoble, ELLUG (Coll. « Ateliers de l'imaginaire »), 1997.

6 Gilbert Durand, Introduction à la mythodologie, Paris, Albin Michel (Coll. « La Pensée et le sacré »), 1996.

7 Alain Dieckhoff, La Nation dans tous ses états : Les Identités nationales en mouvement, Paris, Flammarion (Coll. « Champs Flammarion Sciences », n°503), 2000.

8 Jaume Rossinyol, Le problème national catalan, thèse de Droit soutenue à Nantes en 1969, préf. de Guy héraud, Paris/La Haye, Mouton, 1974 ; Javier Corcuera Atienza, Orígenes, ideología y organización del nacionalismo vasco (1876-1904), Madrid, Siglo XXI, 1979; Jon Juaristi, El linaje de Aitor: la invención de la tradición vasca, Madrid, Taurus, 1987; Xavier Vidal-Folch, Josep María Ainaud de Lasarte, Josep María Castellet, Enric Company, Antón Costas, Joan B. Culla, J. A. González Casanova, Ferran Mascarell, Carme Molinero, Enric Ucelay-Da Cal, Manuel Vázquez Montalbán, Pere Ysàs, Los catalanes y el poder (trad. de Els catalans i el poder por Andreu Navarro, Pau Vidal), Madrid, El País/Aguilar, 1994, 213 p.; Antonio Elorza, La religión política: «El nacionalismo sabiniano» y otros ensayos sobre nacionalismo e integrismo, San Sebastián, Haramburu, 1995; José Luis de la Granja Sainz, El nacionalismo vasco: un siglo de historia, Madrid, Tecnos, 1995, 201 p.; Luis González Antón, España y las Españas, Madrid, Alianza (Col. « El libro de bolsillo Humanidades Historia », n°4151), 1997, 815 p.; Jon Juaristi, El bucle melancólico: historias de nacionalistas vascos, Madrid, Espasa-Calpe, 1997; Santiago de Pablo, José Luis de la Granja, Ludger Mees, Documentos para la historia del nacionalismo vasco: de los fueros a nuestros días, Barcelona, Ariel (Col. « Practicum »), 1998, 205 p.; Julio Eyara Balmaseda (selección e introducción), Antología de Sabino Arana: textos escogidos del fundador del nacionalismo vasco, San Sebastián, Roger, 1999, 472 p. ; Jon Juaristi, Sacra Némesis: nuevas historias de nacionalistas vascos, Madrid, Espasa-Calpe, 1999; Juan Pablo Fusi Aizpúrua [San Sebastián, 1945], España: la evolución de la identidad nacional, Madrid, Temas de Hoy (Col. «Historia»), 2000, 309 p.

9 Mikel G. Gurpegui, Euskadi, Eusko Jaurlaritzaren Argitalpen Zerbitzu Nagusia, 2005, 82 p., p. 6.

10 Isidoro de Fagoaga Larrache, « Le bicentenaire d'un grand fils du Pays Basque : Joseph GARAT (1749 - 1949) », Gernika Eman Da Zabalzazu - Al Servicio del Humanismo Popular Vasco, Saint-Jean-de-Luz, n° 7, VII-IX 1949, 36 p.

11 Alexis Sabatier, Tío Tomás. Souvenirs d'un soldat de Charles V, Bordeaux, Granet, 1836.

12 Joseph Augustin Chaho, Voyage en Navarre Pendant l'Insurrection des Basques (1830-1835), Paris, Arthus Bertrand, 1836, 456 p., port. de Zumala-Carreguy en front., 2 pl. h.t. de costumes lithog. par Adolphe Jean-Baptiste Bayot [1810], in 8°, p. 213.

13 Joseph Augustin Chaho, Antoine Thomson d'Abbadie d'Arrast [Dublin 1810-Paris 20 mars 1897], Études grammaticales sur la langue Euskarienne, Paris, Arthus-Bertrand, 1836.

14 « 15 millions de Basques et Benoît Etcheverry : l’association Zortzi probintziak fait le lien entre le Pays Basque et la diaspora via Internet », euskalherria.com - Le JPB - Paperezkoa, s. 21-V-2005.

15 Joseph Augustin Chaho, Histoire Primitive des Euskariens-Basques langue, poésie, mœurs et caractère de ce peuple introduction à son histoire ancienne et moderne, Bayonne, Bonzon, 1847, 243 p., in 8°.

16 Juan Venancio de Araquistáin, Tradiciones vascocántabras, Tolosa, 1866.

17 Nicolás de Soraluce, «Irurac bat», Semanario católico vasco-navarro, n. 12, 23-111, 1867, p. 187-188.

18 «La historia formará eruditos, pero no hace héroes, sobre todo en las masas. Sólo las tradiciones, los cantos, en fin, las historias populares... tienen fuerza para inflamar la imaginación en los pueblos.» (Juan Venancio de Araquistáin, «Remitido», Semanario católico vasco-navarro, n°14, 5-IV, 1867, p. 221).

19 José María de Angulo y de la Hormaza, Sucinta exposición de la historia, legislación, régimen administrativo y estado actual de las provincias Vascongadas, Bilbao, Emperaile, 1876; La abolición de los fueros e instituciones vascongadas, Bilbao, Astuy, 1886; Jaungoicoa eta foruac: artículos de política cristiana, política fuerista y miscelánea, Bilbao, Astuy, 1891.

20 Revista Eúskara, 6 v., Pamplona, Lorda, 1878-1883.

21 Andrés Giménez Soler, El Poder judicial en la Corona de Aragón: memoria leída en la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona los días 16 de Febrero y 2 de Marzo de 1901, Barcelona, Tipografía de la Casa Provincial de Caridad, 1901, 80 p. ; El problema de la variación del clima en la cuenca del Ebro, Zaragoza, Universidad Facultad de Filosofía y Letras, 1922, 129 p.; La Edad Media en la Corona de Aragón, Madrid, Labor (Col. « Labor Biblioteca de Iniciación Cultural »), 1930; Don Juan Manuel: biografía y estudio crítico, Zaragoza, [sn], 1932.

22 « Ni en el Pirineo francés ni en el español habita una raza que paladinamente sobresalga » (Arturo Campión Jaimebón, Euskariana. Octava serie. Orígenes del pueblo euskaldún (Iberos, keltas y baskos). Testimonios de la Antropología, Etnografía, Etnología y Arqueología, Pamplona, García, 1927).

23 « Quince siglos antes de Jesucristo, los vascos ribereños del Ebro, principiaron por albergar a los celtas en su feracísimo territorio, y concluyeron por confundirse con ellos, formando la gran familia celtibérica, que tuvo solar en lo mediterráneo de la Península, y capital en Numancia. [… ] Por aventurado y peregrino que parezca semejante aserto, por inverosímil e inexplicable que resulte el hecho, la historia misma, escrita por visigodos -no tenemos otra-, se encarga de justificarlo. […] los vascones, nombre antiguo de los navarros, que desde las montañas de Jaca, poblaban por la falda de los Pirineos hasta Pasajes, de allí frente a Logroño, y descendiendo al riquísimo valle que fecunda el Ebro, llegaban cerca de Tarazona, siendo una de sus principales ciudades la nobilísima Calahorra. […] argumento concluyente a favor de la independencia de un pueblo, que no tiene historia propia que oponer a la de los extraños, ni más diplomas que sus cantares, ni más archivos que tradiciones y leyendas. Y si a éstas y otras pruebas, que por amor a la brevedad omitimos, se agrega el testimonio vivo del idioma y del linaje, purísimo resto arqueológico » (Francisco Navarro Villoslada, « Amaya o los vascos en el siglo VIII », La Ciencia Cristiana, 1879).

24 Hermilio de Olóriz, Breves nociones geograficas de Navarra para instrucción de los niños, Pamplona, Imp. Provincial, 1902.

25 « La Academia cumplirá el objeto de su instituto: 1.º Fomentando los estudios históricos del País, reuniendo los documentos necesarios para esclarecer los sucesos del pueblo Basco-Navarro en todas sus épocas; 15 de Junio de 1885 » (Arístides de Artíñano y Zuricalday (Premiado en las Fiestas Euskaras de Durango, en 1886), Proyecto de Academia Bascongada de San Ignacio de Loyola, Barcelona, Establecimiento Tipolitográfico de los Sucesores de N. Ramírez y Compañía, 1886).

26 Arístides de Artíñano y Zuricalday, El Señorío de Vizcaya histórico y foral, Barcelone, 1885.

27 « En materia de geografía antigua, el Sr. Artíñano, en algunos pasajes, no parece convencido de que Vizcaya no fué Cantabria, y hay que irse persuadiendo de ello […]. Pero ¿podía el Sr. Artíñano escribir de otro modo que como lo ha hecho, siendo vascongado? ¿ha llegado ya el tiempo de escribir de veras la historia de ese cuadrilátero del Pirineo al Ebro, del Cinca al Nervión? » (Vicente de La Fuente y Bueno [1817-1889], « El Señorío de Bizcaya histórico y foral, por D. Arístides de Artíñano y Zuricalday » Boletín de la Real Academia de la Historia, t. 10, Madrid, 31-I-1887).

28 Hannah Arendt, L'impérialisme, [Première trad. française par M. Leiris de la deuxième partie de l'ouvrage The Origins of Totalitarianism, 1951], Paris, Fayard (Coll. « L'Espace du politique »), 1982, 350 p.

29 « Y si basta el que nuestra raza haya sido la que habitara primeramente la península, para llamarnos españoles, la misma razón existe para que nos llamen franceses, ingleses, italianos o moros (lo cual a nadie se le ocurre) pues nuestra raza ocupó probablemente en los tiempos proto-históricos todo el Mediodía y el Occidente de Europa y el Norte de Africa.» (Sabino de Arana y Goiri, « ¿Somos españoles? », Bizkaitarra, 4, 17-XII-1893).

30 Ramon de Abadal i Vinyals, « Un diplôme inconnu de Louis le Pieux pour le comte Oliba de Carcassonne » in Annales du Midi, Vol. LXI, 1949 ; « El comte Bernat de Ribagorça i la llegenda de Bernardo de Carpio » in Estudios dedicados a Menéndez Pidal, Vol. III, Madrid, C.S.I.C., 1951; «Origen y proceso de consolidación de la sede ribagorzana de Roda», p. 7-82, in Estudios de Edad Media de la Corona de Aragón, Vol. 5, Zaragoza, 1952; « El paso de Septimania del dominio godo al franco a través de la invasión sarracena » in Cuadernos de Historia de España, Vol. XIII, Buenos Aires, 1953; Catalunya Carolíngia III: Els comtats de Pallars i Ribagorça, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans (« Memòries de la Secció Historico-Arqueològica » vol. 14, 15), 1955; « La expedición de Carlomagno a Zaragoza, el hecho histórico » in Coloquios de Roncesvalles: Agosto 1955. Zaragoza, 1956; « La Catalogne sous l'empire de Louis le Pieux » , Études Roussillonnaises : revue d'histoire et d'archéologie méditerranéennes fondée en 1951, Perpignan, 1954-1955 t. IV-1956, t. V, fasc. 1, 100 p. -1957 t. VI ; « A propos de la 'domination' de la maison comtale de Barcelone sur le Midi de la France » in Annales du Midi (76), p. 315-345, 1964 ; Dels visigots als catalans, 2 vol., Barcelona, Edicions 62, 1969-1970.

31 Ferran Soldevila i Zubiburu, Ferran Valls i Taberner, Curs superior d'Història de Catalunya de l'Associació Protectora de l'Ensenyança Catalana, Selecta, [1922-1923] 1968, t. I in-8° br. 300 p., t. II in-8° br. 285 p.

32 Raimon d'Abadal i Calderó, Ramon de Abadal i Vinyals, Ferran Valls i Taberner, Jaume Sobrequés i Callicó, Manuel J. Pelaez, Epistolari de Raimon dAbadal i Calderó amb Ramon dAbadal i de Vinyals i amb Ferran Valls i Taberner, 1909-1940, Barcelona, Promocions Publicacions Universitàries, 1992, 147 p.

33 Ferran Soldevila i Zubiburu, Història de Catalunya, 3 vols., Barcelona, [1934-1935], 1962.

34 Ferran Soldevila i Zubiburu, Vida de Jaume I el Conqueridor, Barcelona, Aedos, [1958] 1969; Jaume I. Pere el Gran, Barcelona, [1965] 1980; Els primers temps de Jaume I, Barcelona, Institut d'estudis Catalans (« Memòries de la secció històrico-arqueològica » n° 27), 1968; Les Quatre Grans Cròniques. Jaume I, Declot, Muntaner i Pere III, Barcelona, Selecta, 1971.

35 Ferran Soldevila i Zubiburu, Pere II el Gran: el desafiament amb Carles d’Anjou, 1919; Què cal saber de Catalunya, 1968.

36 Julio Caro Baroja [Madrid 13 novembre 1914-18 août 1995], Los pueblos del Norte de la Península Ibérica: Análisis histórico cultural, Madrid/Burgos, C.S.I.C./Patronato Menéndez Pelayo/Instituto Bernardino de Sahagún, 1943; La vida rural en Vera de Bidasoa, Madrid, C.S.I.C. («Biblioteca de Dialectología y Tradiciones Populares» vol. VI), 1944; Los pueblos de España. Ensayo de Etnología, Barcelona, Barna, 1946; Los vascos. Etnología, San Sebastián, Biblioteca Vascongada de Amigos del País, 1949; «La escritura en la España prerromana: epigrafía y numismática, cap. XII comparaciones vascoibéricas» in Ramón Menéndez Pidal (dir.), Historia de España, t. 1 España prerromana, vol. III Etnología de los pueblos de Hispania, Madrid, Espasa Calpe, 1954, p. 803-810; Los vascones y sus vecinos, San Sebastián, Txertoa, 1985; Nosotros los Vascos, San Sebastián, Lur, 1995, 5 vol. [comprenant les 18 t. d']Estudios vascos, I, San Sebastián, Txertoa, 1973 [incluant] Etnografía histórica de Navarra, Pamplona, Caja de Ahorros de Navarra, 3 vol., 1971-1972.

37 « Un hecho merece destacarse, y es la escasez de datos epigráficos antiguos de la región que muestren elementos vascoides al sur del Pirineo, mientras son relativamente abundantes los datos de carácter positivamente vasco en la zona aquitana. Ello induciría a creer que la ocupación del territorio propiamente vasco del sur del Pirineo sería relativamente moderna; pero las numerosas citas clásicas sobre la dificultad de pronunciar los nombres de pueblos de esta zona permite suponer, con fundamento, que se hablaba la lengua vasca en dicho territorio por lo menos desde fines del siglo IV a. de J. C. […] ¿Constituiría la población vasca un pueblo de montañeses situado en las sierras pirenaicas y su ocupación de las tierras bajas constituiría un hecho de mera política romana? […] El fenómeno es complejo, y con los datos que conocemos, su solución es siempre hipotética y el caso se repite en los territorios nortepirenaicos, en la zona de la Aquitania propiamente dicha. […] Es decir, que si existían poblaciones en Aquitania que hablaban lenguas del grupo vasco, poseían, sin la menor duda, una cultura claramente céltica. » (Juan Maluquer de Motes y Nicolau [1915-1988],"Pueblos celtas, cap. I Los pueblos y las tribus celtas de España: Los pueblos del alto Ebro y los vascos" in Ramón Menéndez Pidal (dir.), op. cit., p. 29, 31).

38 Fernando Sarrrailh de Ihartza [pseud. de Federico Carlos Krutwig Sagredo], Vasconia. Estudio dialéctico de una nacionalidad, Buenos Aires, Norbait, 1963.

39 Pierre Narbaitz Caillava [1910-1984], Le Matin Basque ou histoire ancienne du peuple vascon, Paris, Guenegaud, 1975 [Prix 1977 d'histoire Alexandre Broquette-Gonin de l'Académie Française créé en 1910].

40 Jean-Louis Davant, Histoire Du Peuple Basque Le Peuple Basque Dans L'histoire, Bayonne, Elkar, 1977, 304 p., « De l'origine des Basques », p. 16.

41 Id., « L'Europe pre-aryenne [sic] était-elle basco-caucasienne ? Nos ancêtres les Basques au temps des Gaulois », p. 17-18.

42 Id., « Carthaginois et Romains », p. 18-19.

43 Id., « César fait conquérir l'Aquitaine », p. 19.

44 Id., p. 22.

45 Ferran Soldevila i Zubiburu, Resum d'història dels Països Catalans, ed. ampl. a cura de Miquel Coll i Alentorn [Barcelona 12 mai 1904- 1990], Barcelona, Barcino, 1974, 189 p. (cité par Jean-Louis Davant, op. cit., « Le matin basque » p. 26).

46 Jean-Louis Davant, op. cit., p. 26-32.

47 Id., « Le duché de Vasconie », p. 35.

48 « Pays Basque nord [sic] au temps de Sanche le Grand ».

49 Eric John Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780 : programme, mythe, réalité (trad. D; Peters), Paris, Gallimard (Coll. « Folio »), 1992.

50 Benedict Anderson, L'Imaginaire national : réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme (trad. par Pierre-Emmanuel Dauzat d'Imagined Communities, London, Verso, 1983), Paris, La Découverte (Coll. « Poche Sciences humaines et sociales » n°123), 2002, 213 p.

51 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales : Europe XVIIIe-XXe s., Paris, Seuil (Coll. « Points Histoire »), 2001.

52 Bernd HERRMANN, Susanne HUMMEL, « DNA-Analyse: das Rätsel der 'unbekannten Frau' », Spektrum der Wissenschaft, die deutschsprachigen Ausgabe des Scientific American [I-1978], Heidelberg, 4, IV-2001, p. 89-90.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Confédération catalano-aragonaise-occitane sous Alphonse II le Chaste.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Carte n° 2 : Pyrénées Atlantiques.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Carte n° 3 : L’étendue méditerranéenne de la Grande Catalogne
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Carte n° 4 : Le royaume d’Aquitaine sous Louis Ier le Débonnaire
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Carte n° 5 : Grand Pays basque
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/213/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau, « Territoires, identités : les mythes d’Âge d’Or et d’Unité dans les rêves de Grand Pays basque et de Grande Catalogne », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 10 septembre 2006, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/213 ; DOI : 10.4000/mimmoc.213

Haut de page

Auteur

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau

Agrégée d’Espagnol et Maîtresse de Conférences, enseigne la Langue et la Civilisation Espagnoles à la Faculté de Lettres et Langues de l’Université de Poitiers. A soutenu en 1996 sa Thèse de Doctorat de l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, « Le Boléro, expression et discours », sous la direction de Monsieur le Professeur Serge Salaün, et participé à différents ouvrages collectifs, dont : Etre espagnol, Paris, PSN, 2000 ; Le métissage culturel en Espagne, Paris, PSN, 2001 ; La musique dans le théâtre et le cinéma espagnols, Pau, Fédérop, 2002 ; Les fins de siècles en Espagne, Paris, PSN, 2003 ; Francia en España, España en Francia, la historia en la relación cultural hispano-francesa (siglos XIX-XX), Salamanca, Universidad ("Aquilafuente", n° 55), 2003 ; Le(s) plaisir(s) en Espagne (XVIIIe-XXe siècles), Paris, 2004, (site web).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page