Navigation – Plan du site
Formes et représentations culturelles minoritaires

Le renouveau culturel en Bretagne et le défi de valorisation d’une culture cosmopolite

Thaíse VALENTIM MADEIRA

Résumé

« La masse des Bretons continue le rêve celte, hostile aux suggestions du dehors, circonscrit dans les formes trop étroites d'un particularisme local. » Ce passage cité par Roman le Coadic, dans L’identité bretonne (1998:104), illustre la vision du peuple breton qui prédomine depuis longtemps. La presse nationale a toujours mis en valeur cette région dans ses aspects les plus péjoratifs : historiquement isolée, économiquement fragile, socialement rurale et en stagnation, politiquement anarchiste et culturellement très attachée au folklore paysan. Une caractéristique, en revanche, n’a jamais été niée: la force de l’identité culturelle. Plus de trente cinq ans après la Charte Culturelle signée en 1977, nous identifions l’endroit où se perpétue l’identité bretonne : les fêtes traditionnelles. Le Festival Interceltique de Lorient constitue l’objet sur lequel se fonde notre investigation, et l’histoire culturelle de la Bretagne est notre domaine de référence. A partir de fragments de la presse nationale (Le Monde), on montre le défi communicationnel du Festival Interceltique de Lorient afin de rejoindre une culture celtique à l’ère de la mondialisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La mise en avant des minorités nationales est visible mondialement. Elles se distribuent entre minorités ethniques, culturelles, religieuses, linguistiques, territoriales, indigènes, tribales, etc. Malgré cette division en catégories, on ne peut penser les minorités que par le principe de la conscience collective, et de la volonté d’un groupe de survivre. Ces mouvements sont déterminés, comme nous signale Joseph Yacoub (2000) par le sentiment du nationalisme et une certaine nostalgie, voire souffrance, appuyée sur la mémoire historico-culturelle de chaque communauté.

2On parle de plus en plus d’un travail de mémoire des groupes individuels auparavant volontairement oublié. La pérennité d’une culture, qui dépendait uniquement de son originalité, est aussi une affaire de volonté, associée au sentiment d’appartenance et à l’affirmation consciente d’une identité acharnée. Ces sentiments ont guidé le développement du Festival Interceltique de Lorient, en Bretagne.

A l’époque de la création du Festival de Lorient, nous vivions en Bretagne, dans un monde bien différent. Les prénoms bretons étaient interdits de même que tout signe breton sur les voitures. Les drapeaux bretons qui sont maintenant partout étaient uniquement tolérés dans les fêtes « folkloriques ». Ne parlons pas de la langue, qui était interdite d’enseignement. Les gens sérieux pensaient qu’il fallait abandonner toutes nos valeurs ajoutées pour nous couler dans un moule national sans aspérité. (Cabon 2010 : 6)

3Le Festival Interceltique existe depuis 1971, et s'est progressivement investi dans la réalisation de grands spectacles. En 1976, les organisateurs ont changé le format du festival: Il est passé à une durée de dix jours, avec en outre la participation des mêmes nations celtes qu'auparavant, la présence renforcée de gaiteros de Galicie et de harpistes de l'Île de Man. Le public du Festival Interceltique de Lorient s'est agrandi de manière proportionnelle. Il est devenu très représentatif sur la scène internationale.

4Au regard de la presse nationale, il était catalogué à la rubrique « fête locale ». Entre 1977 et 1989, la Fête de la Cornemuse est devenu le « Festival Interceltique de Lorient », et a produit des spectacles de grande taille comme les « Nuits de la Mère » (1989), remplacé par les fameuses « Nuits Magiques » (1993). Mais tous ces investissements culturels n'ont eu qu'une faible, voir inexistante retombée médiatique au niveau de la presse nationale.

5Afin d'analyser ce phénomène de discrimination, nous avons fait une étude quantitative des reportages du journal Le Monde entre 1977 et 1989, concernant la Bretagne, Lorient, la culture celtique et la langue régionale. Nous avons ciblé aussi les extraits dans lesquels figure le nom du musicien breton Allan Stivell, reconnu internationalement, et Jean Pierre Pichard, le directeur du FIL à l’époque. Nous avons également visé les reportages concernant le mouvement autonomiste breton, les procès et actes de terrorisme. L’axe de notre recherche s’est concentré dans les cahiers : Arts Culture, Animation Socio-culturelle, Festival/Rencontre et Musique traditionnelle.

  • 1 Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, intitulé « La médiologie de (...)

6Dans cette recherche, qui fait partie d’une thèse de doctorat1, nous pouvons dire que la Bretagne a fréquemment été considérée de façon péjorative. Un bref résumé des statistiques montre ce scénario culturel.

7Pendant une année entière (1986), Brest et Rennes ont été les seules villes citées dans le journal, en sachant que le festival de Lorient réunissait déjà un grand public international; en 1987, le Festival de Confolens commémorait ses 54 ans, et dans la liste des festival de l’Europe, le FIL ne figurait pas, alors qu’il existait depuis 1971. A propos d’Allan Stivell, grand phénomène de la musique traditionnelle bretonne, on ne le voit apparaître dans Le Monde qu’en 1978, à l’époque avec 10 albums enregistrés (entre lives et studio).

8La Bretagne a toujours insisté sur un passé culturel authentique, qui a été interprété comme lointain, primitif, démodé. Économiquement et politiquement aussi, la presse nationale avait dénigré le potentiel de la région, en gardant toujours ces stéréotypes créés au long de l’histoire. Si l’on peut dire aujourd’hui que la Bretagne est une région qui possède une forte identité culturelle, c’est sans doute grâce au développement du Festival Interceltique de Lorient.

I- L’Histoire (a)culturelle de la Bretagne

  • 2 Au niveau linguistique le Breton, qui fait partie de la famille des langue indo-européennes, s’est (...)

9La Bretagne, péninsule localisée à l'ouest de la France, se trouve entre la Manche, la mer Celtique et une partie de l'océan Atlantique (la mer d'Iroise et le golfe de Gascogne). Son ancien nom « Armorique » possède des origines celtes et signifie « celui qui se trouve face à la mer ». La localisation territoriale de la Bretagne a été le principal facteur de progrès régional et explique les grandes migrations de peuples venus d'autres îles et de l’Armorique celtique. Ils sont indo-européens, ils parlaient une langue celte2 et maintenaient des relations étroites avec la Grande-Bretagne (Angleterre, Pays de Galles, Écosse et Île de Man).

10Reconnu officiellement par la France en 1532, soumis à l’autorité d’un roi unique, c’est récemment que le nationalisme breton a pris forme. Selon Jean Markale, « jusqu’au début du XXe siècle, il y avait bien un roi, quelque part, en France, auquel on devait obéir, puis un gouvernement, mais c’était de pure forme : les affaires se traitaient dans le pays, dans la fratrie, dans le clan. » (1985 : 174)

11En ce qui concerne les intérêts régionaux face à la couronne française, la figure emblématique d'Anne de Bretagne s'impose. La duchesse a notamment insisté pour que l'histoire de son duché soit consignée, ce qui a marqué un moment important quant aux réflexions sur le patriotisme culturel breton. Il convient de souligner que la chronique était une des rares productions littéraires encouragées par les représentants ducaux, ceci pour des raisons politiques, compte tenu que les chroniques exaltaient l'histoire nationale et, donc, appuyaient le patriotisme breton.

12L'université de Nantes a été fondée en 1460, avec un double objectif : « Doter le duché d'un établissement de prestige destiné à compléter la panoplie des institutions d’un véritable État, et assurer sur place la formation d’élites dont a besoin l’administration ducale, en évitant la fuite des cerveaux. » (Minois 1992 : 377). Le breton, principale langue d'usage oral a commencé à être utilisé, à partir d'alors, dans quelques productions écrites.

13En dépit de la croissance démographique et du développement économique entraîné par le commerce maritime, il convient de souligner que le ruralisme, récurrent principalement dans la Basse-Bretagne, a empêché le progrès de la région. En revanche, il a été le facteur déterminant de la sauvegarde des traditions culturelles bretonnes.

14Accoutumés à travailler les terres collectivement, les travailleurs ruraux se refusent à participer à la révolution agraire souhaitée pour la région. De cette façon, le contraste entre les aires du littoral et celles de l'intérieur s'accentuent. Malgré ce contraste, la Bretagne est parvenue à se distinguer au XVIIIe siècle comme la première région de France pour les investissements dans la construction navale et le commerce maritime, avec trois grands ports : Saint-Malo, Nantes et Lorient, ce dernier établi au sein d'une ville artificielle, créée par la monarchie pour y installer le siège de la Compagnie des Indes orientales. Lorient est un « (…) Port d’un intense cabotage international indispensable pour fabriquer et armer les navires, port de traite négrière même, et vraie ville qui avoisine les vingt milles habitants. » (Croix 2008 : 66).

  • 3 “Près d'un certain canton de la basse Bretagne /Appelé Quimpercorentin./ On sait assez que le desti (...)

15Quel que soit le niveau de développement des villes, vue de Paris, la région était l'impasse de la péninsule, où une petite partie de la population vivait du commerce. Elle était éloignée, isolée, archaïque et étrange, comme l'a décrite La Fontaine dans son poème Le Charretier embourbé3. La langue bretonne était une énigme, et se prononçait rudement. L'alcoolisme était prévalent, et les personnes étaient mélancoliques et dépressives.

L'ivrognerie y contribue beaucoup, vice auquel ils sont sujets, ainsi qu’à la chicane entretenue par le nombre presque infini de juridictions qui y sont établies. A l’égard des lettres et des sciences, il n’y a jamais eu de gens célèbres, quoique, à vrai dire, les Bretons manquent moins d’esprit que de politesse et d'éducation. (Nointel 1972 : 15)

16Les habitants de la Haute-Bretagne, de leur côté, avaient un avantage : ils étaient mieux intégrés au royaume, et, par conséquent, étaient considérés comme des hommes courageux et guerriers. « D'excellents hommes de mer », comme les qualifiait le Grand Dictionnaire historique de Moréri. La facilité du commerce et de la communication assurait une avance économique, et par dessus tout intellectuelle, à la Haute-Bretagne. La tradition orale était encore le grand moyen de communication de la province, assurant la transmission de contes, chansons et poèmes bretons, dans la langue régionale.

17Les écrivains bretons ont écrit principalement en français. La grande majorité a quitté la région pour s'installer à Paris et à Versailles. Ce symbole d'assimilation culturelle tenait sa justification du fait que l'unique forme de reconnaissance et de valorisation des auteurs était obtenue dans la capitale. La situation culturelle de la Bretagne au XVIIe siècle était encore relativement médiocre, compte tenu de l'émigration des élites intellectuelles et du manque d'enseignement et de production littéraire locaux.

18La Bretagne du XVIIIe siècle s'est développée intellectuellement en renforçant les traits d'une société cosmopolite. Dans cet environnement de développement intellectuel, la Contre-réforme religieuse a revêtu aussi une importance fondamentale. À travers elle, la culture bretonne a connu une intense période d'assimilation des influences venues de Paris et de Rome.

19La fin du XVIIIe siècle est marquée par des difficultés économiques, ainsi que par une situation sociale tendue, un sentiment d'insécurité, la sécularisation et la rationalisation de l’Église, enfin, par un moment d'agitation. Dans la société rurale bretonne, le niveau de vie a chuté exponentiellement, et les paysans se sont mis à exiger de plus en plus de droits et privilèges jusqu'alors réservés aux nobles. Les négociants, influencés par les nouvelles idées venues d'autres régions, revendiquaient liberté et égalité. C'est l'atmosphère à la veille de la Révolution française.

20En 1793 est instauré un système répressif, avec l'usage de la force armée, pour empêcher l'avancée des Chouans, qui avaient provoqué une insurrection. Les Chouans, issus de la paysannerie, revendiquaient des baisses d'impôt, refusaient la participation au service militaire, et refusaient au clergé l'autorité civile. Malgré ces demandes spécifiques, les Chouans étaient connus comme des républicains révolutionnaires, patriotes exacerbés, en étant contre tous les politiques du gouvernement.

21Quand Bonaparte s'est emparé du pouvoir en 1799, sa première attitude envers la Bretagne a été une tentative de réconciliation, notamment sur le plan religieux. Avec la Révolution française, les cultes traditionnels celtes ont été renforcés, et les cérémonies festives des dimanches, profondément enracinées dans la société rurale, ont été permises.

22Le XIXe siècle traverse à toute vapeur l'Europe, grâce à la Révolution industrielle. Néanmoins, la Bretagne reste à l'écart de ce mouvement. Sans matière première (en particulier ni charbon, ni fer), sans capital à investir, surpeuplée mais sans main d’œuvre qualifiée et sans structure apte à dynamiser l'industrie, la région reste cantonnée aux activités rurales et artisanales, sauvage et conservatrice. Même connaissant des hauts et des bas, l'influence cléricale reste très importante, ce qui donne à la Bretagne le titre de « Terre de prêtres ». C'est le moment que choisissent les nationalistes romantiques pour ébaucher les stéréotypes de la région.

23Les nationalistes romantiques ont décrit l'histoire des civilisations et la richesse culturelle de la péninsule, proclamant l'originalité irréductible de chaque région. En Bretagne, c'est la noblesse qui a initié ce mouvement. Le romantisme est né avec la nostalgie de l'ancien régime, en faisant la synthèse d'éléments de la monarchie et de la religion avec les prérogatives féodales. L'intention était de préserver les traditions qui maintenaient les privilèges des nobles et empêcher l'arrivée des idées nées avec les Lumières. Pour renforcer le cliché d'une société rurale, pittoresque, archaïque, composée de curieux habitants, les artistes, les touristes et les écrivains ont construit chacun à leur façon les stéréotypes de la Bretagne.

24C'est à la faveur de l'uniformisation de la vie culturelle, politique et religieuse de la province, suivant les modèles parisiens, que les Bretons prennent conscience de leur originalité et de leur particularisme – à l'intérieur de la mosaïque qu'est la Bretagne.

Derrière ces couleurs locales, tous ont en tête un archétype breton et une Bretagne " éternelle", sortie tout droit des mégalithiques ou des invasions du Vᵉ siècle.[…] La Bretagne de 1914 est une mosaïque, dont les habitants, désorientés par le choc de la civilisation industrielle libérale, se tournent de plus en plus vers Paris, là où se décide désormais leur sort. (Minois 1992 : 736).

25Sur le plan culturel, les intellectuels, les bourgeois et les aristocrates commencent à recueillir de la matière, à étudier et écrire l'histoire la province. Les Bretons expatriés entament une réflexion sur leur propre culture, en s'appuyant sur des témoins de la tradition orale, cherchant l'origine du « folklore » dans la vie quotidienne, les modes de vie, le caractère, la langue, l'histoire. Le « bretonnisme » (exaltation de la singularité bretonne) est évoqué par divers auteurs et artistes.

26Sur le particularisme régional, Arthur de la Borderie, professeur titulaire à l'Université de Rennes, cite dans son introduction à son cours d'Histoire de la Bretagne, en 1890 : « (…) La Bretagne, c’est un caractère, un caractère national, bien tranché, bien trempé; par là-même c’est un peuple, non pas seulement une province, mais une nation qui a eu son existence propre, originale, indépendante.»

27Le particularisme breton, réprimé par le gouvernement français, a encouragé la création d'une Union régionaliste bretonne (URB), en 1898, dont l'intention initiale était de valoriser le caractère culturel de la région. Née d'une scission de l'URB à laquelle ne participaient que des intellectuels, est apparue une Fédération régionaliste de Bretagne (FRB) en 1911, dont les intérêts étaient autant culturels qu'économiques, mettant en avant les créations artistiques, l'histoire régionale, la littérature et la langue bretonnes, les beaux arts, tout autant que l'économie et notamment l'agriculture.

28 Les mouvements régionalistes et autonomistes ont produit des périodiques et des publications littéraires importantes, qui non seulement témoignaient du désir politique de décentralisation, mais aussi relançaient une identité particulière, fondée sur la diversité et l'originalité. D'autres mouvements bretons ont surgi entre les années 1950 et 1980, composés principalement d'étudiants, avant tout soucieux de promouvoir des rencontres culturelles, celtiques et folkloriques.

29L'impact du tourisme est devenu sensible économiquement, mais aussi dans les mentalités. Considérant que la « véritable » tradition était morte, on a tenté de la ressusciter à travers des productions esthétiques, surtout les fêtes traditionnelles, c'est-à-dire les bals, les rencontres, les réunions, tels qu'ils avaient lieu autrefois, mais désormais réalisés avec des sons et lumières spectaculaires.

30La mise en scène de ces spectacles est critiquée, y compris par les propres Bretons : « Des taches dans nos soleils - On a ressorti les vieux paysans morts en gilets et bragoubraz, les grands-mères à coiffe, la pipe calée par un chicot. (...) La Bretagne vend son passé. La bourgeoisie n’aime pas les paysans, sauf quand ils sont morts. » (Cilibabi, in Le Monde 26/04/1979 : 14a)

II- Le renouveau des productions culturelles

31La renaissance de la Bretagne dans les années 1970 s'exprime aussi à travers ses productions culturelles, littéraires et musicales, qui ont construit l'image de l'exploitation de la région par la capitale française, et ont relancé les revendications du peuple « pour vivre dignement ». C'est le versant social d'un grand mouvement culturel exprimé par les chansons d'Alan Stivell, dans les livres de Paol Keineg et dans le cinéma de René Vautier. Le besoin de sauvegarder la culture traditionnelle devient une réalité, que même le Président de la République Valéry Giscard d'Estaing reconnaît lors d'une visite dans la région en 1977. Après avoir annoncé que la réorganisation territoriale du pays est une priorité, le Président ajoute :

Désenclaver, moderniser, développer la Bretagne, cela ne veut pas dire, comme certains ont pu le craindre, étouffer l’âme bretonne. (…) Le temps est venu d’affirmer qu’il n’y a pas de contradictions entre le fait d’être pleinement français et celui de continuer à vivre avec les traditions, des coutumes et une culture régionale ou locale. L’Unité française n’a aucun besoin d’étouffer ou de niveler la diversité naturelle de notre nation. Gaulois, Romains, Francs, Celtes, Vikings se sont établis tour à tour sur notre sol. Notre culture commune est la fusion de leurs cultures. Acceptons que le même arbre conserve plusieurs racines. Les traditions et les cultures de la Bretagne ne sont pas simplement du folklore. Elles sont des manières de vivre quelque chose de différent dans un monde qui se banalise et dont l’âme se vide. (Ferenczi, in Le Monde 10/02/1977 : 6b)

32Le 4 octobre de la même année, a été signée la Charte culturelle bretonne, un accord entre la République française et les conseillers régionaux de la Bretagne, officialisant l'existence d'une « personnalité culturelle » de la région, qui se manifeste à travers ses expressions artistiques, ses traditions populaires, et une langue vernaculaire – un réseau d'écoles associatives, gratuites et laïques d'enseignement du breton, appelé Diwan est mis en place par l’État français. Deux années plus tard, voici un bilan de la Charte culturelle :

En raison des importantes "corrections" apportées au projet émanant de la région, cette charte culturelle a toujours été considérée par les Bretons comme "un programme minimum de reconnaissance de la spécificité bretonne" qui devrait être appliqué intégralement afin, selon les termes de M. Michel Denis, président du conseil culturel de Bretagne, de "réparer les méfaits" de cent années de trop grande centralisation et d’uniformisation de la culture bretonne. (Tual, in Le Monde 20/02/1980 : 11c)

33L’expression culturelle bretonne était reconnue officiellement après deux siècles d’existence. La Charte Culturelle signée en 1977, a incité à un engagement de l’État à verser, chaque année, 4,5 millions de francs afin de soutenir l’enseignement et la diffusion de la langue, culture et patrimoine breton. Cependant, cet “investissement” n’a pas modifié la représentation négative de cette région de la part de la presse nationale.

34La Bretagne était toujours économiquement fragile:

L’électronique a pris pied dans le Léon, où jadis l’économie était organisée autour des seules bâtisses sévères des pensionnats religieux… ou du chou-fleur. L’élevage et l’exploitation des poulets et des porcs ont connu des progrès spectaculaires, et il faut maintenant que les agriculteurs apprennent les dures lois de la concurrence internationale. (Grosrichard, in Le Monde 08/02/1977)

35Historiquement isolée :

Culture : une charte pour 1978

Après avoir réaffirmé que « la priorité reconnue à l’Ouest dans l’aménagement du territoire sera entièrement maintenue », le président de la République a ajouté :

« Désenclaver, moderniser, développer la Bretagne, cela ne veut pas dire, comme certains ont pu le craindre, étouffer l’âme bretonne. (…) Le temps est venu d’affirmer qu’il n’y a pas contradictions entre le fait d’être pleinement Français et celui de continuer à vivre avec les traditions, des costumes et une culture régionale ou locale (…) (Ferenczi, in Le Monde 10/02/1977)

36Culturellement discriminée:

Au rectorat de l’académie à Rennes, où l’on ne fait aucun commentaire sur l’événement (…). Paradoxalement, comme il a été reçu au terme du premier groupe d’épreuves, le jeune homme n’a pas eu besoin des points obtenus dans l’épreuve facultative de breton qu’il avait subie. (Tual, in Le Monde, 11/07/1979)

37Malgré le mépris de la part de la presse, la Bretagne est reconnue comme une région ayant une forte personnalité. Un slogan populaire, lancé par l'entrepreneur Jean-Jacques Goasdoué en 1988, exprime la réalité dans laquelle la région veut s'inscrire : « La Bretagne possède une perle fabuleuse : son identité ». Goasdoué ajoute : « L'importance inégalée du tourisme et l’attraction exercée par une originalité devenue plus rare dans un univers citadin et mondialisé, une originalité dont l’image est soigneusement cultivée. » (Croix, 2008 : 125).

38C'est la principale question qui tourne autour de la Bretagne du XXIe siècle : la transition entre le moderne et le traditionnel. Mais dans la région, pour les propres habitants, il n'y a pas de dichotomie. Il n'est pas nécessaire de choisir entre « s'ouvrir à d'autres horizons » et le renforcement de son identité. Cette dernière se trouve à ce point enracinée dans la culture, que toutes les créations modernes sont incapables de l'effacer. L'identité est « une force tranquille », qui ne garantit rien quant au futur, mais qui permet tout.

La diversité actuelle de la musique bretonne se place plutôt sous le signe de l'adaptabilité que sous celui d’une déliquescence. Les acteurs de la société bretonne ont peu à peu reconstruit une communauté culturelle, avec une musique dont les multiples facettes répondent mieux aux multiples aspirations de la société moderne. (Becker, Gurum 1996 : 4)

39Dans la société traditionnelle, la quasi totalité des activités culturelles liées aux questions identitaires, subissaient l'influence de l’Église catholique. Les textes religieux étaient adaptés dans des chansons populaires, plus connues, afin de faciliter la diffusion des valeurs cléricales et même garantir la transmission orale. Avec les changements de contexte social, les mêmes œuvres ont vu leur contenu passer du religieux au politique. Les chansons militantes des années 70/80 mélangeaient politique et ironie, poésie et faits d'actualité. Parois, ces chansons étaient étouffées : « Le Grand Charles et Pompidou ont donné l'ordre de mettre sur pied – Un groupe de joueurs de biniou composé de fidèles C.R.S. (…) - Gilets brodés, casques enrubannés – Ils viendront aux fêtes bretonnes (...) » (Ibid. : 13).

40Quant à la musique instrumentale, elle est une autre forme d'expression de la musique chantée. Le public qui auparavant se réunissait pour apprécier des textes, des histoires, et parfois pour danser, sentait d'autres émotions provoquées par les musiciens, appelés sonneurs. Le recueil de répertoires du XIXe siècle sert constamment à des compositeurs qui adaptent les chansons, leurs rythmes et mélodies, à leurs instruments. La bombarde et la cornemuse sont parmi les plus populaires. Dans toutes les grandes occasions, les principales fêtes, dans les petites et grandes villes, les musiciens étaient chargés de diriger musicalement les événements. Leur rôle ne se limitait pas à faire danser les invités, ils enseignaient une pratique musicale à la société bretonne, avec des instruments spécifiques.

41De la pratique traditionnelle à la pratique professionnelle, l'apprentissage de la technique de la bombarde et de la cornemuse, avec l'apport d'autres instruments comme les tambours et les tambourins, ont donné naissance, au milieu du XXe siècle, au renouveau de la musique traditionnelle bretonne, avec la création de groupes de bagad (bagadou, au pluriel). L'inspiration vient de l’Écosse et ses pipe bands, des orchestres constitués d'un type spécifique de cornemuse, et parfois de percussions, qui se présentent généralement en défilant. Les pipe bands ont remis au goût du jour un répertoire sophistiqué qui a été assimilé en Bretagne, en l'adaptant pour la bombarde, de même que les influences musicales d'autres régions et pays, recréant ainsi une nouvelle tradition musicale dans la région.

42Sur cette base, les changements sociaux ont transformé une grande partie des fêtes et rituels populaires. Afin de satisfaire la curiosité culturelle d'un public plus urbain, les petites foires (lieux de rencontre et de socialisation) sont devenues de grands événements régionaux, les petites réunions occasionnelles de musiciens se sont transformées en véritables festivals.

43C'est autour de ce projet que « l'entreprise folklorique » se focalise. Il s'agit de donner à la Bretagne une musique « modèle », exportable, plus adaptée à la société moderne, pour qu'elle puisse survivre. Même avec ces changements d'instruments, la musique continue à être, plus que jamais, un outil fonctionnel pour créer et consolider un public autour d'une fête et d'un rituel, en le faisant se dépasser lui-même.

III- Le Festival Interceltique de Lorient (FIL) à l'ère de la mondialisation

44Lorient, ville bretonne de 60.000 habitants, située à la pointe ouest de la France, a réuni en 2012 environ 650.000 visiteurs durant le Festival Interceltique de Lorient (FIL). Ces personnes sont venues des huit pays celtes (Écosse, Pays de Galles, Cornouailles, Île de Man, Irlande, Galicie, Asturies et Bretagne) et aussi de régions de la diaspora celte qui n'avaient pas encore été intégrées, comme New York (où le drapeau irlandais est hissé pendant la Saint-Patrick), l'Australie, la Nouvelle-Zélande, ainsi que l'Argentine et le Mexique, où ont émigré de nombreux Galiciens, emmenant avec eux leurs instruments de musique.

45Le FIL, avant de connaître un tel succès, est né de l'héritage du Festival international de cornemuse, qui se déroulait chaque année depuis 1953 à Brest. En 1970 la fête s’installe à Lorient qui, bien qu'elle soit aussi un port maritime, mettait en valeur la musique folklorique, principalement celle des bombardes et cornemuses, plutôt que les complaintes des chansons de marins.

46La ville de Lorient s'est développée tardivement, et depuis le début a ébauché son caractère cosmopolite. Contrairement à d'autres provinces, qui ont conservé la tradition musicale bretonne du fait de leur isolement géographique et du peu d'influences culturelles reçues d'autres régions, ou encore contrairement à des villes qui, comme Brest, ont été avant tout marquées par leur passé maritime, Lorient s'est spécialisée dans la musique folklorique parce qu'elle a hérité de Brest la représentativité de la musique traditionnelle.

47Entre 1972 et 1978, Polig Motjarret, président du BAS (Bodadg ar Sonerion), responsable du développement des groupes de bagad, et Jean-Pierre Pichard, à l'époque juge des concours de bagadoù, secrétaire général du BAS, conseiller du festival et futur président, ont lancé le concept de l'interceltisme. Ils ont fait venir à Lorient des Écossais, des Irlandais et des Gallois, et leurs chansons populaires (Kan ar Bobl, en provenance d'Irlande), se mêlant aux Gwerzioù de Bretagne. Cela a été, selon les organisateurs, un événement destiné à « décomplexer » les gardiens de la tradition et susciter, en même temps, un brassage entre les différents types de musique de différents pays et générations.

Polig Mojarret (…) affirma un jour que quelque chose qui existe depuis plus de cinquante ans fait partie de la tradition. La formule est belle, se veut définitive, mais peut néanmoins se discuter. Sans doute peut-on y lire en filigrane comme le souci de rattacher un phénomène somme toute récent à un monde traditionnel en voie d’extinction. Il est vrai qu’il n’est pas toujours aisé de faire le distinguo entre ce qui est tradition, rituel, ou simplement habitude. Dans cette perspective, on peut surtout se demander si le monde contemporain est encore à même de générer une tradition. Il se montre surtout habile à lui emprunter, ou à l’imiter et une aptitude à se renouveler qui paraît bien comprise aujourd'hui. » (Morgant, Roignant 2005 : 8)

48Le navire-amiral du festival était encore le championnat et le défilé, réalisés depuis le début dans le stade du Moustoir, qui permettait d'accueillir un grand nombre de visiteurs, danseurs et musiciens, et de réaliser de grands spectacles de sons et lumières, de chorégraphie et orchestraux. Ailleurs, à l'occasion du festival, se tenaient des expositions de vêtements traditionnels de Bretagne, des concours sportifs, du cinéma, du théâtre, entre autres, toujours avec le but de privilégier divers types de public.

Conclusion

49Quel est le rôle de la presse nationale dans l’affirmation de la culture locale ? Comme on a pu le voir, peu de contributions ont été offertes à la Bretagne dans le sens de rendre la région culturellement attractive et dynamique. Au contraire, quand le premier journaliste du Monde a été envoyé au Festival Interceltique de Lorient, en 1979, il a décrit d’une manière très incisive l’aspect folklorique et amateur du FIL :

On m’avait dit qu’à Lorient je verrais le Festival Interceltique qui met la ville en ébullition,  cent vingt représentations en dix jours: trente-cinq groupes venus de Bretagne, de Grande-Bretagne (surtout ne jamais dire Angleterre) d’Espagne aussi. (…)Le QG du Festival se tient au Palais des congrès, effectivement sinistre. Mais, devant, il y a une pelouse et dessus des adolescents étendus, assis, qui causent, qui rêvent, des Ecossais en Kilt vert et guêtres blanches. Qui soufflent dans des bag-pipes, ils répètent. A leurs pieds, les gros bonnets à poil noirs avec un plumet blanc ressemblent à des pingouins frileux. Dedans, le va-et-vient étourdi. Dans la cantine au plafond bas, bruyante et résonnante, on sert deux fois par jour mille repas. Les groupes sont pris en charge, mais ne sont pas payés. En principe, ce sont des amateurs. Dans le fond, un jeu de fléchettes : « Pour nous il n’y a pas de distraction mineure ». Un écossais sursaute, garde son calme, explique l’importance internationale des fléchettes, des matchs entre virtuoses dont les bras semblent être guidés par un ordinateur. Les organisateurs sont fiers de l’ambiance survoltée mais amicale, malgré la quantité invraisemblable de bière engloutie. (C. G., in Le Monde, le 26/04/1979)

50Depuis sa création, le Festival Interceltique de Lorient, même limité pour des questions pratiques (budgétaires, par exemple), a toujours eu pour objectif sa croissance, son expansion, une bonne structure, les meilleur musiciens, les meilleurs spectacles, en plus grand nombre possible, etc. En 1989, c'était le seul festival français qui avait réalisé une étude quantitative de son public. En 2003, il a fait partie des cinq plus grands festivals du monde, avec plus de 600.000 spectateurs.

51Ce succès a été possible grâce à la compréhension du rôle des médias dans la promotion de la culture régionale. Les années 90 ont été, comme l’a signalé Alain Cabon, « Le temps de médias » (2010: 81). En 1994, Lorient produit quatorze heures de vidéos pour environ dix chaînes du monde, La Grande Parade des Nations Celtes commence à être diffusée en 2000 et 2001 par TF1, entre autres initiatives.

Voici le Festival désigné comme l’un des grands d’Europe par la commission de l’Union européenne qui, parmi les 3000 festivals existants, en a retenu treize en fonction de leur enracinement, de leur rayonnement artistique, mais aussi de leur dimension européenne et internationale. (Cabon 2010 : 89)

52La production des objets médiatiques est devenue un mécanisme stratégique d’ascension porté par les représentants du Festival : « Ce qui est intéressant est ce qui circule : pas seulement les « messages », (…) mais plus largement des définitions du monde, sans cesse médiées, en situation de médiation.» (Maigret 2009 : 104). Dans le domaine de la médiation culturelle, ou des « médiacultures », les médias professionnels exercent notamment le rôle de lier les sphères techniques et artistiques dans les jeux de représentations.

53 Les organisateurs du Festival ont compris qu’il fallait premièrement circuler à l’étranger, gagner la reconnaissance de la nation française, pour ensuite revenir en région, apportant alors une dimension créative et innovante. En d’autres mots, après avoir acquis une visibilité, la culture bretonne est devenue authentique. Elle est passée par ce critère qui la définit : une culture traditionnelle « ouverte au monde ».

Pour résister et compenser les pertes relevées de public français, le FIL a porté son effort d’information sur les pays étrangers […]. Jean Pierre Pichard profitait en outre de sa position de président de France Festival pour faire la promotion de la culture française atour du monde, avec Maison de la France le jour, et celle de la culture bretonne, la nuit avec tous les groupes celtiques qu’il rencontre. À la fin des années 1980, les études de fréquentation révèlent la présence de 25% d’étrangers parmi les festivaliers. Dès 1990, s’appuyant sur un bureau de presse à Paris, il entreprend d’attendre une presse nationale frappée de cécité et de surdité. « Effectivement, dit Solange Collery, l’image du Festival Interceltique était inexistante sur le plan national, voire un peu ringarde, et la presse peu sensible aux biniouseries ». (Cabon 2010 : 82)

54Le professionnalisme et le succès public constituent la référence visible de la culture bretonne à l'époque de la mondialisation. Nous percevons, dans la position occupée actuellement par le Festival Interceltique de Lorient, un passage entre la culture dite traditionnelle et celle authentique, rénovée, « ouverte », mais également toujours traditionnelle – résultant de la volonté d'insertion dans un univers complexe et cosmopolite, où les pratiques festives transforment nécessairement le sens donné à la représentation des minorités sociales.

Bibliographie

Becker, Roland; Le Gurun, Laure. La musique bretonne, Coop Breizh, 1996.

Borderie, Arthur de la. « Cours d’histoire de la Bretagne », in Site de l'Union Royaliste Bretagne Vendée Militaire (URBVM), [en ligne], <http://urbvm.com/​texte-de-la-semainela-bretagne-et-son-histoire-darthur-de-la-borderie/​>, (consultée le 07 mai 2015)

Cabon, Alain. Le Festival Interceltique de Lorient, Rennes, Ouest France, 2010.

Croix, Alain. La Bretagne : Entre histoire et identité, Paris, Gallimard, 2008.

Le Coadic, Ronan : « Les Bretons au pays des merveilles », in : La Bretagne à l’heure de la mondialisation , Humbert, Marc (dir.). Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, pp.105-111.

Maigret, Éric, Macé Éric (dir.). Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Armand Colin, 2006.

Markale, Jean. Identité de Bretagne, France, Edition Entente, 1985.

Minois, Géorges. Nouvelle Histoire de la Bretagne, Fayard, 1992.

Morgant, Armel; Roignant, Jean-Michel. Bagad : vers une nouvelle tradition, Spézet, Coop Breizh, 2005.

Nointel, Béchameil. Bulletin de la Societé d’Histoire Moderne, série 15, n°1, Année 1971, 1972.

Yacoub, Joseph. Au-delà des minorités, Les éditions de l’Atelier, 2000.

Haut de page

Notes

1 Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, intitulé « La médiologie des pratiques culturelles - de la transmission à la mise en scène de la culture traditionnelle dans le processus de festivalisation », soutenue par l’auteur le 11 septembre 2014, par visio-conférence entre l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle, l’Université Fédérale du Minas Gerais (Brésil) et l’Académie de la Martinique.

2 Au niveau linguistique le Breton, qui fait partie de la famille des langue indo-européennes, s’est développé au même temps que le gaulois, le gallois, le cornique et les gaéliques irlandais, écossais et mannois.

3 “Près d'un certain canton de la basse Bretagne /Appelé Quimpercorentin./ On sait assez que le destin /Adresse là les gens quand il veut qu'on enrage.”

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thaíse VALENTIM MADEIRA, « Le renouveau culturel en Bretagne et le défi de valorisation d’une culture cosmopolite », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 23 septembre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/2344 ; DOI : 10.4000/mimmoc.2344

Haut de page

Auteur

Thaíse VALENTIM MADEIRA

Universidade Católica Salesiana do ES – Brésil CERLIS – Centre de Recherche sur les liens sociaux (Paris 3) NECSO – Nucléo de Recherche en Culture et Société CCNM – Centre de Convergence des Nouveaux Medias   Thaíse Valentim Madeira est titulaire d’un master en Histoire Culturelle (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines) et docteur en Sciences de l’information et la Communication (Université Paris III Sorbonne Nouvelle et l’UFMG, Brasil). Actuellement elle est professeur à la Faculté Salasiana do Espírito Santo, au Brésil. Ses recherches traitent des cultures traditionnelles, groupes minoritaires, dispositifs transmédiatiques et méga-évènements.thaisevalentim@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page