Navigation – Plan du site
Articles

Fresques et marches orangistes

Murs et transgressions en Irlande du Nord
Renée TOSSER

Entrées d’index

Aires géographiques :

Irlande du Nord, Belfast

Périodes :

après 1945
Haut de page

Texte intégral

1Des heurts opposent presque chaque année certains habitants des quartiers catholiques nord irlandais et les forces de police, en marge de la principale marche orangiste qui se déroule habituellement le 12 juillet. En 2009, le défilé a eu lieu le lundi 13, car les orangistes ne défilent pas le dimanche et des incidents ont éclaté au Nord de Belfast, à l’issue de la marche et dans les jours qui ont suivi. Sur les images de ces affrontements, diffusées par les caméras de télévisions étrangères, on distingue, de nuit, des jeunes gens cagoulés, jetant des cocktails Molotov en direction des forces de police. Celles-ci, plutôt passives, tâchent principalement d‘éteindre les incendies naissants. En Irlande du Nord, les chaînes de télévision font en revanche le lien entre les marches orangistes ayant lieu dans la journée – images par ailleurs retransmises –, et les incidents se déroulant plus tard dans la soirée, parfois pendant plusieurs jours consécutifs.

2On perçoit bien dans le reportage d’ITN News du 13 juillet 2009 (Independent Television News1), les causes de l’hostilité ambiante, perceptible au passage des « Orangistes », apparemment très pacifiques. On remarque d’une part le nombre important de drapeaux et d’insignes portés par les hommes qui défilent. D’autre part, on voit bien que la parade traverse une zone urbaine sous escorte policière, suscitant à l’évidence l’animosité des habitants du quartier dit « nationaliste » : les images nous permettent de faire le lien entre les deux événements – manifestation « culturelle » orangiste (car c’est ainsi que les Protestants la définissent) et réaction « nationaliste ».

  • 2 Erick Falch’her-Poyroux, Jean Guiffan, L’Irlande, Paris : Le Cavalier Bleu Éditions, 2009, p. 72. A (...)
  • 3 Les guerres jacobites opposèrent les partisans du roi protestant Guillaume d’Orange à ceux de Jacqu (...)
  • 4 Les incidents interconfessionnels sont encore nombreux en Irlande du Nord : il y en a eu 80 entre a (...)

3En Irlande du Nord, le terme « nationaliste » désigne les partisans de la réunification de l’île, c’est-à-dire une majorité de Catholiques. À partir de 1970, ce terme a plutôt été attribué aux modérés, et s’oppose aux « républicains » prônant quant à eux la lutte armée. Ces derniers se sont opposés pendant des décennies aux « loyalistes », fidèles à la couronne britannique, également partisans du recours à la force. L’Ordre d’Orange est une sorte de franc-maçonnerie protestante, « dont l’un des buts principaux est de combattre énergiquement les erreurs et les doctrines funestes de l’Eglise de Rome2 ». Né en 1795, l’Ordre d’Orange constitue un important groupe de pression du camp unioniste. L’écrasante majorité des Protestants sont « unionistes », c’est-à-dire dire qu’ils sont partisans du maintien de l’union avec la Grande-Bretagne. Toutes les personnalités politiques influentes de cette confession religieuse appartiennent à l’Ordre d’Orange, qui a vu le jour au lendemain, ou presque, de la victoire de Guillaume d’Orange sur le Catholique Jacques II en juillet 1690. La célébration de cette victoire décisive, symbolique de l’ascendance protestante dans le pays, a d’une certaine façon permis d’asseoir la légitimité des Protestants à demeurer en Irlande. La célébration d’une guerre datant de plus de trois siècles3, constitue encore de nos jours une date importante et donne toujours lieu à des débordements de violence, malgré une amélioration très sensible de la situation sociale et politique dans ce pays depuis l’accord du Vendredi Saint de 1998. Cet accord a mis fin à presque trente ans de « troubles » dans cette province du Royaume-Uni. Depuis 2007, Catholiques et Protestants partagent le pouvoir et il existe des signes forts d’amélioration de la vie quotidienne des habitants d’Irlande du Nord. Pourtant, ce pays reste profondément divisé et sectaire. On pourrait parler d’un « apartheid » que la géographie des quartiers et des villes met en évidence : quand on est protestant, on ne réside généralement pas aux côtés d’une famille catholique, on ne fréquente pas les mêmes lieux publics, on n’envoie pas ses enfants dans les mêmes écoles, on pratique des sports différents. Nombre de préjugés persistent dans ce pays et malgré les efforts d’associations et de groupes de rapprochement intercommunautaire, les Catholiques et les Protestants d’Irlande du Nord vivent séparés les uns des autres et se vouent parfois une haine farouche qui peut, à l’occasion, prendre les formes d’une violence exacerbée4.

Fresques et espace : occupation et résistance

4Dans ce pays, la délimitation de l’espace par le biais du mur s’est imposée avant même la partition de l’île. En effet, dès 1908 et précisément afin de célébrer la victoire de Guillaume d’Orange, les Protestants ont entrepris de peindre d’immenses fresques murales à l’effigie de leur héros sur les murs des rues le long desquelles les Orangistes allaient défiler (PHOTO 1).

Photo 1

Photo 1

Shankill, West Belfast

Crédits photographiques : Renée Tosser

  • 5 « Beginning around 1908, loyalist artisans – coach painters, house painters, etc. – began to paint (...)
  • 6 Valérie Peyronel, « Les Relations Communautaires en Irlande du Nord : Une Nouvelle dynamique », L’I (...)

5Ces fresques sont alors devenues comme autant de marqueurs de territoire. Le symbole du triomphalisme de cette communauté était ainsi figé plus durablement et, aussi, plus ostensiblement. Cette tradition, à l’origine donc protestante5, doit être mise en corrélation avec non seulement une volonté d’occuper l’espace, mais également avec un souci de revendication de supériorité, affirmée par la victoire sur le champ de bataille. Le conflit d’Irlande du Nord n’est en effet pas à proprement parler religieux, mais fondamentalement politique, puisque le pays fut colonisé par l’Angleterre : l’occupation de l’Irlande remonte au début des années 1600 avec la Plantation de l’Ulster. La religion n’est donc pas « un élément essentiel, mais distinctif6 », elle distingue les Irlandais de souche, catholiques, des Protestants, lointains descendants des « colons » anglais et écossais s’étant implantés dans le pays il y a plus de quatre cents ans.

  • 7 « Le Government of Ireland Act de 1920 donna naissance dans les six comtés de colonisation du nord- (...)
  • 8 Jean Guiffan, La Question d’Irlande, Bruxelles : Éditions Complexe, (1989) 2006.
  • 9 « … un État national, amputé d’un certain nombre de ses attributs, sortant hébété et meurtri, abatt (...)
  • 10 Paul Brennan, The Conflict In Northern Ireland, Paris : Longman France,1991, p. 13.
  • 11 Voir sur cette question : John Darby (ed), Northern Ireland : The Background to the Conflict, Belfa (...)

6L’histoire de l’Irlande est également marquée par la résistance à l’occupation, les tentatives de soulèvement et les répressions sanglantes. La naissance même de l’Irlande du Nord se fit sous le signe de la violence puisqu’elle vit le jour suite à la partition de l’île, amorcée en décembre 1920 avec la proposition de Lloyd Georges de constituer deux Parlements séparés, l’un à Dublin, l’autre à Belfast. Une année plus tard, le Traité de Londres créait d’une part, l’État Libre d’Irlande et d’autre part, L’Irlande du Nord7. Or, cette séparation de l’île apportait une solution à une guerre d’indépendance qui avait déchiré le pays de 1919 à 1921, mais elle divisait profondément les républicains sans satisfaire non plus les Protestants, soucieux de demeurer anglais8. C’est ainsi que cette province prit forme dans la douleur, « gangrenée par la peur, l’intolérance religieuse et la violence intra-communautaire9… ». La dynamique de ce clivage profond entre les deux communautés est fondamentale10, elle permet de rendre compte de la puissance du ressentiment existant entre elles11, l’importance attribuée à la terre et à son drapeau.

  • 12 Le Government of Ireland Act garantissait aux Protestants des privilèges dès la création de l’Irlan (...)
  • 13 Le « Special Powers Act », date de 1922 et fut suivi d’autres lois répressives en 1926, 1935, 1951 (...)
  • 14 Jean Guiffan, La question d’Irlande, op. cit., p.215.

7Il n’est donc guère étonnant de retrouver le thème militaire sur les murs des fresques protestantes, dans la logique de cet esprit de conquête. Quant à la minorité catholique, elle fut dès le début victime de discrimination dans tous les domaines (logement, emploi, etc.)12, et dut en outre faire face à des violences policières, à des lois répressives13 et à des atteintes aux droits de l’homme pendant plus de quarante ans. Au milieu des années 60, plusieurs mouvements et comités virent le jour, notamment inspirés du combat de Martin Luther King, et se regroupèrent en 1966 pour former la NICRA (Northern Ireland Civil Rights Movement) qui réclamait l’égalité des droits civiques. L’association organisa des manifestations sur le même modèle que les marches américaines. C’est précisément à partir de ce moment-là que la situation se dégrada, pour évoluer vers une véritable guerre civile : en effet, suite à la première marche de la NICRA le 24 août 1968 à Dungannon14, la police chargea la manifestation devant les caméras du monde entier. Un an plus tard, la situation était explosive, notamment dans le Bogside, quartier populaire de Derry. C’est là qu’en 1969 un des habitants peignit sur un mur situé à l’entrée de ce quartier : « YOU ARE NOW ENTERING FREE DERRY » (PHOTO 2).

Photo 2

Photo 2

Rossville Street, Bogside, Derry

Crédits photographiques : Eamonn Melaugh15

  • 16 Neil Jarman, « Painting Landscapes ; The place of murals in the symbolic construction of urban spac (...)
  • 17 Allen Feldman, Formations of Violence, The Narrative of the Body and Political Terror in Northern I (...)

8Avec ce geste, John Casey fit de ce lieu précis un symbole de résistance collective à l’oppression. Comme le souligne Neil Jarman16, la fresque ne peut être considérée hors de son espace, tant il est vrai qu’elle est un artefact, un objet qui doit être vu dans le contexte de son environnement. La façade ainsi peinte de Derry sanctuarisait un lieu dont elle excluait l’Etat17, elle témoignait d’une résistance, nouvelle à l’époque, de la part de la communauté catholique. Une autre fresque sur le même modèle apparut à Belfast, à l’entrée du quartier protestant de Sandy Row (PHOTO 3). Celle-ci montre un garde armé et menaçant qui tient à distance les éventuels intrus.

Photo 3

Photo 3

Linfield Road, Sandy Row, Belfast

Crédits photographiques: Renée Tosser

  • 18 Bill Rolston, Drawing Support, 3, Belfast, Beyond the Pale Publications, 2003.

9Il fallut attendre le début des années 1980 et la mort de Bobby Sand, premier gréviste de la faim, pour voir émerger un réel mouvement de peinture de fresques catholiques18. (PHOTO 4) La peinture célébrant Sand, dans le Falls Road, Belfast, marque le soutien d’une communauté envers ses combattants. Elle est le fruit d’une résistance. Par contraste, la fresque protestante est marquée d’emblée par le souci d’affirmation de son identité, le souci de revendication de sa loyauté envers la couronne britannique qui de fait, exclut l’autre communauté.

Photo 4

Photo 4

Falls Road, West Belfast

Crédits photographiques : Renée Tosser

  • 19 Anthony D Buckley and Rhonda Paisley, Symbols, Belfast : Nickolson & Bass Ltd, 1994, p. 8.
  • 20 À l’origine, ce sigle figurait sur les armes des O’Neill, rois d’Ulster. Utilisée par les Nationali (...)

10L’aspect sectaire de la fresque protestante fut renforcé par la présence ostentatoire de l’emblème national. L’enclave protestante toute proche du quartier catholique du Bogside de Derry, appelé « Fountain » témoigne de ce phénomène (PHOTO 5). Le quartier est balisé sur le sol et le long des trottoirs, au-dessus desquels les drapeaux affirment l’identité nationale : L’Union Jack, drapeau du Royaume Uni, réunit en 1606 la croix rouge sur fond blanc de Saint Georges (Saint George), saint patron d’Angleterre et celle, blanche sur fond bleu, de Saint André, (Saint Andrews), saint patron de l’Écosse. La croix de Saint Patrick, qui est rouge sur fond blanc, fut ajoutée en 180119, suite à la Loi d’Union (Act of Union) de l’Irlande avec l’Angleterre. La main rouge, qui figure sur le drapeau d’Irlande du Nord, symbolise les six comtés de l’Ulster20. On la retrouve sous forme de poing sur les fresques de l’UDA (Ulster Defense Association), organisation paramilitaire loyaliste, et de ses associations, comme l’UFF (Ulster Freedom Fighters).

Photo 5

Photo 5

The Fountain, Derry

Crédits photographiques : Renée Tosser

  • 21 Voir à cet égard les travaux de Bill Rolston qui écrit : « Prior to the Anglo-Irish Agreement of No (...)

11Suite à l’accord anglo-irlandais de 1985, la représentation des groupes paramilitaires protestants prit de l’ampleur et des fresques intimidantes furent peintes régulièrement chaque année dans les quartiers protestants21. Les fresques représentant Eddy, emblème du groupe de rock « Iron Maiden », sont particulièrement agressives et assez impressionnantes. Il semble que cette utilisation du personnage n’a jamais fait l’objet d’une demande particulière aux musiciens et soit donc sans lien avec eux. Dans une fresque située dans le quartier du Waterside où figure ce personnage sur un champ de bataille, on distingue en bas à droite deux fresques du Bogside brisées et, notamment, le mur emblématique auquel nous faisons allusion, vraisemblablement en réaction à l’esprit de résistance affiché dans ce lieu (PHOTO 6).

Photo 6

Photo 6

Waterside, Derry

  • 22 Jean Guiffan, « Irlande du Nord : Les murs témoignent », Morlaix : Skol Vreizh, 1998, p. 65. Photo (...)

Crédits photographiques : Jean Guiffan22

Du rituel au territoire : les marches orangistes, le 12 juillet

  • 23 Bill Rolston, « Changing the Political Landscape : Murals and Transition in Northern Ireland », in  (...)

12On perçoit bien l’absence de similitude entre la fresque protestante, à son origine, et la fresque catholique. On discerne surtout le mouvement qui s’est opéré du rituel vers le territoire23, que la présence persistante du drapeau national est venue renforcer. On retrouve ce même glissement dans les marches orangistes du mois de juillet. C’est donc la célébration d’un fait historique – la victoire de Guillaume d’Orange sur Jacques II – qui donne lieu à une parade, chaque année problématique en Irlande du Nord et en particulier à Belfast. Précisons en premier lieu que les marches de l’Ordre d’Orange sont nombreuses dans ce pays, et que celle du 12 juillet n’est que la plus importante d’entre elles. Tout comme la fresque, il faut considérer cette célébration comme faisant partie d’un tout – un défilé qui suit plusieurs autres festivités et notamment, une multitude de feux de joie qui les précèdent.

  • 24 Dominic Bryan, Orange Parades, The Politics of Ritual, Tradition and Control, London: Pluto Press, (...)

13Pendant des semaines et au cours des jours précédant cet événement, les rues sont décorées et surtout, en certains endroits, littéralement recouvertes de drapeaux britanniques. Les fresques sont repeintes et les trottoirs sont également rafraîchis24. Tout ce qui rappelle l’appartenance au royaume britannique est mis en valeur. D’autre part, les enfants et les jeunes s’occupent pendant des jours à bâtir de véritables et parfois d’immenses édifices destinés à être brûlés au cours de la nuit du 11 juillet.

  • 25 L’I.R.A. est née en 1919 et ressemblait alors à une armée au sens traditionnel du terme. Après la p (...)

14On en compte une bonne dizaine au centre de Belfast. La construction commence plusieurs jours avant la marche. Au fil des jours, et la hauteur aidant, des jeunes gens plus âgés que les enfants prennent le relais, pour élaborer ces constructions imposantes avec des palettes de bois et des pneus. À deux jours de la marche, la tension est palpable : les jeunes se retrouvent le soir et en raison de l’alcool qu’ils consomment, peuvent devenir agressifs. Les vols de bois sont redoutés – si bien que plusieurs d’entre eux montent la garde pendant la nuit. Il y a cependant une certaine fierté à faire montre de son hostilité aux symboles qui se sont accumulés sur les bûchers : affiches du Sinn Féin (historiquement, la branche politique de l’IRA, Irish Republican Army qui est l’armée paramilitaire républicaine25), portraits de Bobby Sand, affiches portant l’inscription « IRA ». (PHOTO 7)

Photo 7

Photo 7

Sandy Row, South Belfast

Crédits photographiques : Renée Tosser

  • 26 « Dad’s Terror after taking son’s name from Bonfire », The Irish News, Friday July, 13, 2007.

15L’évidente provocation de ces édifices visibles, bien au-dessus des murs, n’est aucunement dissimulée mais bien revendiquée. Il y a deux ans, un père de famille retrouva le portrait de son fils, sur l’un d’entre eux, deux jours avant la marche. L’incident fit la une de la presse26. S’il existe des quartiers où ces feux peuvent apparaître assez « bon enfant », censés être des événements festifs destinés aux tout petits, il n’empêche que ces « bonfires » qui fleurissent un peu partout à Belfast posent également des problèmes de sécurité déclenchant des polémiques bien compréhensibles. En 2009, un bûcher fut élevé à l’entrée de l’un des hôpitaux de la ville, provoquant une réaction du personnel hospitalier, qui se plaignait de l’attitude indécente des jeunes, affairés à empiler bois et gravats. Le personnel se demandait comment les ambulances pourraient entrer dans l’établissement.

Photo 8

Photo 8

Belfast’s City Hospital, Donegall road

Crédits photographiques : Renée Tosser

  • 27 Dominic Bryan, op. cit.

16La mise à feu pose par ailleurs des problèmes de sécurité aisément concevables : les pompiers sont mobilisés et appelés toute la nuit à la veille de la marche du 12 juillet. Ainsi, avant même que la marche ne commence, des incidents, parfois graves, se produisent, tels que des incendies de maisons. Le bruit, les cris, la lumière27, l’odeur, sont autant d’éléments qui rappellent aux Catholiques, et par-delà les murs (PHOTO 9), qu’un jour de juillet, Jacques II fut vaincu par un Protestant.

Photo 9

Photo 9

Bûcher visible de Falls Road, Belfast

Crédits photographiques : Renée Tosser

17La communauté protestante se retrouve le soir, à la veille de la célébration de la victoire de Guillaume d’Orange (William III). Les familles entières se regroupent autour des feux qui sont allumés vers minuit. Puis la foule se disperse rapidement et seuls des jeunes s’attardent. Le lendemain, les autorités interviennent pour réparer les dégâts occasionnés : routes détériorées, détritus jonchant le sol.

  • 28 Dominic Bryan, op. cit.

18Le trajet de la marche est communiqué par voie de presse. À Belfast, l’entrée fracassante des défilés ressemble à une entrée triomphale dans la ville suite à la bataille gagnée : la marche orangiste du 12 juillet constitue bien la reconstitution de l’événement historique. Plusieurs cortèges assurent la couverture géographique des lieux. La célébration comprend des services religieux à l’occasion desquels certains sermons peuvent prendre un caractère très politique28, et tous les discours prononcés ce jour-là sont rapportés par les journaux qui parfois consacrent une bonne douzaine de pages à la couverture de l’événement. Après le trajet aller, le pique nique qui a suivi, et la consommation d’alcool qui les ont accompagnés – parfois ininterrompue depuis la veille, certains esprits se sont échauffés. C’est le plus souvent à ce moment-là que certaines parades bifurquent et passent par les quartiers catholiques qui ressentent alors le défilé comme une provocation. Mais il faut préciser que le trajet ayant été décidé au préalable, il peut donner lieu en certains endroits à des heurts. En effet, la police ne peut pas contrôler chaque Orangiste et les organisateurs de l’événement insistent chaque année pour passer à certains endroits précis de la ville, malgré les tensions que cela créé dans les quartiers nationalistes qui sont alors traversés.

19C’est tout le sens des fresques, et pancartes « No Sectarian Marches », hostiles aux marches. En 2007, soit au lendemain du partage du pouvoir, des membres de la communauté catholique du Nord de Belfast se sont retrouvés pour protester pacifiquement contre cette tradition. Portant des panneaux avec cette revendication, ils se sont tenus les uns à côté des autres, pour montrer leur désapprobation face au défilé orangiste. D’autres manifestations de ce type ont eu lieu par le passé, on peut d’ailleurs trouver des fresques sur ce thème. Dans le quartier Nord de Belfast, précisément là où des incidents ont éclaté en 2009, une autre marche orangiste a donné lieu à une manifestation similaire, sans que d’autres incidents aient été à déplorer. Sachant que ces trajets sont décidés par une commission, les raisons pour lesquelles les Orangistes insistent pour défiler en certains endroits particuliers sont à analyser.

L’occupation du territoire et le cas de Belfast

Photo 10

Photo 10

« Peace Wall », Springfield Road, West Belfast

Crédits photographiques : Renée Tosser

20La ville de Belfast est traversée par des « murs », appelés « lignes de paix », qui ont fait leur apparition au moment le plus fort des troubles dans les années 70. La géographie particulière de la ville, constituée par une mosaïque de communautés, parfois collées les unes aux autres, est sillonnée par ces murs séparant les deux communautés. On voit bien sur la carte qui suit, l’imbrication des quartiers catholiques et protestants au sein de la même ville :

Doc. 11

Doc. 11

BELFAST, carte de la ville. Les lignes blanches représentent les principales artères de la ville.

  • 29 Photo publiée avec l’autorisation de l’auteur. Jean Guiffan, « Irlande du Nord : Les murs témoignen (...)

Crédits photographiques : Jean Guiffan29.

  • 30 Neil Jarman, « Fragments et strates », (Décryptage de la géographie sectaire de Belfast), in : « Li (...)
  • 31 Baudouin Massart, «  Irlande du Nord, au-delà du conflit, (Construire la paix au quotidien) » : La (...)
  • 32 Neil Jarman, « Demography, Development and Disorder : Changing Patterns of Interface Areas », ICR, (...)
  • 33 Neil Jarman, « On the Edge : Community Perspectives on the Civil Disturbances in North Belfast », J (...)
  • 34 Baudouin Massart, op. cit., p. 60.
  • 35 « Among loyalist marchers, there is a tradition of « taking » a new street and incorporating it int (...)
  • 36 Florine Ballif, « Belfast, vers un urbanisme de la paix ? » in : Villes et Guerres, Les Annales de (...)

21Censées apaiser les tensions, les lignes de séparations ont créé des interfaces problématiques et cristallisé des heurts30. Ces interfaces, ou « intermédiaires », sont des « sorties de zones frontalières qui séparent les deux communautés31 » et qui peuvent être identifiées grâce à des drapeaux, des fresques, ou simplement un ensemble de rues ou de magasins32. Ces séparations, au départ sortes de remparts de fortune qui n’étaient pas destinés à durer, se sont transformées en véritables murs, très élaborés, faits de briques et de pierres et ressemblant bien à des constructions permanentes, comme on peut le voir sur la photo n° 10. Il ne s’agit donc pas d’un édifice qui sépare deux côtés de la ville mais d’une succession de constructions qui laissent apparaître, en certains endroits, des « patchworks » de lotissements ouvriers, comme c’est le cas au Nord de Belfast, là où ont éclaté les troubles en 2009. Neil Jarman démontre comment cette partie de la ville, traditionnellement tendue, est celle qui présente le plus de sinuosités et cristallise plus qu’ailleurs les violences sectaires, renforçant davantage une tendance à la fragmentation33. Ainsi, pour reprendre le développement de Baudoin Massart, « par le simple franchissement d’une interface, les « marches » sont assimilées à une violation de territoire par les Catholiques34 ». On peut légitimement assimiler cette volonté des Orangistes de pénétrer dans les quartiers nationalistes à une volonté d’affirmer leur victoire – à l’origine, celle de Guillaume d’Orange – sur les Catholiques vaincus, en « prenant » éventuellement un espace catholique supplémentaire, comme le suggère Allen Feldman35. On comprend d’autant mieux pourquoi, ainsi que le démontre Florine Ballif, cette organisation spatiale de la ville a « territorialisé la violence et organisé l’affrontement entre les quartiers et leurs milices paramilitaires36 ».

  • 37 An Phoblacht, « Ardoyne praised in face of March Provocations » June, 25 2009.
  • 38 The Irish News, « Orangemen and local clash at city flashpoint », June 20 2009.

22La marche du 12 juillet n’est qu’une marche parmi tant d’autres, qui se déroulent entre les mois de juin et de septembre chaque année. Nombre de Catholiques nord-irlandais profitent néanmoins de ce jour férié du 12 juillet pour fuir les lieux et aller dans le Donegal (destination privilégiée des touristes venant de Belfast en particulier). Les habitants de Belfast ne peuvent cependant pas forcément quitter leur quartier à chaque marche orangiste. Or, cette année, des incidents auraient pu éclater plus tôt dans l’année, au sein même du quartier catholique où des troubles ont secoué cette zone d’Ardoyne. En effet, une marche a eu lieu dans ce quartier populaire républicain enclavé en zone loyaliste, quelques semaines seulement avant le 12 juillet, soit le 25 juin. La commission chargée de réglementer le trajet de la marche a en effet donné son accord pour que le défilé puisse passer dans ce quartier (Crumlin road, où se trouve notamment une prison dans laquelle ont séjourné des militants de l’IRA). À cette occasion, les habitants du quartier ont été félicités pour leur calme et leur dignité37. Pourtant, cinq jours plus tôt, une autre parade avait eu lieu, et des incidents avaient éclaté entre les Orangistes et la population du quartier38. À l’automne 2001, les enfants de familles catholiques ont été agressés pendant plusieurs semaines, à propos d’un passage vers l’école, qui impliquait de traverser une zone protestante. Il est donc tout simplement impensable d’imaginer, dans ce contexte, une marche soi-disant exclusivement culturelle et dénuée de toute coloration politique, a fortiori dans un quartier aussi sensible, après des semaines de tension.

  • 39 Dépliant distribué à l’office du tourisme de Belfast, juillet 2007

23C’est pourtant de cette façon que les Orangistes justifient cette tradition qui, selon eux, célèbre également leur ordre, défenseur « de la liberté civique et religieuse pour tous39 ». Rebaptisée Orangefest, la marche du 12 juillet se veut dorénavant plus ouverte. (Document n° 12) 

Doc.12

Doc.12

Dépliants marche orangiste : à gauche : 2009, à droite : 2007

Crédits photographiques : Renée Tosser

24Le contraste entre les deux documents est frappant : en 2007, le défilé de l’Ordre d’Orange est mis à l’honneur et constitue la célébration principale. Par ailleurs, la parade est présentée comme ayant avant tout une fonction éducative. Deux années plus tard, c’est davantage l’aspect festif et commercial de l’événement qui est souligné. Les magasins restent ouverts et des spectacles de rues sont censés attirer les touristes et inciter les familles à rester assister au défilé.

  • 40 Neil Jarman, « Fragments et Strates, décryptage de la géographie sectaire de Belfast », op. cit.

25À travers cette célébration, c’est tout un questionnement mémoriel qui surgit. Ainsi, le mur matérialise les événements passés, que ce soit sous la forme d’appel au souvenir, de revendication de justice ou de reconnaissance du sacrifice : voilà bien le point commun entre les fresques protestantes et catholiques, et voilà bien aussi le sens de cette marche orangiste qui rappelle la légitimité de sa présence sur les lieux. Mais chaque communauté a sa propre mémoire culturelle et religieuse, de même qu’elle a sa propre mémoire historique. Or, la tradition du défilé est solidement ancrée chez les Protestants40 et demeure une tradition sectaire qui exclut la communauté catholique.

26Le mur témoigne des aspirations de chaque communauté. Il cristallise parfois l’hostilité, mais peut également s’avérer porteur d’espoir et devenir libérateur. La fresque affiche parfois une perspective d’avenir. Le sourire radieux, arboré par Annette, et le message de paix que délivre également la fresque « The Death of Innocence » le montre bien : l’enfant disparue se tient devant un monceau de débris, une arme sur sa gauche a été brisée et au-dessus d’elle, un papillon symbolise la résurrection. (PHOTO 13)

Photo 13

Photo 13

« Annette », Rossville Street, Bogside, Derry

Crédits photographiques : Renée Tosser

27La fresque enfin est symbole de liberté d’expression. La façade « YOU ARE ENTERING FREE DERRY » a été repeinte en rose en 2007 (PHOTO 14) par solidarité envers la communauté gay. Le mur nord-irlandais est clairement porteur de parole, et d’engagement idéologique.

Photo 14

Photo 14

Rossville Street, Bogside, Derry

Crédits photographiques : Renée Tosser

28Les fresques, qui sont là pour afficher l’expression populaire, nous rappellent en dernier lieu que les décisions politiques ne suffisent pas à changer les mentalités : celles-ci évoluent bien plus lentement. Les murs d’Irlande du Nord donnent à voir ce que chaque communauté attend encore.

Haut de page

Notes

1 http://www.youtube.com/watch?v=PwtxMPq6zhU

2 Erick Falch’her-Poyroux, Jean Guiffan, L’Irlande, Paris : Le Cavalier Bleu Éditions, 2009, p. 72. Anne Nicolle-Blaya, L’Ordre d’Orange en Ulster, Paris : Éditions l’Harmattan, 2009.

3 Les guerres jacobites opposèrent les partisans du roi protestant Guillaume d’Orange à ceux de Jacques II à la fin du XVIIe siècle.

4 Les incidents interconfessionnels sont encore nombreux en Irlande du Nord : il y en a eu 80 entre avril et août 2005. À titre d’exemple, en 2003, des loyalistes ont crucifié vivant un délinquant catholique avec un pistolet à clous. Le 06 mai 2006, un jeune Catholique de 15 ans est tué à coups de battes de baseball. Selon les données disponibles sur Conflict Archives on the Internet, les paramilitaires sont souvent responsables de ces crimes qui s’exercent également à l’intérieur des communautés. Cf. Cédric Gouverneur, « Ségrégation en Irlande du Nord », Le Monde Diplomatique, juillet 2006.

5 « Beginning around 1908, loyalist artisans – coach painters, house painters, etc. – began to paint large outdoor murals, each July. The timing was no accident ; the murals were part of the annual celebrations of the battle of the Boyne, one of a series of battles for the English throne between King James II and his son-in-law, William of Orange. (...) The victory of King William ushered in a period of consolidated British rule in Ireland, which included the ‘ Protestant ascendancy’ », Bill Rolston, Drawing Support 2 : Murals of War and Peace, Beyond the Pale Publications, 1998, p. 1.

6 Valérie Peyronel, « Les Relations Communautaires en Irlande du Nord : Une Nouvelle dynamique », L’Irlande Politique et Sociale, Presses Universitaires de la Sorbonne Nouvelle, 2003, p. 11.

7 « Le Government of Ireland Act de 1920 donna naissance dans les six comtés de colonisation du nord-est de l'Irlande à un État-région bénéficiant, au sein du Royaume-Uni, d'un régime d'autonomie interne étroitement subordonné au Parlement de Westminster. Le traité anglo-irlandais du 06 décembre 1921, quant à lui, jetait les bases d'un État-nation en forme de dominion dont la souveraineté s'étEndait sur les vingt-six comtés de l'Ile verte couvrant les trois provinces historiques de Leinster, Munster et Connaught, plus les trois comtés ulstériens de Monaghan, Cavan et Donegal »: Pierre Joannon, Histoire de l'Irlande, Paris : Perrin Éditions, collection Tempus, 2009, p. 531.

8 Jean Guiffan, La Question d’Irlande, Bruxelles : Éditions Complexe, (1989) 2006.

9 « … un État national, amputé d’un certain nombre de ses attributs, sortant hébété et meurtri, abattu et prostré, d’une épreuve fratricide aux incalculables séquelles »,  Pierre Joannon, Histoire de l’Irlande, op.cit. , p. 525.

10 Paul Brennan, The Conflict In Northern Ireland, Paris : Longman France,1991, p. 13.

11 Voir sur cette question : John Darby (ed), Northern Ireland : The Background to the Conflict, Belfast : Appletree Press, 1983.

12 Le Government of Ireland Act garantissait aux Protestants des privilèges dès la création de l’Irlande du Nord.

13 Le « Special Powers Act », date de 1922 et fut suivi d’autres lois répressives en 1926, 1935, 1951 et 1954 notamment.

14 Jean Guiffan, La question d’Irlande, op. cit., p.215.

15 Photo publiée avec l’autorisation du musée « Free Derry » (http://cain.ulst.ac.uk/melaugh).

16 Neil Jarman, « Painting Landscapes ; The place of murals in the symbolic construction of urban space », Symbols in Northern Ireland, Ed. Anthony Buckley, Belfast : Institute of Irish Studies, Queen’s University of Belfast, 1998. Voir : http///cain.ulst.ac.uk/bidbs/jarman.htm.

17 Allen Feldman, Formations of Violence, The Narrative of the Body and Political Terror in Northern Ireland, Chicago & London : The University of Chicago Press, 1991, pp. 17-45.

18 Bill Rolston, Drawing Support, 3, Belfast, Beyond the Pale Publications, 2003.

19 Anthony D Buckley and Rhonda Paisley, Symbols, Belfast : Nickolson & Bass Ltd, 1994, p. 8.

20 À l’origine, ce sigle figurait sur les armes des O’Neill, rois d’Ulster. Utilisée par les Nationalistes, la main représente les neuf comtés d’origine que comptait l’Ulster, tandis que dans la communauté protestante, elle représente les six comtés de l’Irlande du Nord et figure sur son drapeau, ainsi que sur celui de l’U.D.A., Ulster Defense Association, organisation paramilitaire loyaliste. Dans la légende, la main des O’Neill est cependant la main droite et non la main gauche, comme elle est représentée sur le drapeau d’Irlande du Nord.

21 Voir à cet égard les travaux de Bill Rolston qui écrit : « Prior to the Anglo-Irish Agreement of November 1985 there were relatively few murals displaying members of loyalist military organisations, but each summer afterwards they appeared regularly. This change accurately reflects the rearmament of loyalist groups in the late 1980s as a result of a large shipment of guns from South Africa, arranged by a British agent within loyalism, Brian Nelson. By the early 1990s loyalists were killing more republicans people than republicans were, and military imagery was the most common theme in loyalist murals. » : Drawing support 2, Murals of War and Peace’, Belafst : Beyond the Pale Publications, 1998, p.iii.
Voir également l’article de Paolo Morosi qui écrit : « Following the Anglo-Irish Agreement of 1985, unionist murals reflect a new feeling of popular aleniation from the structures of the British state, but the main topic was resistance to a united Ireland » :
Belfast, a city of political mural, http://web.gc.cuny.edu/advocate/OCT03ISSUE/articles%20web%20format/oct03Belfast (page consultée le 15/08/09).

22 Jean Guiffan, « Irlande du Nord : Les murs témoignent », Morlaix : Skol Vreizh, 1998, p. 65. Photo publiée avec l’autorisation de l’auteur.

23 Bill Rolston, « Changing the Political Landscape : Murals and Transition in Northern Ireland », in : Irish Studies Review, Vol. 11, N°. 1, 2003.

24 Dominic Bryan, Orange Parades, The Politics of Ritual, Tradition and Control, London: Pluto Press, 2001.

25 L’I.R.A. est née en 1919 et ressemblait alors à une armée au sens traditionnel du terme. Après la période 1919-1921, elle constitua davantage une arme de propagande dans une guerre psychologique : A.C. Hepburn , « The I.R.A. in Historical Perspective », L’Irlande Politique et Sociale (Le Conflit en Irlande du Nord), Vol I n° 1, Paris III, La Sorbonne Nouvelle, 1985, p. 1.

26 « Dad’s Terror after taking son’s name from Bonfire », The Irish News, Friday July, 13, 2007.

27 Dominic Bryan, op. cit.

28 Dominic Bryan, op. cit.

29 Photo publiée avec l’autorisation de l’auteur. Jean Guiffan, « Irlande du Nord : Les murs témoignent », Morlaix : Skol Vreizh, 1998, p. 6.

30 Neil Jarman, « Fragments et strates », (Décryptage de la géographie sectaire de Belfast), in : « Limites floues, Frontières vives » sous la direction de Christian Bromberger et Alain Morel, 2001, Cahiers d’Ethnologie en France n° 17, pp. 361-380.

31 Baudouin Massart, «  Irlande du Nord, au-delà du conflit, (Construire la paix au quotidien) » : La Revue Nouvelle, 1999, p. 59.

32 Neil Jarman, « Demography, Development and Disorder : Changing Patterns of Interface Areas », ICR, 2004.

33 Neil Jarman, « On the Edge : Community Perspectives on the Civil Disturbances in North Belfast », June-September 1996, CAIN Web service.

34 Baudouin Massart, op. cit., p. 60.

35 « Among loyalist marchers, there is a tradition of « taking » a new street and incorporating it into the parade route », Allen Feldman, op. cit., p. 29.

36 Florine Ballif, « Belfast, vers un urbanisme de la paix ? » in : Villes et Guerres, Les Annales de la Recherche Urbaine, Numéro 91, Décembre 2001, p. 55.

37 An Phoblacht, « Ardoyne praised in face of March Provocations » June, 25 2009.

38 The Irish News, « Orangemen and local clash at city flashpoint », June 20 2009.

39 Dépliant distribué à l’office du tourisme de Belfast, juillet 2007

40 Neil Jarman, « Fragments et Strates, décryptage de la géographie sectaire de Belfast », op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1
Légende Shankill, West Belfast
Crédits Crédits photographiques : Renée Tosser
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-1.png
Fichier image/png, 114k
Titre Photo 2
Légende Rossville Street, Bogside, Derry
Crédits Crédits photographiques : Eamonn Melaugh15
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-2.png
Fichier image/png, 172k
Titre Photo 3
Légende Linfield Road, Sandy Row, Belfast
Crédits Crédits photographiques: Renée Tosser
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-3.png
Fichier image/png, 159k
Titre Photo 4
Légende Falls Road, West Belfast
Crédits Crédits photographiques : Renée Tosser
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-4.png
Fichier image/png, 200k
Titre Photo 5
Légende The Fountain, Derry
Crédits Crédits photographiques : Renée Tosser
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-5.png
Fichier image/png, 127k
Titre Photo 6
Légende Waterside, Derry
Crédits Crédits photographiques : Jean Guiffan22
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-6.png
Fichier image/png, 167k
Titre Photo 7
Légende Sandy Row, South Belfast
Crédits Crédits photographiques : Renée Tosser
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-7.png
Fichier image/png, 105k
Titre Photo 8
Légende Belfast’s City Hospital, Donegall road
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-8.png
Fichier image/png, 115k
Titre Photo 9
Légende Bûcher visible de Falls Road, Belfast
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-9.png
Fichier image/png, 117k
Titre Photo 10
Légende « Peace Wall », Springfield Road, West Belfast
Crédits Crédits photographiques : Renée Tosser
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-10.png
Fichier image/png, 129k
Titre Doc. 11
Légende BELFAST, carte de la ville. Les lignes blanches représentent les principales artères de la ville.
Crédits Crédits photographiques : Jean Guiffan29.
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-11.png
Fichier image/png, 118k
Titre Doc.12
Légende Dépliants marche orangiste : à gauche : 2009, à droite : 2007
Crédits Crédits photographiques : Renée Tosser
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-12.png
Fichier image/png, 144k
Titre Photo 13
Légende « Annette », Rossville Street, Bogside, Derry
Crédits Crédits photographiques : Renée Tosser
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-13.png
Fichier image/png, 88k
Titre Photo 14
Légende Rossville Street, Bogside, Derry
Crédits Crédits photographiques : Renée Tosser
URL http://mimmoc.revues.org/docannexe/image/416/img-14.png
Fichier image/png, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renée TOSSER, « Fresques et marches orangistes », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/416 ; DOI : 10.4000/mimmoc.416

Haut de page

Auteur

Renée TOSSER

Maître de conférences en études anglophones à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de la Réunion
Spécialiste de civilisation irlandaise, Renée Tosser est l’auteur d’une thèse sur la « Ligue gaélique » (2000) et de plusieurs articles analysant l’histoire de la Ligue ainsi que le rôle des femmes en son sein ; elle travaille également depuis plusieurs années sur les fresques d’Irlande du Nord

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page