Navigation – Plan du site
Articles

Un rideau de fer entre la Russie et l’Union Européenne ?

Sophie Ollivier

Résumés

Il conviendra dans un premier temps de présenter l’historique du Mur de Berlin et de déterminer les raisons de sa chute. À un monde bipolaire succède un monde dominé par les États-Unis. Les anciens membres du Pacte de Varsovie adhèrent à l’OTAN et l’UE. Un ensemble d’accords régit peu à peu les relations entre l’UE et les anciennes républiques de l’URSS, l’UE et la Russie. Avec l’élargissement de l’UE et de l’OTAN la question de l’identité de l’Europe est à l’ordre du jour. Les dissensions et les conflits entre la Russie et les pays anciennement communistes ainsi qu’avec des membres de la CEI, les interventions de l’OTAN et de l’UE dans des pays que la Russie considère comme sa zone d’influence, les rivalités entre Russes et Occidentaux dans des zones stratégiques comme le Caucase créent un climat qui rappelle celui de la guerre froide et les termes de « mur », « rideau  de fer » reviennent souvent dans la bouche des hommes d’État et des commentateurs. Toutefois, malgré de grandes divergences, un processus important de rapprochement a eu lieu. En conclusion, nous poserons la question de la nature eurasienne de la Russie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Hors-série Télérama « Le mur de Berlin », 9 septembre 2009, p. 85.

« Le mur de Berlin est tombé, voilà la bonne nouvelle. Bien d’autres murs, en béton ou en dogmes, restent debout, voilà qui est moins rassurant. » Tzvetan Todorov (2009)1

1Après une étude rétrospective de la guerre froide (1947-1989), nous analyserons les raisons de la chute du Mur de Berlin : conjonction des stratégies de Gorbatchev et de Reagan, opposition au régime soviétique dans les pays du Pacte de Varsovie. Une nouvelle configuration géopolitique de l’Europe se met en place ; les frontières de l’Union Européenne (UE) s’avancent vers la Communauté des États Indépendants (CEI). Dans un troisième temps, nous étudierons les tensions et conflits en Pologne, en Ukraine, en Moldavie et au Caucase et leurs répercussions sur les relations entre l’UE et la Russie dont nous évoquerons l’évolution dans une dernière partie pour répondre à la question posée dans notre titre. Elles seront analysées dans le cadre des relations entre la Russie et l’OTAN, la Russie et les États-Unis.

La Guerre froide (1947-1989)

2L’expression « rideau de fer », utilisée pour la première fois par l’écrivain russe V. Rozanov dans son livre Apocalypse de notre temps (1918), puis par la politicienne britannique Ethel Snowden dans son livre Through Bolshevik Russia (1920), fut popularisée par Winston Churchill qui, invité par Truman au collège Westminster de Fulton (Missouri), prononce le 5 mars 1946 un discours qui inaugure la guerre froide :

  • 2 Discours prononcé par l'ex-premier ministre britannique Winston Churchill le 5 mars 1946 à l'Univer (...)

3« De Stettin sur la Baltique à Trieste sur l’Adriatique un rideau de fer s’est abattu sur le continent. […] Quelles que soient les conclusions que l’on tire de ces faits ce n’est pas là l’Europe libérée pour laquelle nous avons combattu et ce n’est pas non plus celle qui porte en elle les ferments d’une paix durable. » Et il invite « les peuples de langue anglaise à s’unir pour ôter toute tentation à l’ambition ou à l’unité2. »

4La guerre froide commence en 1947 (date à laquelle l’expression apparaît sous la plume du financier américain Bernard Baruch). Le monde est coupé entre les États-Unis et l’URSS, seuls détenteurs de l’arme atomique. D’un côté, la doctrine de l’endiguement de Truman qui veut aider les « peuples libres » contre la menace communiste et le plan Marshall d’aide à l’Europe, de l’autre, la création du Kominform et la doctrine de Jdanov, selon laquelle il faut mobiliser les pays « anti-impérialistes ». Le blocus de Berlin (24 juin 1948-12 mai 1949) provoque la fermeture des frontières entre la République Fédérale d'Allemagne (RFA), créée le 23 mai 1949, l'Autriche, la Grèce et la Turquie d'une part, et la République démocratique allemande (RDA) créée le 7 octobre 1949, la Tchécoslovaquie, la Hongrie et la Bulgarie d'autre part.

5Après le coup de Prague (17-25 février 1948), le Benelux, la France et le Royaume Uni signent, le 17 mars 1948, à Bruxelles, un traité de coopération économique, sociale, culturelle et de défense collective « contre tout agresseur ». Il sera remanié le 23 octobre 1954, après les accords de Paris. L’Union occidentale devient l’Union de l’Europe à laquelle sont intégrées l’Allemagne de l’Ouest et l’Italie. Après avoir refusé le plan Marshall du 5 juin 1947 qui aidera l’Allemagne de l’Ouest, la France, mais aussi, et principalement, le Royaume-Uni, Staline met en place, le 25 janvier 1949, le COMECON, abréviation de l’expression anglo-saxonne Council for Mutual Economic Assistance, considéré comme un marché commun communiste. Le 4 avril 1949 est signé le traité de l’Atlantique Nord entre les USA, le Canada, la France, le Benelux, le Royaume Uni, le Danemark, l’Islande, la Norvège, l’Italie, le Portugal. Le 14 mai 1955 Khrouchtchev crée une alliance qui concurrence l’OTAN, le Pacte de Varsovie (entre l’URSS, l'Albanie qui quitte le pacte le 13 septembre 1968, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie, la Tchécoslovaquie, puis plus tard la RDA, un observateur de la République populaire de Chine assistait à la séance). Le mur de Berlin, érigé à son initiative dans la nuit du 12 au 13 août 1961 – pour séparer l’ancienne zone d’occupation soviétique de Berlin-Ouest et plus généralement les deux Allemagnes tout au long des frontières RFA-RDA –, matérialise et symbolise la scission entre deux blocs, communément et improprement appelés bloc des pays de l’Est et bloc des pays occidentaux.

6De 1968 à 1975 s’amorce une période de détente caractérisée par  la politique de linkage de Nixon, la fin de la guerre du Vietnam, la politique à l’Est (Ostpolitik) de Willy Brandt qui reconnaît la RDA, les accords d’Helsinki signés le 1er août 1975 qui marquent la fin de la première Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, le traité SALT 1 sur la limitation des systèmes ABM (Anti-Ballistic missile) le 29 mai 1974 et le traité de Washington sur « la prévention de la guerre nucléaire ». Mais une deuxième guerre froide a lieu de 1975 à 1985 avec l’invasion soviétique en Afghanistan, après le refus soviétique de l’option zéro, l’installation de fusées Pershing en Europe, l’initiative de défense stratégique qui vise à installer un bouclier spatial protégeant les États-Unis et la reprise de la course aux armements.

  • 3 Michel HELLER, Le 7e Secrétaire, Splendeur et misère de Mikhaïl Gorbatchev, Paris, Olivier Orban, 1 (...)

7La fin de la guerre froide est due à la conjonction de deux stratégies, celle de Washington et celle de Moscou, ainsi qu’à une opposition qui se constitue dans les pays du Pacte de Varsovie notamment en Pologne, où était née en 1980 Solidarnosc, une confédération de syndicats indépendants clandestins. Arrivé au pouvoir le 11 mars 1985 après la mort de Konstantin Tchernenko, Mikhaïl Gorbatchev, premier secrétaire du PCUS, lance un programme de réformes. Il veut sortir la Russie de la guerre froide. Le pays connaît depuis les années 70 une crise économique qui ne cesse de s’aggraver. Inspiré par Alexandre Iakovlev, ambassadeur au Canada, Gorbatchev met en place une politique de perestroïka ou restructuration (liens commerciaux avec l’Occident, autorisation de l’entreprise privée) et de glasnost ou transparence (libération de dissidents, réhabilitation des victimes des procès, renouveau de la vie intellectuelle et artistique). Sa politique, ses déclarations, sa personnalité impressionnent favorablement l’Occident. L’opinion publique est séduite. L’image de l’URSS change radicalement. Gorbatchev est très populaire à l’étranger. Il l’est beaucoup moins dans son propre pays où il se heurte à l’opposition des conservateurs et des réformateurs, tel Boris Eltsine. Renforçant son pouvoir il se fait élire président de l’URSS par le congrès des députés du peuple. Il parle de « réforme », de « maison commune européenne », fait des propositions de désarmement, se déclare favorable à l’indépendance des partis communistes (discours du 14 mars 1988 à Belgrade), commence à faire retirer ses troupes d’Afghanistan et déclare à Varsovie que le Parti communiste polonais doit reconnaître Solidarnosc. En 1989, alors qu’il est en visite officielle en Chine lors des manifestations de la place Tian’anmen (elles seront réprimées plus tard), on lui pose des questions sur la muraille de Chine. « Très bel ouvrage, répond-il, mais il y a déjà trop de murs entre les hommes. » En 1990, il reçoit le prix Nobel de la paix pour sa contribution à la fin de la guerre froide. Les avis restent partagés sur Gorbatchev. Selon l’historien dissident Michel Heller, Gorbatchev a su mêler le vrai au faux pour impressionner l’Occident3. Pour l’historien canadien Jacques Lévêque,

  • 4 Jacques LEVESQUE, « Apothéose et déclin de la politique européenne de Mikhaïl Gorbatchev », Manière (...)

« l’initiateur de la perestroïka rêvait d’enterrer la guerre froide et de créer  ‘une maison commune européenne’. Mais les changements dans l’ancien ‘bloc soviétique’ se sont accélérés au point d’échapper à tout contrôle. Et, quelques années plus tard, les États-Unis renieront leur engagement de ne pas élargir l’organisation du traité de l’Atlantique nord à l’Est […] Pour les dirigeants soviétiques le système instauré par la CSCE, à qui l’OTAN reconnaissait ‘un rôle plus marqué dans la construction de l’Europe’, devait remplacer à terme les deux Alliances et fournir ainsi à Moscou le cadre de son appartenance à l’Europe4 ».

8Dès 1984, les deux superpuissances avaient recherché la détente (rencontre de Washington en septembre). Mais c’est l’arrivée de Gorbatchev au pouvoir qui est déterminante pour les relations entre les deux pays. Les préoccupations de Gorbatchev rejoignent celles de Reagan qui veut réduire les dépenses stratégiques. Après les rencontres de Reykjavik (11-12 octobre 1986) et de Washington (8 décembre 1987), la course aux armements est terminée ainsi que la crise des euromissiles. Le discours de Gorbatchev prononcé le 7 décembre 1988 à la tribune des Nations Unies annonce la réduction des forces armées soviétiques en RDA, en Hongrie et en Tchécoslovaquie. George H.W. Bush (1989-1992) poursuit la politique de Reagan tout en durcissant la position des États-Unis.

La chute du Mur

9En juillet 1989, une foule dAllemands de l’Est passe la frontière austro-hongroise. En Pologne, le syndicat Solidarnosc est légalisé et en août, Lech Walesa, son président, devient président de la Pologne. En 1990, il demande l’évacuation complète des troupes du Pacte de Varsovie. Dans la nuit du 9 novembre 1989, plusieurs milliers de Berlinois de l’Est passent le Mur suite à la conférence de presse de Günter Schabowski, porte-parole du comité central du SED, le parti communiste de RDA, annonçant que les visas pour les particuliers désirant se rendre à l'étranger seront désormais délivrés sans conditions. À Moscou le Politburo refuse d’intervenir. Le 10 novembre 1989, Todor Jivkov quitte ses postes de président de la Bulgarie et de secrétaire général du parti communiste. Jeliou Jelev, un des fondateurs de l’Union des forces démocratiques (UFD), force d’opposition au parti communiste, est élu président de la république. À la fin de l’été 1989, des milliers de Lettons, Estoniens, Lituaniens forment sur plus de 250 kilomètres un cordon de solidarité pour dénoncer le pacte germano-soviétique du 23 août 1939 et affirmer leur volonté d’indépendance. Devenus Républiques socialistes soviétiques le 21 juillet 1940, les États baltes avaient été annexés par l’URSS en août de la même année. Le 23 août 1989, « la voie balte » réunit les habitants des trois nations et l’indépendance économique est déclarée. Moscou envoie des troupes mais les retire devant les protestations internationales. L’indépendance politique des pays baltes sera déclarée après le putsch d’août 1991. Le 11 décembre 1989,  un gouvernement à majorité non communiste est formé en Tchécoslovaquie et le 29 décembre Vaclav Havel est élu président intérimaire de la république ; en juillet 1990 il est reconduit à la présidence par les parlementaires élus démocratiquement. Le 21 décembre 1989, le régime Ceausescu est renversé ; Ceausescu et sa femme sont exécutés le 25. En mars 1990, un accord est signé en Hongrie pour le retrait des troupes soviétiques. 

10La chute du Mur de Berlin marque le début d’une nouvelle époque. En février 1990, les États-Unis et la RDA exigent l’appartenance de l’Allemagne unifiée à l’OTAN. En mars, lors de la réunion ministérielle des États membres du Pacte de Varsovie, Gorbatchev n’a pu obtenir leur accord sur la question de la neutralité (la Bulgarie s’est abstenue). Il accepte (sommet du 17 juillet 1990) le retrait des troupes soviétiques de la RDA dans un délai de trois à quatre ans et l’intégration d’une Allemagne unifiée (elle le sera le 3 octobre 1990) à l’OTAN, en négociant les compensations financières. En juin 1990, le Parlement hongrois vote une résolution déclarant que la Hongrie ne fait plus partie de la structure militaire du Pacte de Varsovie et que celui-ci devait être démantelé. La Tchécoslovaquie et la Pologne se joignent à la Hongrie.  Le 25 février 1991 a lieu à Budapest la dissolution de la partie militaire du Pacte. En juin 1991, le COMECON se dissout officiellement après le retrait des démocraties populaires est-européennes. Le 1er juillet, à Prague, la structure politique du Pacte de Varsovie est dissoute, bien que l’URSS eût souhaité la maintenir.

11Après le putsch avorté des conservateurs, Gorbatchev quitte la direction du Parti communiste. Boris Eltsine, qui avait été élu Président de la fédération de Russie le 12 juin, fait décréter par le Soviet suprême l’interdiction du Parti communiste. Le 8 décembre, le Traité de Minsk entre Kravtchouk, président de l’Ukraine, Chouchkievitch, président de la Biélorussie et Eltsine crée la Communauté des États Indépendants (CEI) et publie une déclaration selon laquelle l’Union soviétique est dissoute. À Alma Ata, le 21 décembre, la CEI s’ouvre à la Moldavie, à l’Azerbaïdjan, au Kazakhstan, au Kirghizstan, au Turkménistan, au Tadjikistan et à l’Ouzbékistan. Le 25 décembre 1991, Gorbatchev est contraint de démissionner de son poste de président de l’URSS. Le 26 décembre 1991, le Soviet Suprême dissout officiellement l’URSS. En août 1990, George H.W. Bush avait annoncé la fin de la guerre froide et de la bipolarité. Dans son discours du 28 janvier 1992 il déclare :

« Grâce à Dieu les États-Unis ont gagné la guerre froide ; un monde jadis divisé en deux camps armés reconnaît aujourd’hui la supériorité d’une seule puissance, celle des États-Unis ; cette constatation n’inspire aucune peur dans le monde car le monde a confiance dans notre nation et il a raison5. »

Une nouvelle configuration géopolitique de l’Europe

12Le Pacte de Varsovie a disparu. Mais l’OTAN subsiste; elle va être élargie et prendre une place importante dans l’évolution de l’Europe. Le 12 mars 1999, la Pologne, la Hongrie et la République tchèque (la partition de la Tchécoslovaquie a eu lieu le 1er janvier 1993) intègrent l’OTAN. Aux termes de l’article 10 du Traité de l’Atlantique Nord le programme Membership Action Plan (MAP) est lancé en avril 1999 pour apporter aide, soutien, conseils aux pays désireux d’adhérer à l’Alliance. Le 29 mars 2004, c’est au tour de la Lettonie, la Lituanie, l’Estonie, la Slovaquie, la Slovénie, la Bulgarie et de la Roumanie d’intégrer l’OTAN.

  • 6 Voir le chapitre 5 de l’ouvrage de Gérard-François DUMONT et Pierre VERLUISE, Géopolitique de l’Eur (...)
  • 7 http://ec.europa.eu/world/enp/policy_fr.htm consulté le 25/09/2009.
  • 8 La PEV s’applique aussi au Maroc, à la Tunisie, au Liban, à la Libye, à la Jordanie, à Israël, au t (...)

13La communauté européenne lance, le 29 décembre 1991, quelques jours après la création de la CEI, TACIS I (Technical Assistance to the Commonwealth of Independent States). Elle devient l’Union européenne (UE) en novembre 1993 (Traité de Maastricht). L’UE signe, de 1997 à 1999, des accords de partenariat et de coopération (APC) avec des pays d’Europe orientale et, le 11 décembre 1999, lance TACIS II. L’élargissement de l’OTAN a été préparé conjointement avec celui de l’UE, qui signe en décembre 2002 un partenariat stratégique avec l’Organisation. Les trois pays baltes, la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque, la Slovénie, adhèrent à l’UE en 2004. Pour adhérer à l’UE, un pays doit passer par une série de dix étapes6. Après cet élargissement, l’UE lance la Politique européenne de voisinage (PEV) « afin d’éviter l’émergence de nouvelles lignes de division entre l’UE élargie et nos voisins et de renforcer la prospérité, la stabilité, la sécurité de tous7 ». La PEV s’applique à l’Ukraine, la Moldavie, la Biélorussie et aux trois pays du Caucase du Sud8. L’élément central repose sur des plans d’action bilatéraux approuvés mutuellement par l’UE et chaque partenaire. Pour le moment, il n’existe pas de plan d’action avec la Biélorussie : celle-ci a l’obligation de se démocratiser. TACIS est remplacé en 2007 par l’Instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP). Le 1er janvier 2007, c’est au tour de la Roumanie et de la Bulgarie d’entrer dans l’UE. Élargie, celle-ci s’avance vers l’est. Par l’Estonie et la Lettonie elle a une frontière avec la Russie ; par la Lituanie et la Pologne avec la Biélorussie et la Russie ; par la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie avec l’Ukraine ; par la Roumanie avec l’Ukraine et la Moldavie. Quant à la région (oblast) de Kaliningrad, elle est devenue en 2004 une enclave coupée de la Russie et cernée par des pays membres de l’UE, au nord la Lituanie et au sud la Pologne.

14Appartenir à l’OTAN, et dans une moindre mesure à l’UE, implique, pour la plupart des pays de l’ancien bloc soviétique qui sont à la recherche de leur identité, appartenir à l’Europe occidentale où les États-Unis, qui ont joué un rôle dans la construction de la Communauté européenne, ont une place importante. C’est surtout s’assurer de leur propre sécurité face à la Russie, recevoir des subventions communautaires (supérieures au plan Marshall), bénéficier de retombées économiques provenant d’investissements américains, combler le fossé qui les sépare de l’Ouest. Il y a une certaine fascination pour les États-Unis, perçus comme le pays de la démocratie, de la liberté, le vainqueur de la guerre froide, et une peur de la Russie, une méfiance à son égard, surtout de la part des Polonais, des Roumains et des Baltes. Les Pays de l’Europe centrale et orientale (PECO) se sont alignés sur la position de l’Amérique en Irak contre Paris, Berlin et Moscou. La Pologne a envoyé des troupes en Irak ; une zone d’occupation lui a été réservée. Elle est, avec la Tchéquie, le pays le plus atlantiste, à la différence de la Hongrie et de la Bulgarie. Mais il y a des eurosceptiques en Pologne et en Tchéquie. En octobre 2003, des chefs de gouvernement des quatre pays d’Europe centrale, la Slovaquie, la Hongrie, la Pologne et la Tchéquie qui forment le groupe de Visegrad, né en 1991, se sont réunis pour définir le principe de la présidence par rotation, celui de l’égalité des droits des membres et souligner les racines judéo-chrétiennes de l’Europe. Lors d’une conférence de presse, le président tchèque Vladimir Spidla a mis l’accent sur la nécessité de la défense européenne autonome dans le cadre de l’OTAN. Il faut, selon lui, « trouver un équilibre convenable entre la politique de sécurité et de défense de l’UE et de l’OTAN9 ». Le Traité de Maastricht avait défini la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Le Conseil européen de Cologne (3-4 juin 1999) décide d’instaurer la Politique européenne de Sécurité et de Défense (PESD). La PESC et la PESD s’inscrivent dans des rapports étroits avec l’OTAN mais on s’interroge sur leur nature : « concurrence ou complémentarité ?10 »

15Hajnalka Vincze, spécialiste hongroise des affaires européennes et transatlantiques, écrit le 1er juillet 2001 :

« À bien des égards, l’adhésion de la Hongrie et de la république tchèque et de la Pologne à l’OTAN marque en même temps que le triomphe incontestable de l’Occident et la fin de la division artificielle de l’Europe, l’impossibilité d’une rupture définitive avec toutes les séquelles de la guerre froide. Il est vrai que l’émergence de l’OTAN – véritable reliquat de la confrontation bipolaire – en tant que seul et unique acteur crédible de la sécurité européenne de l’après-guerre froide s‘explique par de multiples raisons dont l’incapacité de l’Union européenne à s’affirmer comme une entité politique n’est pas la moindre11. »

16La coopération entre l’UE et la Russie repose sur l’APC signé en juin 1994 au sommet européen de Corfou et ratifié le 1er décembre 1997 pour une période de dix ans, renouvelable tacitement chaque année. Les APC offrent un système bilatéral de consultations très complet. Les sommets sont semestriels. Le 22 octobre 1999, la Russie adopte une « Stratégie à moyen terme pour le développement des relations entre la fédération de Russie et l’UE (2000-2010) », visant avant tout à renforcer et concrétiser le dialogue russo-européen. Elle se fixe notamment pour objectif « la construction d’une Europe unie sans ligne de division12 ». Un dialogue énergétique a été lancé en octobre 2000. Le 14 juin 2004, le conseil de l’UE réuni à Luxembourg a décidé d’exclure, à la demande de cette dernière, la Russie du champ de la politique de voisinage et de développer un partenariat dans le cadre des « quatre espaces communs », définis lors du sommet de Saint-Pétersbourg du 31 mai 2003, l’espace économique, l’espace de liberté, de sécurité et de justice, l’espace de sécurité extérieure et l’espace de la recherche et de l’éducation13. La Russie a voulu être différenciée de ses anciens satellites et traitée d’égal à égal par l’UE.

17Un accord de coopération (Partenariat pour la paix) a été signé le 22 juin 1994 entre la Russie et l’OTAN. L’Azerbaïdjan, la Géorgie, l’Arménie, l’Ukraine, la Biélorussie, la Moldavie, l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et le Turkménistan font partie de ce partenariat. Enfin, le Conseil permanent, forum de consultation et de coopération entre la Russie et l’OTAN, créé en vertu de l’Acte fondateur de 1997, a été remplacé par le Conseil OTAN-Russie (COR) au sommet de Rome du 28 mai 2002. Il instaure un mécanisme de consultation, de recherche d’un consensus, de coopération, de décision conjointe et d’action conjointe. Au sein du COR, la Russie revendique un droit de veto sur les décisions de l’OTAN.

Tensions et conflits (Pologne, Ukraine, Moldavie, Caucase du Sud)

  • 14 NDLR : ce texte fut rédigé avant la cérémonie de réconciliation prévue à Katyn qui a été annulée ap (...)

18L’évolution politique des ex-républiques de l’URSS ainsi que des ex-membres du Pacte de Varsovie depuis l’élargissement de l’OTAN et de l’UE entraîne des tensions et des conflits entre ces pays et la Russie. Prenons quelques exemples. Commençons par la Pologne, pays phare pour la plupart des PECO, le plus grand et le plus peuplé des nouveaux pays membres de l’OTAN et de l’UE. Son hostilité à l’égard de la Russie est historique. Pendant plus d’un siècle, sauf durant la période napoléonienne, la Pologne est partagée entre la Prusse (puis l’Allemagne), l’Autriche et la Russie. Après avoir recouvré son indépendance en 1919 elle réalise avec difficulté son unité. Sur le plan diplomatique son seul allié est la France. Envahie le 1er septembre 1939 par les forces allemandes et slovaques et par les forces soviétiques le 17 septembre, la Pologne est une nouvelle fois partagée. Lieu du génocide des Juifs d’Europe, elle est plongée dans la terreur nazie et la terreur soviétique. Tandis que les nazis font disparaître plus de 20% de la population totale du pays (exécution de 50 000 membres des élites polonaises, envoi de milliers de Polonais dans les camps de travail forcé), Staline déporte et assassine des centaines de milliers d’officiers hostiles à l’idéologie communiste. La sortie en 2007 du film Katyn dans lequel Wajda évoque l’assassinat par Staline, dans une forêt de Smolensk, de 25 000 officiers polonais, crime reconnu par Gorbatchev en 1990, montre bien que les plaies sont toujours à vif14. Varsovie est détruite par les nazis après son insurrection (1er août-1er octobre 1944). L’Armée soviétique, arrêtée aux portes de la ville sur les bords de la Vistule, ne lui apporta aucune aide. Après la guerre, le pays devient une démocratie populaire. En juin 1956, lors du dégel, des émeutes ouvrières éclatent à Poznan, suivies de manifestations massives contre le régime. Regroupant des millions d’ouvriers, Solidarnosc vécut pendant huit ans dans la clandestinité et joua un rôle important dans la chute du rideau de fer.

19Devenue libre et indépendante en 1989, la Pologne se sent appartenir au camp occidental. Mais elle ne veut pas perdre sa souveraineté. Les partis nationalistes (Droit et Défense, La ligue des familles polonaise et Samoobrona au pouvoir depuis 2005) sont des eurosceptiques. La Pologne, très catholique, remet en question l’attitude de l’UE à l’égard de l’homosexualité et de l’avortement. Elle a demandé, lors du Conseil européen des 21 et 22 juin 2007, une référence dans la constitution aux racines chrétiennes de l’Europe. Elle soutient un élargissement de l’UE à l’est, en Ukraine (elle avait soutenu la révolution orange en 2004) ainsi qu’en Moldavie. En Biélorussie elle a soutenu en 2006 le candidat de l’opposition, Alexandre Milinkevitch, contre la dictature d’Alexandre Loukatchenko dont les États-Unis et l’UE contestent l’élection. La Russie a réagi à l’attitude de la Pologne à l’égard de l’Ukraine : en 2005, lors de l’anniversaire de la fin de la Deuxième guerre mondiale, le président de la Russie  n’a pas parlé du rôle joué par la Pologne durant la Seconde Guerre mondiale. En mai de la même année, la Russie signe un accord avec l’Allemagne sur la construction d’un gazoduc, le North Stream, passant par la Baltique afin d’éviter la Pologne, qu’elle accuse de surcharger les droits de trafic et l’Ukraine, qu’elle accuse de voler du gaz. En novembre 2005, elle décrète un embargo sur des produits agroalimentaires (viande et produits agricoles) polonais bien que ce soit les Polonais qui aient averti les Russes qu’il s’agissait d’une exportation frauduleuse. Fin 2006, la Pologne bloque par son veto le lancement des négociations Union européenne-Russie sur le nouvel accord de partenariat et de coopération  (pour remplacer celui de 1994). Après le succès des libéraux conservateurs pro-européens de la Plate-forme civique (PO) en octobre 2007, elle inaugure un dialogue avec Bruxelles et Washington. Le Premier ministre Daniel Tusk se rend en 2008 à Moscou. L’embargo est en partie levé en échange d’une attitude plus conciliante de la Pologne à l’égard de l’Accord de Partenariat et de Coopération entre l’UE et la Russie. Mais les tensions demeurent avec la Russie. Le grand projet de la politique étrangère polonaise est « le partenariat oriental ». Le projet a été proposé en mai 2008 par la Pologne et la Suède qui estiment que la PEV n’est pas suffisante. Il doit permettre à l’UE de renforcer sa coopération avec l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie, la Moldavie, l’Ukraine et à certaines conditions la Biélorussie, et de réduire leur dépendance énergétique à l’égard de la Russie. Cette politique est conforme à celle des États-Unis ainsi que de l’UE depuis son rapprochement avec l’OTAN à partir de la fin de 2004. Le projet a été accepté par la Commission européenne le 3 décembre 2008. La Pologne renoncerait à exiger l’intégration de ces pays dans l’UE. Pour faire accepter sa proposition à Bruxelles le ministre de l’intérieur a déclaré que la Pologne s’engagerait dans l’Eurocorps. Elle fait partie de son état-major et a l’intention de rejoindre l’Eurocorps en tant que nation cadre. Le ministre des affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, a tenu à rassurer la Russie. Celle-ci voit d’un mauvais œil le projet d’installation d’un bouclier antimissile américain d’ici à 2013, en Pologne et en république tchèque, qu’il considère comme « une ligne rouge ». En juillet 2008, le président Dmitri Medvedev a mis en garde l’OTAN et l’UE à ce propos. L’accord de principe prévoyant cette installation, censée protéger les États-Unis et leurs alliés contre les États « voyous », et notamment l’Iran, a été signé en août. Marquée par son appartenance au bloc communiste, la Pologne tient à jouer un rôle de premier plan en Europe dont elle a besoin pour maintenir sa croissance (elle a reçu 67,3 milliards de subventions) et à ne plus être son « enfant terrible ». Hostile à la Russie, elle veut créer contre celle-ci un mur de protection.

  • 15 Jean-Christophe Victor (dir.), Les Dessous des cartes - Atlas géopolitique, éd. Tallandier, 2005, p (...)
  • 16 Pierre VERLUISE, 20 ans après la chute du mur L’Europe recomposée, Paris, Choiseul Éditions, 2009, (...)
  • 17 Hélène CARRERE D’ENCAUSSE, « Eurasie Destin assumé ou stratégie alternative », in Th. de Montbrial, (...)
  • 18 Cité par Mathilde GOANEC, « L’Ukraine frappe à la porte de l’Europe », http://www.monde-diplomatiqu (...)

20L’ancienne république soviétique d’Ukraine, sans être candidate officielle, voudrait appartenir à l’OTAN et à l’UE. Le Parlement ukrainien avait adopté le 16 juillet 1990 la déclaration sur la souveraineté politique. Le 24 août 1991, l’Ukraine proclame son indépendance, confirmée par le référendum du 1er décembre 1991. La Révolution orange a eu lieu après la proclamation du résultat du second tour (lors du premier aucun candidat n’avait atteint les 50% des votes) de l’élection présidentielle le 21 novembre 2004, à la suite duquel le vainqueur est Victor Ianoukovitch. Celui-ci est félicité par Vladimir Poutine ainsi que par le président de la Biélorussie Loukachenko. Le candidat perdant Viktor Iouchtchenko et son alliée Ioulia Timochenko organisent une série de manifestations à travers le pays pour contester la validité des votes. Ils sont soutenus par les États-Unis et par l’UE. Le gouvernement russe a accusé le gouvernement américain d’avoir manipulé les Ukrainiens afin d’isoler la Russie des pays d’Europe de l’Est. Les organisations Pora et Znaiou qui ont joué un grand rôle dans la révolution orange « seraient elles-mêmes alimentées par le Konrad Adenauer Institute, proche de la CDU, l’Open Society Institute de George Soros, le National Democratic Institute, proche du parti démocrate américain, et la Freedom House, proche du gouvernement américain15 ». Un troisième tour a lieu le 26 décembre 2004. Iouchtchenko obtient 51,99 % des voix et, après que la Cour suprême ait rejeté la plainte de Ianoukovitch, Iouchtchenko devient président de l’Ukraine avec Ioulia Timochenko comme Premier ministre. Elle devra céder la place à Ianoukovitch le 3 août 2006, puis reviendra le 18 décembre 2007. Elle est candidate aux élections présidentielles de 2010. Iouchtchenko et Timochenko sont tous deux partisans d’une adhésion à l’Union européenne. Timochenko fait de nombreux voyages à Paris pour affirmer l’appartenance de son pays à l’Europe16. Comme les Polonais, les Ukrainiens nationalistes sont farouchement hostiles à la Russie. Staline avait réprimé tout réveil national. L’usage de la langue était interdit. La famine provoquée par la collectivisation forcée et la réquisition des récoltes a fait entre 3 et 7 millions de morts en 1932-1933. Durant les purges des milliers d’Ukrainiens ont été exécutés ou envoyés au Goulag. De nombreux édifices religieux ont été détruits. Tourner le dos à la Russie est pour les Ukrainiens un devoir de mémoire. L’étude de la langue et de la littérature françaises est très développée dans les universités ukrainiennes. Les nationalistes ukrainiens refusent de parler le russe. L’Ukraine veut défendre son indépendance. Elle ne l’avait été qu’une fois dans son histoire, de 1917 à 1922. Le GUAM (Géorgie, Ukraine, Azerbaïdjan et Moldavie et un moment l’Ouzbékistan), créé en 1997 et rebaptisé Organisation pour la Démocratie et le développement économique, est un coup porté à la CEI, « une tentative non dissimulée de vider la CEI de tout son contenu et de constituer aux frontières russes un pôle pro-occidental et pro-OTAN17. ». En mai 2008, l’Ukraine est devenue membre de l’OMC. Mais elle a subi un échec le 3 avril au sommet de l’OTAN à Bucarest à cause des pressions russes et des réticences franco-allemandes. Un MAP lui est refusé. Au sein de l’UE il y a des dissensions à propos de son intégration : si les anciens pays du pacte de Varsovie lui sont favorables, les fondateurs de l’Union le sont moins. L’UE est réticente à cause de la situation instable de l’Ukraine. Pour Jan Boag, chef de la Commission européenne en Ukraine, il s’agit d’ « éviter la création d’un nouveau rideau de fer en Europe, à quelques centaines de kilomètres du précédent ». Pour G.F. Dumont, professeur à Paris IV, « un rapprochement Bruxelles-Kiev représente un casus belli pour Moscou qui considère toujours les pays de la CEI comme sa zone d’influence. » Pour Taras Wozniak, philosophe et rédacteur en chef du journal indépendant Ji, la frontière qui s’est créée entre l’Ukraine occidentale (l’ancienne Galicie) et la Pologne après l’entrée de cette dernière dans la zone Schengen « constitue un nouveau mur de Berlin »18. Enfin il faut parler des deux différends gaziers entre la Russie et l’Ukraine. L’Ukraine est un lieu stratégique car une grande partie du gaz russe (80%) passe par ce pays. En 2005, Gazprom accuse l’Ukraine de faire des prélèvements illégaux et de revendre le surplus à l’Europe. Le 3 janvier 2008, l’Ukraine accepte de mettre fin à ces prélèvements et d’aligner ses prix sur les prix du marché européen. Le 3 janvier 2009, Gazprom accuse l’Ukraine de voler le gaz destiné à l’Europe et le 7 janvier cesse d’approvisionner le réseau du gazoduc ukrainien qui alimente l’Europe. Le 13 janvier, la société Naftogaz admet avoir bloqué le transit. La seconde crise gazière a affecté 18 pays européens.

21Lorsque la Roumanie adhère à l’Union européenne le 1er janvier 2007, celle-ci a de nouvelles frontières : la Moldavie s’inscrit dans son « nouveau voisinage ». La Moldavie se trouve entre la Roumanie et l’Ukraine. Annexée par l’Empire russe en 1812, elle fait partie de la grande Roumanie entre les deux guerres et devient en 1944 une des quinze républiques de l’URSS. Pays le plus pauvre d’Europe, sans accès à la mer, elle connaît en juillet 2009 une grave crise. Les partis d’opposition dénoncent les élections d’avril qui donnent une majorité de voix au PCRM (parti des communistes de la république moldave) : le Parlement est pillé et incendié et le siège de la Présidence mis à sac. Une bataille a eu lieu en juin 1992 à Tighina où les forces de la XIVe Armée russe, les cosaques ont repoussé l’armée moldave. Selon Emmanuel Dreyfus, ce mouvement ne peut être qualifié de révolutionnaire parce qu’aucune fraude n’a été dénoncée par l’Organisation euro-atlantique de sécurité et de coopération en Europe (OSCE)19 et qu’il n’a pas été soutenu de l’extérieur. Il s’agit d’un mouvement essentiellement identitaire. Les manifestants contestaient la victoire d’un PCRM pro-russe, anti-roumain. Le président roumain Traian Basescu affirmait que « la Moldavie est la RDA roumaine » ou « une mer de citoyens roumains »20. De plus, la Moldavie est confrontée au séparatisme de la Transnitrie, située entre la Moldavie dont elle fait partie et l’Ukraine. Devenue, après le conflit armé de 1991-1992, un État de facto, c’est-à-dire autoproclamé mais non reconnu, elle représente un cas de conflit larvé. Ses habitants se sentent plus proches de la Russie que de la Moldavie et de l’UE. Les statues de Lénine y ont été conservées et tout est écrit en russe. « De toute évidence, écrit Emmanuel Dreyfus, la Russie, qui a dans cette zone quelque 1500 soldats chargés du maintien de la paix, ne souhaite pour le moment ni annexer la Transnitrie, avec laquelle elle ne partage pas de frontières, ni la voir devenir indépendante de la Moldavie. Elle observe pour le moment un statu quo à l’égard de cette province, grâce à laquelle elle peut faire pression sur la Moldavie – et indirectement sur l’Ukraine – et avoir une présence militaire hors de ses frontières et à proximité de la mer Noire21. » Mais elle soutient les sécessionnistes et apporte une aide économique à la Transnistrie. Dans le cadre de la PEV, l’UE envoie une délégation de la Commission européenne à Chisinau, capitale de la Moldavie. La mission a pour objectif le maintien de la sécurité, de la stabilité et le contrôle de la frontière entre la Transnistrie et l’Ukraine (devant les trafics qui ont lieu entre le port d’Odessa et Tiraspol, la capitale de la Transnistrie). Comme pour l’Ukraine, le MAP a été refusé à la Moldavie.

22Enfin, il faut parler des États du Caucase du Sud, lieu stratégique entre l’Europe et l’Asie centrale, auxquels les États-Unis et l’UE accordent une très grande importance. Le Silk Road Act (mars 1999) définit la stratégie américaine à l’égard de cette région. Le Georgian Train and Equip Program est mis en place en 2002. Des conseillers américains participent à la lutte contre le terrorisme. Le 9 janvier 2009 une charte de partenariat stratégique est signée entre les États-Unis et la Géorgie. Celle-ci quitte la CEI le 18 août 2009. L’UE signe les APC avec les trois États du Caucase en juillet 1999, lance une série de programmes : TRACECA (Transport Corridor Europe-Caucasus-Asia) en 1993 dont le but est de développer un ensemble de communications à travers la mer Noire, la mer Caspienne et le Caucase vers l’Asie centrale, INOGATE (Interstate Oil and Gaz Transport to Europe) en 1995 et apporte une aide financière importante à l’Arménie et à la Géorgie. Les trois États caucasiens adhèrent au Conseil de l’Europe et sont inclus dans la PEV en 2004. En 2007, lorsque, avec l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie, l’UE devient riveraine de la mer Noire, la Commission européenne renforce son partenariat avec les pays qui bordent la mer Noire (Synergie de la mer Noire), qui vise la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce, la Russie, l’Ukraine, la Géorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Turquie (pays candidat à l’UE).

23La Russie voit dans l’attitude des États-Unis et de l’UE à l’égard des révolutions colorées (révolutions des Roses en Géorgie en novembre 2003, Orange en 2004, des Tulipes au Kirghizstan en 2005), des conflits en Moldavie et en Géorgie où la Russie intervient militairement après l’entrée des troupes géorgiennes en Ossétie du Sud dans la nuit du 7 au 8 août 2008, une ingérence dans ce qu’elle considère comme sa sphère d’influence, « l’étranger proche », et en général, la marque d’une opposition entre elle et l’Occident. L’ « étranger proche », ce sont les républiques ex-soviétiques regroupées dans la CEI. Le Partenariat oriental, proposé par la Pologne et la Suède, a été inauguré au sommet de Prague en mai 2009, avec la Géorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, l’Ukraine, la Moldavie et la Biélorussie. Son dossier comprend trois volets : la démocratie, l’économie et la sécurité. Le Partenariat s’est concentré sur la libre circulation des biens, des services et des capitaux. Il a suscité la méfiance de la Russie. Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, « a mis en cause cette initiative, disant craindre de nouvelles lignes de partage au sein du continent22 ».

24Pour David Teurtrie, chercheur en géopolitique de l’ex-URSS, le concept d’« étranger proche » est « à mi-chemin entre une doctrine de Monroe à la russe (« l’Eurasie aux eurasiens ») et la doctrine Brejnev de la souveraineté limitée ». Ces nouveaux États possèdent « la souveraineté de jure ». « Ce qu’il est convenu d’appeler la souveraineté westphalienne, écrit-il, c’est à dire la capacité des États de l’étranger proche à contrôler le territoire et à nouer des relations internationales équilibrées de manière indépendante, cette souveraineté là reste en bonne partie à conquérir. De fait, les structures héritées de l’Union soviétique, les prétentions plus ou moins explicites de Moscou, la différence de potentiel entre la Russie et ses voisins, font que l’indépendance nationale est avant tout conçue par les élites des nouveaux États indépendants comme l’indépendance vis-à-vis de la Russie23. »

  • 24 Jean-Pierre ARRIGNON, « La géopolitique de l’Europe, de la Russie et du Caucase », Conférence prono (...)
  • 25 Le Southstream est un projet de gazoduc qui devrait relier la Russie à l’Europe occidentale en 2015 (...)

25La Russie réagit par une politique énergétique, des bombardements, la reconnaissance de l’indépendance de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud et le soutien d’ONG (Proryv en Transnistrie) ou la création d’organisations telles que Nachi qui remplit la fonction de contre-modèle aux organisations Pora en Ukraine et Keltel au Kirghizstan (celle-ci est soutenue, comme Pora, par George Soros et Marc Malloch Brown24), un rapprochement avec la Turquie qu’elle invite à participer au gazoduc South Stream25.

  • 26 Jean-Pierre ARRIGNON, « La géopolitique de l’Europe, de la Russie et du Caucase », op. cit., p. 6.

26Devant ce qu’elle tient pour une menace la Russie a instauré tout un ensemble d’accords et d’alliances. Elle a participé à la création de l’Organisation de coopération de Shanghai, fondée en 1996, qui rassemble la Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan et, depuis 2001, l’Ouzbékistan, où elle joue un rôle central et où elle est le seul pays européen. Pour les uns, il s’agit d’une « construction hétérogène, circonstancielle d’États dont les traditions culturelles, économiques, et politiques sont trop différentes pour que cette Organisation présente un danger majeur26 ». Pour d’autres, il s’agit d’une alliance économique et militaire. Hélène Carrère d’Encausse écrit :

  • 27 Hélène CARRERE D’ENCAUSSE, « Eurasie Destin assumé ou stratégie alternative », op. cit., p. 161.

« La Russie entend opposer à l’ambition ‘unipolaire’ américaine, qui semblait irrépressible à la fin du XXe siècle, un véritable front asiatique où elle tient une place originale puisqu’elle seule y est à la fois européenne et asiatique […] L’Eurasie est devenue pour la Russie qui la revendique, une arme politique d’un retour en force sur la scène internationale27. »

27À la structureeuro-atlantique la Russie oppose une structure eurasiatique. On parle d’une OTAN eurasiatique. Le 10 octobre 2000, la Russie a créé une Communauté économique eurasiatique, l’EURASEC, qui rassemble le Kirghizstan, le Kazakhstan, le Tadjikistan, la Biélorussie et depuis 2006 l’Ouzbékistan, qui, en novembre 2008, suspend sa participation. L’Ukraine et la Moldavie sont des États observateurs ; l’EURASEC est représentée au G8, au G20 et au BRIC (Brésil, Russie Inde Chine). Le Traité de sécurité collective de 1992 entre les membres de la CEI a été transformé en 2003 en une alliance entre ces pays, l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dans laquelle on a vu un instrument de la guerre froide. Elle regroupe la Russie, la Biélorussie, l’Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan qui quitte le GUAM en 2005. La Géorgie et l’Azerbaïdjan qui avaient ratifié le traité en 1993 avaient annulé leur participation en 1999. Il est question, depuis 2008, d’une éventuelle fusion de l’OTSC et de l’EURASEC, qui est son complément économique. Enfin, le 4 février 2009, la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Kirghizstan et l’Arménie ont créé des « forces armées collectives de réaction rapide ». Sous la pression de Moscou, le Parlement du Kirghizstan ferme la base aérienne militaire américaine de Manas près de Bichket, qui, depuis 2001, sert de soutien logistique aux forces engagées en Afghanistan, puis, le 25 juin 2009, valide l’accord américano-kirghize, transformant cette base en centre de transit international. « […] les États-Unis ont mis de l’argent sur la table, le loyer annuel de la base étant passé de 17,4 millions à 60 millions de dollars28 ».

Quel bilan en 2009 ?

  • 29 Construction européenne. Spectre d'un nouveau Rideau de fer. Par Soufiane Ben Farhat (21/02/2009) h (...)

28Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, on parle à nouveau de guerre froide, thème exploité par Vladimir Poutine à la conférence de Munich sur la sécurité en février 2007. Les termes « mur » ou « rideau de fer » reviennent souvent dans la bouche des commentateurs, les uns accusant la Russie, les autres l’UE et l’OTAN. Les Russes parlent d’un mur de Schengen autour de l’enclave de Kaliningrad. Pour Soufiane Ben Farhat, un nouveau rideau de fer est en train de s’installer entre la Russie et l’Occident. Dans son article « Construction européenne-Spectre d’un nouveau rideau de fer », il s’appuie sur le témoignage du président tchèque Vaclav Klaus, chef de la présidence de l’UE qui, dans son discours devant le Parlement européen à Bruxelles, « a comparé les pratiques en vigueur dans l’UE à celles de l’époque communiste » et ne veut pas hisser le drapeau européen sur sa résidence officielle à Prague29. Anne Applebaum a une vision différente du « nouveau rideau de fer ». À propos des élections qui se sont produites en Ukraine en 2004, elle écrit : 

  • 30 Le Nouveau Rideau de Fer. Par Anne Applebaum, Washington Post, mercredi 24 novembre 2004 http://que (...)

« Si l’on se réfère au passé on pourrait se rendre compte un jour que 2004 fut l’année où un nouveau rideau de fer descendit au travers de l’Europe, divisant le continent cette fois-ci non pas à travers le centre de l’Allemagne mais le long de la frontière Est de la Pologne30. »

  • 31 Cf. L’État du Monde, 20/9/06, La Découverte, p. 551.

29Dans son article « La fin de l’état poutinien fort et efficace ? », Maryse Dennes parle d’une « ceinture démocratique » « qui se déroule peu à peu autour de la Russie, de la Baltique à la mer Noire31 ».

30Les membres de l’UE, nous l’avons vu, sont divisés à l’égard de la politique à adopter vis-à-vis de la Russie, vue soit comme une puissance menaçante contre laquelle il faut adopter une attitude très dure (la Pologne et les pays Baltes), soit comme un pays avec lequel l’UE a intérêt à s’entendre (l’axe Paris Berlin Moscou, créé au moment de la guerre d’Irak). À l’égard de l’UE la politique russe est partagée entre deux attitudes opposées. Il s’agit, pour la Russie, d’une part de se rapprocher de l’Europe qui lui a longtemps servi de modèle et, de l’autre, de prendre ses distances avec elle pour affirmer sa spécificité, sa souveraineté nationale, sa puissance énergétique, de récuser la supériorité de l’Occident et de donner une place de premier plan, après les années Eltsine, aux questions de sécurité et d’armement.

31Dans les années 2000 Poutine affirmait le désir de la Russie de se rapprocher de l’UE. Dans son discours du 25 septembre 2001, il parlait d’unification entre les intérêts de l’Europe et ceux de la Russie. Mark Entin, professeur et directeur de l’Institut européen de Moscou, exprime cette volonté de se rapprocher de l’UE sans s’y intégrer : 

  • 32 Cité dans La lettre diplomatique, quatrième trimestre 2007, « Europe-Russie : un destin partagé » h (...)

« Nous avons besoin d’une volonté politique, d’une vision stratégique de l’avenir, d’une compréhension entre la Russie et l’Union européenne. Nous devons comprendre dans quelle mesure ces deux entités sont inséparables et ont des intérêts réciproques. » Et il évoque « la perspective lointaine de relations d’alliés entre Moscou et Bruxelles32 ».

32La Russie se sent isolée, à la périphérie de l’Europe. Consciente des incertitudes de la politique de l’UE, elle voit dans l’OTAN la seule force géopolitique de l’Europe : « L’idée du maintien d’un mur entre l’Europe et la Russie, d’une fenêtre, d’une porte, de lignes de partage ou de division est récurrente dans le discours que la Russie tient vis-à-vis de son partenaire. Elle s’est renforcée avec l’élargissement mais, dès la chute du Mur de Berlin, Moscou avait exprimé ses peurs de voir un nouveau mur, ayant compris que, puisque ses anciens satellites se tournaient vers la Communauté euro-atlantique, la Russie risquait l’isolement33. »

33Le Sommet de Samara (17-18 mai 2007), qui a eu lieu au moment d’un durcissement des rapports entre les États-Unis et la Russie et de l’ouverture d’un débat électoral en Russie, témoigne d’une dégradation des relations UE-Russie. L’UE regarde avec inquiétude le retour de l’autoritarisme en Russie et s’interroge sur la nature du partenariat qu’elle doit construire avec la Russie. Les problèmes géopolitiques ont freiné la coopération et le sommet fait état de désaccords. La création d’une zone de libre échange n’a pu être réalisée. Par contre, le 21e sommet entre l’UE et la fédération de Russie, qui a été organisé par le président Dmitri Medvedev et s’est déroulé à Khanti-Mansiisk le 27 juin 2008, constitue un pas en avant. Des négociations ont eu lieu entre l’UE et la Russie pour un nouvel accord de partenariat stratégique. Le lancement de cet accord avait été bloqué par la Pologne et la Lituanie. Trois sujets principaux ont été abordés : les conflits gelés, l’adhésion de la Russie à l’OMC et l’énergie. Des progrès ont été notés dans les domaines stratégique et commercial (l’UE est le troisième partenaire commercial de la Russie, qui est son principal fournisseur en gaz ; les investissements directs européens en Russie et les investissements russes dans l’UE se sont développés) ainsi que dans l’état d’avancement des feuilles de route pour les quatre espaces communs. On parle de « début d’une nouvelle ère ».

34Les négociations sont suspendues après l’offensive russe contre la Géorgie. Nicolas Sarkozy, alors président de l’UE, négocia avec le président Medvedev un accord en six points que reconnut le président Saakachvili. Moscou a donné son accord à une mission d’observation européenne en Géorgie dans le cadre de la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Le 1er octobre 2008, après le cessez-le-feu du 15 août entre la Russie et la Géorgie, une mission de 200 observateurs de l’UE (EU Monitoring Mission in Georgia) a été envoyée à Tbilissi pour garantir le retrait des soldats russes et assurer la stabilité de la région. Au sommet de Nice du 14 novembre 2008, l’Allemagne, l’Italie et la France sont favorables à une reprise des négociations avec la Russie. Les négociations reprendront fin 2008. Mais les troupes russes ne se sont pas retirées des provinces sécessionnistes d’Ossétie du sud et d’Abkhazie. Lors du sommet UE-Russie qui s'est tenu les 21 et 22 mai 2009 à Khabarovsk, les deux parties ont déclaré vouloir améliorer leurs relations depuis le conflit entre la Russie et la Géorgie et le différend gazier entre la Russie et l’Ukraine. La Russie a demandé à devenir rapidement membre de l’OMC.

35Jean-Pierre Arrignon estime que les Russes apprécièrent la démarche européenne parce que :

  • 34 Jean-Pierre ARRIGNON, « La géopolitique de l’Europe, de la Russie et du Caucase », op. cit., p. 7.

« pour la première fois l’Europe s’investissait dans un conflit sans référence à l’OTAN […] Il implique d’affirmer et d’assumer un découplage clair entre l’OTAN et l’Union européenne et ne pas se servir de l’OTAN comme structure d’accueil de toutes les nations qui cherchent à s’opposer à la Russie en facilitant la pénétration américaine de l’Asie centrale. Dans cette perspective le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN pose problème34. »

36Jean-Pierre Colombani estime que l’UE « semble continuer vivre sur le succès de l’an passé. Alors qu’il serait urgent pour elle de clarifier ses positions et d’élaborer des scénarios en cas de nouvelle agression russe35. » Thierry de Montbrial pense que :

  • 36 Thierry de MONTBRIAL, « La nécessité d’une implication réfléchie de la communauté internationale », (...)

« l’implication européenne dans le Caucase du Sud  doit s’exercer […]  de manière prudente et ne doit en aucun cas conduire les Européens à s’immiscer dans les querelles locales. Elle doit également se faire avec suffisamment de finesse pour ne pas créer de tensions avec la Russie36. » 

37Les échanges entre la Russie et l’UE se sont donc intensifiés et le processus de négociations qui a lieu depuis plus de dix ans entre elles implique un rapprochement dans de nombreux domaines (produits sidérurgiques, chimiques, sujets internationaux, protection du climat, recherche), « un cheminement conjoint  en dépit de divergences considérables notamment sur le dossier des droits de l’homme37 ».

38De même, une évolution se fait jour dans les relations entre la Russie et l’OTAN, la Russie et les États-Unis. Les réunions formelles entre la Russie avec l’OTAN, suspendues durant la crise géorgienne, reprennent en mars 2009. Une relance des relations américano-russes a eu lieu avec la visite d’Obama à Moscou les 6, 7 et 8 juillet 2009. La Russie a posé comme condition à la signature du nouveau traité START le retrait du bouclier de défense anti-missiles en Europe. Les États-Unis ont annoncé le 17 septembre 2009 leur décision d’abandonner le projet et de le remplacer par un système plus souple et plus léger, tout en promettant à leurs alliés que leur protection serait « renforcée ». Moscou abandonne sa décision de déployer des armes nucléaires à Kaliningrad et renonce à l’installation de missiles Iskander dans cette région. Mais le président Dmitri Medvedev a averti que son pays ne cèderait à aucun marchandage, Washington ayant demandé que la Russie renonce à la vente d’un système anti-aérien à Téhéran. Un nouveau projet américain qui doit contrer des missiles, non plus de longue mais de courte et moyenne durée, a obtenu le soutien de la Pologne, de la Roumanie et de la Tchéquie. À l’image du président américain, Anders Fogh Rasmussen, le nouveau secrétaire général de l’Alliance atlantique, propose à la Russie « un nouveau départ ». Toutefois les relations OTAN-Russie reprennent difficilement car Moscou demande que soient annulées les manœuvres Otan-Géorgie qui doivent commencer le 6 mai dans le cadre du Partenariat pour la paix.

  • 38 Isabelle Facon, « La Russie et l’OTAN, potentiel militaire de la Russie », Colloque Journée « La Ru (...)

« La Russie, dit Isabelle Facon, cherche aujourd’hui à reprendre la main et à établir de nouveaux mécanismes qui l’associeraient plus étroitement aux décisions de sécurité dans l’espace euro-atlantique à travers ses propositions, notamment sur un nouveau traité de sécurité européenne. La réconciliation est-elle possible ?38 »

  • 39 1973 est la date d’ouverture de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) et (...)

39Notons enfin que la Russie est très réticente à l’égard de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)39. Le 10 février 2007 à Munich Poutine a vivement critiqué l’Organisation. Lors de la réunion du conseil ministériel informel de l'OSCE, les 27 et 28 juin à Corfou, la Russie a mis un véto au renouvellement de la mission de l'organisation en Géorgie et au maintien de vingt observateurs militaires non armés dans ce pays.

  • 40 Silvia SERRANO, « le conflit russo-géorgien », Questions internationales, op. cit., p. 63.
  • 41 Laure DELCOUR, « Une nouvelle guerre froide est-elle possible avec la Russie ? », Témoignage chréti (...)

40Bien que, à certains moments, notamment en 2007 et en 2008, un rideau de fer semble s’élever entre l’Est et l’Ouest et que le niveau de défiance soit très haut, « force est de constater », comme l’écrit Silvia Serrano, « que la dimension idéologique de l’affrontement Est/Ouest est désormais largement absente » : la Russie est « une puissance moyenne et non plus la deuxième puissance mondiale40 » Pour Laure Delcour, l’expression « guerre froide » est erronée41. On parle d’une « paix froide ».

41Évoquons, en guise de conclusion, l’éternelle question de la frontière orientale de l’Europe. V.N. Tatichtchev, le géographe de Pierre le Grand qui voulait faire de Saint-Pétersbourg une ville européenne, affirmait que cette frontière était l’Oural (les monts Oural et le fleuve qui se jette dans la mer Caspienne) ; c’était la formule du général de Gaulle.

  • 42 « La Russie et l’Union européenne : la Russie est-elle européenne ? », op.cit., p. 2.

« Or à partir du moment où l’UE a décidé d’ouvrir des négociations d’adhésion avec la Turquie, c’est-à-dire dès lors que Bruxelles a reconnu que l’européanité est idéelle et non géographique, peut se poser la question, non traitée de front jusque-là, de la vocation de la Russie à adhérer ou pas à l’UE42. »

  • 43 Hélène CARRERE D’ENCAUSSE, « Eurasie Destin assumé ou stratégie alternative », op. cit., p. 161.

42La Russie est « un continent unissant l’Europe à l’Asie43 ». Mais peut-elle être réellement intégrée à l’Europe comme le suggère Hélène Carrère d’Encausse ?

  • 44 Ibid., p. 162.

« La Russie qui affiche désormais sa nature eurasienne […] se veut pont entre les grands pays industrialisés  et  l’Asie à laquelle s’adjoint l’Islam dont nul n’ignore le poids dans la vie internationale du XXIe siècle44. »

Haut de page

Notes

1 Cf. Hors-série Télérama « Le mur de Berlin », 9 septembre 2009, p. 85.

2 Discours prononcé par l'ex-premier ministre britannique Winston Churchill le 5 mars 1946 à l'Université Fulton, au Missouri (États-Unis). L'expression « rideau de fer » fera date. Elle symbolisera la séparation qui divise les blocs capitaliste et communiste et qui persistera jusqu'à l'effondrement de ce dernier, à la fin des années 1980. Cf. www.ena.lu/discours-winston-churchill-fulton-mars-1946-010000103.html consulté le 16/6/2010.

3 Michel HELLER, Le 7e Secrétaire, Splendeur et misère de Mikhaïl Gorbatchev, Paris, Olivier Orban, 1990.

4 Jacques LEVESQUE, « Apothéose et déclin de la politique européenne de Mikhaïl Gorbatchev », Manière de voir, Le Monde diplomatique, Numéro 100, août-septembre 2008, p. 52, 56. La CSCE est le sigle pour la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe.

5 George Bush, « Discours sur l'état de l'Union », 28 janvier 1992, dans www.presidency.ucsb.edu (Université de Californie Santa Barbara).

6 Voir le chapitre 5 de l’ouvrage de Gérard-François DUMONT et Pierre VERLUISE, Géopolitique de l’Europe, Paris, SEDES, 2009, p. 89.

7 http://ec.europa.eu/world/enp/policy_fr.htm consulté le 25/09/2009.

8 La PEV s’applique aussi au Maroc, à la Tunisie, au Liban, à la Libye, à la Jordanie, à Israël, au territoire Palestinien, à la Syrie.

9 http://www.radio.cz/fr/article/45881 consulté le 02/09/2009, p. 1.

10 DUMONT et VERLUISE, Géopolitique de l’Europe, op. cit., p. 256, 257.

11 http://www.hajnalka-vincze.com/Publications/85/fr consulté le 12/10/2009.

12 www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/europe-russie/chronologie.shtml consulté le 06/10/2009, p. 2.

13 Ibid., p. 3.

14 NDLR : ce texte fut rédigé avant la cérémonie de réconciliation prévue à Katyn qui a été annulée après l’accident d’avion du 10 avril 2010 qui a décapité, une nouvelle fois, l’élite polonaise.

15 Jean-Christophe Victor (dir.), Les Dessous des cartes - Atlas géopolitique, éd. Tallandier, 2005, p. 44. Voir également : Pierre Dessemontet, « Révolution orange : la fracture ukrainienne », EspacesTemps.net, Mensuelles, 11.01.2005 http://espacestemps.net/document1085.html consulté le 18/06/2010.

16 Pierre VERLUISE, 20 ans après la chute du mur L’Europe recomposée, Paris, Choiseul Éditions, 2009, p. 195, 196.

17 Hélène CARRERE D’ENCAUSSE, « Eurasie Destin assumé ou stratégie alternative », in Th. de Montbrial, Ph. Moreau Defarges, RAMSES 2008, Paris, IFRI, 2007, p. 159.

18 Cité par Mathilde GOANEC, « L’Ukraine frappe à la porte de l’Europe », http://www.monde-diplomatique.fr/2008/06/GOANEC/15967 consulté le 20/06/2009 p. 2, 4. La première convention Schengen, signée entre cinq pays en juin 1985, a été suivie par la Convention de 1990. L’espace Schengen a été institutionnalisé par les traités d’Amsterdam en 1997 et de Lisbonne en 2008.

19 http://blog.mondediplo.net/2009-07-28-La-Moldavie-au-bord-de-l-ecartelement-identitaire, consulté le 16/09/2009 p. 2.

20 Ibid , p. 4.

21 Ibid , p. 6.

22 www.france24.com/fr/20090507-Republique-tcheque-sommet-ue-partenariat-bloc-sovietique-Ukraine-Moldavie-Bélarus-Géorgie-Armenie-Azerbaïdjan consulté le 06/10/2009.

23 Cf. www.russiegeopolitique.org consulté le 06/10/2009, p. l. Il est fait référence aux traités de Westphalie de 1648 qui élaborent un nouvel ordre international fondé sur le système des États-nations. Pour David Teurtrie les relations entre la Russie et ses voisins touchent à « la géopolitique de la langue russe », « la géopolitique de l’exportation des hydrocarbures » et « les alliances régionales au sein de la CEI » (Ibid.) « Le terme d’ « étranger proche » est apparu dès le premier mandat de Boris Eltsine (1991-1996). » Cf. Throniké GORDADZE, « Géopolitique et rivalité des grandes puissances », Questions internationales, Le Caucase : un espace de convoitise, La Documentation française, n° 37 mai-juin 2009, p. 34.

24 Jean-Pierre ARRIGNON, « La géopolitique de l’Europe, de la Russie et du Caucase », Conférence prononcée le 23 mars 2009 à l’Union de la noblesse russe (basée en France), Bulletin du Centre de langue et de culture russe, Paris, mai 2009, p. 6.

25 Le Southstream est un projet de gazoduc qui devrait relier la Russie à l’Europe occidentale en 2015. Il passerait sous la mer Noire pour être acheminé vers la Bulgarie, l’Italie et l’Autriche. Il devrait être construit par les consortiums de Gazprom et ENI et aurait une capacité de 63 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le 6 août 2009 la Turquie a donné son accord à la pose du gazoduc dans ses eaux territoriales. Ce projet permettrait de contourner l’Ukraine. Il est en concurrence avec le projet de gazoduc Nabucco, soutenu par les États-Unis et l’UE, qui doit relier l’Iran et les pays de la Transcaucasie à l’Europe centrale et auquel participe aussi la Turquie. « La participation d’EDF au projet Southstream, au côté de Gazprom et du pétrolier italien Eni, a été évoquée de façon générale lundi 14 septembre à Moscou par le premier ministre russe Vladimir Poutine et son homologue François Fillon. », Jean-Michel BEZAT, « La construction de l’Europe de l’énergie se heurte à l’hyperpuissance de Gazprom », Le Monde, 17 septembre 2009, p. 17.

26 Jean-Pierre ARRIGNON, « La géopolitique de l’Europe, de la Russie et du Caucase », op. cit., p. 6.

27 Hélène CARRERE D’ENCAUSSE, « Eurasie Destin assumé ou stratégie alternative », op. cit., p. 161.

28 http://www.opex360.com/2009/06/25/le-kirghizstan-fait-machine-arriere/ consulté le 21/10/2009.

29 Construction européenne. Spectre d'un nouveau Rideau de fer. Par Soufiane Ben Farhat (21/02/2009) http://soufiane-ben-farhat.space-blogs.com/blog-note/104884/construction-europeenne-spectre-d%E2%80%99un-nouveau-rideau-de-fer.html consulté le 19/06/2010. Vaclav Klaus a été appelé le Docteur No de l’Europe. José Manuel Barroso lui a adressé, le 13 octobre 2009, une mise en demeure.

30 Le Nouveau Rideau de Fer. Par Anne Applebaum, Washington Post, mercredi 24 novembre 2004 http://questionscritiques.free.fr/edito/aappleb/241104.htm consulté le 19/06/2010.

31 Cf. L’État du Monde, 20/9/06, La Découverte, p. 551.

32 Cité dans La lettre diplomatique, quatrième trimestre 2007, « Europe-Russie : un destin partagé » http://www.lalettrediplomatique.fr/contribution.php?id=21&idrub=78 consulté le 20/10/2009, p. 3.

33 « La Russie et l’Union européenne : la Russie est-elle européenne ? » www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/europe-russie/russie-europeenne.shtml consulté le 05/10/2009.

34 Jean-Pierre ARRIGNON, « La géopolitique de l’Europe, de la Russie et du Caucase », op. cit., p. 7.

35 Jean-Pierre COLOMBANI, « La poudrière géorgienne », http://actu.orange.fr/points-de-vue-actu/la-poudriere-georgienne-2263.html consulté le10/09/2009.

36 Thierry de MONTBRIAL, « La nécessité d’une implication réfléchie de la communauté internationale », Questions internationales, op.cit., p. 44, 45.

37 http://www.eu2007.de/fr/News/Press_Releases/May/0518AASamara.html consulté le 02/09/2009, p. 1. Lors du sommet UE-Russie de Samara en mai 2007, Angela Merkel, présidente en exercice du Conseil de l’Union européenne, avait déclaré : « Il y a de nombreux domaines dans lesquels nous pouvons coopérer. »

38 Isabelle Facon, « La Russie et l’OTAN, potentiel militaire de la Russie », Colloque Journée « La Russie et l’Europe », 6 mai 2009, Fondation Singer Polignac, Les missions-Les arts et lettres-Colloques.

39 1973 est la date d’ouverture de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) et du lancement d’un dialogue multilatéral Est-Ouest. La CSCE est active dans trois domaines : la coopération dans le domaine politique et militaire, le domaine des droits de l’homme, la coopération économique et écologique. Lors du Sommet de Paris (1990), la CSCE adopte la « Charte de Paris pour une nouvelle Europe » qui dote la Conférence d’institutions permanentes (Secrétariat, Bureau des élections, centre de prévention des conflits). La Conférence d’Helsinki (1992) parachève leur mise en place. La CSCE est remplacée en 1994 par l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). Elle comprend 56 membres. Les États-Unis et le Canada ont un statut d’« associés ». Les réunions du Conseil permanent de l’OSCE reflètent les divergences entre l’UE, la Russie et les États-Unis. Lors du sommet de l’OSCE en novembre 1999, la Russie s’était engagée à évacuer en 2005 ses quatre bases militaires en Géorgie. Elle le fera fin 2007.

40 Silvia SERRANO, « le conflit russo-géorgien », Questions internationales, op. cit., p. 63.

41 Laure DELCOUR, « Une nouvelle guerre froide est-elle possible avec la Russie ? », Témoignage chrétien, 11/10/2007 www.iris-France.org/informez-vous/regiontribunes/russie.php consulté le 20/10/2009.

42 « La Russie et l’Union européenne : la Russie est-elle européenne ? », op.cit., p. 2.

43 Hélène CARRERE D’ENCAUSSE, « Eurasie Destin assumé ou stratégie alternative », op. cit., p. 161.

44 Ibid., p. 162.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Ollivier, « Un rideau de fer entre la Russie et l’Union Européenne ? », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/438 ; DOI : 10.4000/mimmoc.438

Haut de page

Auteur

Sophie Ollivier

Professeur honoraire d’Études slaves à l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page