Navigation – Plan du site
La réaction des voisins immédiats de l’Allemagne : France, Autriche, Italie

L’Autriche face à la réunification allemande

Gérard Grelle

Résumé

La chute du Mur de Berlin, en 1989, fut certes pour l’Autriche un événement politique majeur, mais pas plus important que la fin du rideau de fer. En effet, quasiment « enclavée » entre plusieurs pays socialistes, l’Autriche considéra la disparition du rideau de fer comme une ouverture sans limite aux pays d’Europe Centrale et de l’Est. Au cours des vingt années qui suivirent ces événements, l’Autriche a largement contribué au développement politique, économique et social des pays de l’Est en pratiquant une politique d’échanges économiques et financiers avec ces pays afin d’aider à leur reconstruction. Dans un tel contexte, la chute du Mur de Berlin et la réunification allemande ont été appréhendées comme un simple élément du puzzle de la reconstruction européenne. Une telle stratégie a alors permis à l’Autriche de sortir définitivement de son inquiétude face à la persistance d’un danger « annexionniste » de la part de l’Allemagne.

Haut de page

Texte intégral

1Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, les États européens se sont souvenus, mais chacun à sa manière. Les Français n’ont pas commémoré cet événement de la même façon que les Allemands, les Hongrois encore différemment des Polonais. Les Autrichiens, comme les autres, ou peut-être plus encore que les autres, se sont souvenus de ces mois qui se succédèrent entre le printemps 1989 et l’automne 1990. Pour eux, cette période représente en effet, au-delà de la réunification allemande, le démantèlement du rideau de fer, la fin d’une frontière considérée comme « morte », car sur près d’un tiers de ses frontières, l’Autriche était directement confrontée au bloc socialiste.

2L’Allemagne de l’après octobre 1990 se devait de penser principalement à ses problèmes de réunification interne et essentiellement aux réformes profondes des structures économiques indispensables. Elle ne pouvait donc que se préoccuper de manière secondaire des conséquences de sa réunification hors de ses frontières. Tel ne pouvait être le cas de l’Autriche, car si son principal partenaire économique et culturel, depuis de nombreuses années, était bien l’Allemagne, elle ne pouvait en aucun cas oublier ses voisins de l’Est avec qui, en des temps où les relations entre l’Europe occidentale, et en particulier l’Allemagne de l’Ouest, d’une part, et les pays de l’Est, d’autre part, étaient quasiment inexistantes, elle s’efforçait de nouer, voire de maintenir avec les États socialistes voisins des liens humains et économiques qui, si ténus fussent-ils, n’en maintenaient pas moins un certain contact. Son statut particulier de pays neutre adopté en 1955 lui imposait certes une stricte neutralité politique et diplomatique, mais ne lui interdisait en aucun cas d’entretenir des relations économiques et commerciales avec un autre État tiers ; de fait, de 1955 à 1990, l’Autriche eut, notamment avec la Hongrie, des échanges économiques qui, si restreints fussent-ils, furent cependant un signal fort en direction de l’Europe de l’Est.

3Ces contacts avec l’Est passaient pour l’Autriche en premier lieu par la Hongrie voisine, pays qui lui était relié par une histoire commune remontant à l’époque de la monarchie des Habsbourg. Mais plus que l’histoire, les Autrichiens avaient en souvenir les milliers de Hongrois venus se réfugier dans leur pays en 1956 à la suite de l’écrasement brutal de leur révolte par les troupes soviétiques ; ils avaient été près de deux cent mille, et la plupart d’entre eux étaient restés en Autriche, créant ainsi une véritable communauté hongroise en terre autrichienne.

4De même avec le voisin tchécoslovaque : en 1968, au moment de l’écrasement du Printemps de Prague, l’Autriche avait, là encore, joué le rôle de pays d’accueil et offert refuge à nombre des quelque 70.000 réfugiés qui avaient fui leur pays face à la répression exercée par les troupes du Pacte de Varsovie.

  • 1 L’expression « socialisme du goulash » fait référence à la politique pratiquée par Janos Kadar, pre (...)

5En 1989, les regards des Autrichiens se portèrent bien sûr vers les événements en Allemagne, mais les esprits avaient auparavant été préparés par l’évolution interne des pays de l’Est, et notamment par celle de la Hongrie qui, un an plus tôt, avait déjà effectué sa « Wende », son « tournant ». En effet, entre 1988 et 1989, le passage à la démocratie et au capitalisme s’était fait sans bruit. Une bonne dizaine d’années plus tôt, le régime hongrois, qualifié de « socialisme du goulash »1 avait autorisé au sein du système économique socialiste la constitution d’une sorte d’économie mixte et fait appel aux capitaux occidentaux, notamment autrichiens, pour combler les déficits abyssaux des caisses de l’État hongrois. En 1988, le régime communiste avait normalisé ses relations avec l’Église catholique, à nouveau autorisé les ordres religieux et ainsi mis un terme à l’antagonisme profond qui l’opposait à une forte majorité de population catholique. Début 1989, le gouvernement hongrois avait levé l’obligation de visa pour les citoyens hongrois qui voulaient se rendre en Autriche, et vice versa. En mai 1989, ce même régime, pour faire face à la situation catastrophique de l’industrie hongroise, avait proposé aux États occidentaux le rachat de 52 entreprises d’État. La transformation politique du pays avait devancé en sourdine la chute du Mur de Berlin puisque, le 6 octobre 1989, soit largement un mois avant la chute du Mur, le Parti communiste hongrois avait officiellement renoncé à toute référence au communisme avant de se transformer, le lendemain 7 octobre, en Parti socialiste hongrois. Le gouvernement en place décida dès le 19 octobre d’instaurer le multipartisme et la démocratie. Le 23 octobre 1989, soit deux bonnes semaines avant le 9 novembre, était proclamée la République démocratique de Hongrie. Les premières élections libres eurent lieu le 25 mars 1990.

6Au printemps 1989, ce même gouvernement avait procédé à deux actes essentiels : le 2 mai 1989, il avait ordonné le début du démantèlement des installations de défense du rideau de fer, et le 27 juin1989, les ministres autrichiens et hongrois des Affaires Étrangères Alois Mock et Gyula Horn s’étaient retrouvés au poste frontière de Nickelsdorf-Hegyeshalom pour couper officiellement les barbelés du rideau de fer. Cet acte hautement symbolique et politique signifia, pour les Allemands de l’Est, une voie ouverte qui permit à nombre d’entre eux, via la Tchécoslovaquie, puis la Hongrie, de gagner la RFA en traversant le territoire autrichien. Le 10 septembre, les autorités hongroises levèrent en effet l’obligation de visa pour les Allemands de l’Est voulant passer la frontière autrichienne. Quelques-uns seulement au début de l’été 1989, ils furent des centaines, fin septembre et début octobre, à emprunter cette voie qui les conduisait vers la RFA en passant par la Hongrie, puis par l’Autriche, pour fuir le régime est-allemand.

7Cette voie de passage entre l’Est à l’Ouest avait d’ailleurs été mise en valeur et fortement médiatisée par le célèbre « pique-nique paneuropéen » organisé le 19 août 1989 au poste frontière de Sopron sur l’initiative du président du mouvement pan-européen, Otto de Habsbourg, qui avait, semble-t-il, négocié cet événement spectaculaire avec les autorités officielles autrichiennes et hongroises. Ce « pique-nique pan-européen » voulait « accueillir » les citoyens est-allemands au royaume de la liberté.

8Face à une telle intensité de bouleversements politiques et diplomatiques, la chute du Mur de Berlin fut certes perçue en Autriche comme un événement majeur annonçant la fin définitive des régimes socialistes du bloc de l’Est, mais surtout peut-être comme l’un des éléments, parmi d’autres, qui entraînèrent cette fin. Le regard de l’Autriche se porta bien évidemment vers Berlin, mais également, au moins à part égale, vers les énormes bouleversements qui se produisaient simultanément à ses frontières immédiates en Tchécoslovaquie, en Yougoslavie et en Hongrie, comme en Pologne, en Roumanie et en Bulgarie, regards de grande satisfaction mêlés d’une forte dose d’inquiétude quant à la tournure que pouvaient prendre ces bouleversements.

9Vingt ans plus tard, en 2009/2010, l’Autriche a donc commémoré la chute du Mur de Berlin et la réunification allemande, mais plus généralement celle des régimes socialistes et cherché à faire le bilan de ces vingt années de reconstruction qui ont fait passer l’Europe d’une division apparemment insurmontable à une Union Européenne qui dépasse ou s’apprête à dépasser les frontières des anciennes Europe de l’Est et de l’Ouest réunies.

10Si l’Autriche officielle a été représentée lors des célébrations de commémoration de la chute du Mur en la personne du chancelier autrichien Werner Feymann, le gouvernement autrichien n’a, en revanche, publié aucun communiqué officiel relatif à la réunification allemande.

11Tandis que la chute du Mur de Berlin, puis le processus d’unification des deux Allemagnes demeurent des éléments essentiels de l’année 1989-90, la chute simultanée du rideau de fer dans le reste de l’Europe fut très certainement, sous les regards autrichiens, tout aussi importante. En effet, ces regards se tournaient déjà depuis le début de l’année 1988 vers les transformations qui se produisaient dans les pays limitrophes. Après avoir évoqué les événements qui s’étaient produits en Hongrie, voyons l’évolution des autres Etats socialistes voisins de l’Autriche.

12La Tchécoslovaquie, pour sa part, bascula, sous la dénomination de « révolution de velours », vers la démocratie. Sans effusion de sang, le Parti communiste tchécoslovaque démissionna le 24 novembre 1989 ; le 29 décembre, Alexandre Dubcek et Vaclav Havel étaient élus démocratiquement à la tête de l’État tchécoslovaque.

13En Pologne, les premières élections libres et démocratiques avaient eu lieu en juin 1989, donc quatre mois avant la chute du Mur, et le syndicat libre Solidarność avait remporté la victoire. Le 16 août, donc près de trois mois avant la chute du Mur, se formait la première coalition démocratique de la Pologne moderne entre Solidarność et le parti communiste réformé.

14Quant au voisin méridional de l’Autriche, la Slovénie, jusqu’en 1991 partie de la République Fédérative Socialiste de Yougoslavie, elle ne fit pas exception : dès le 17 janvier 1989, soit une dizaine de mois avant la chute du Mur de Berlin et celle du rideau de fer, le comité central des communistes slovènes se déclarait favorable au pluralisme politique, ouvrant ainsi sans heurts la voie à un régime démocratique. Le 25 juin 1991, la Slovénie déclarait son indépendance par rapport à la République yougoslave.

15Ces processus de démocratisation sans heurts et antérieurs ou simultanés à la chute du Mur qui se produisaient dans ces pays limitrophes de l’Autriche ne pouvaient la laisser indifférente. Chacun savait alors que ces États qui retrouvaient la démocratie après quarante ans de dictature communiste étaient encore des plus fragiles et qu’il convenait, de la part des démocraties occidentales, de les soutenir tant sur le plan politique qu’économique et social. Et l’Autriche ne pouvait que se situer au premier rang des préoccupations de ces États.

16Vingt ans plus tard, les manifestations de commémoration des événements de 1989/90 organisées par l’Autriche officielle le furent sur l’initiative du Ministère des Affaires Européennes et Internationales à Vienne qui les regroupa sous un slogan : « Europa 1989 geteilt / 2009 geeint » - « L’Europe divisée en 1989 / unie en 2009 ». Tout un site internet2 présente l’esprit et le contenu de ces manifestations commémoratives. La page d’accueil nous décline l’esprit dans lequel sont conçues ces manifestations :

  • 3 « Die Prozesse, die den ‘sanften’, ‘samtenen und ‘singenden’ Revolutionen zugrunde lagen und die Fo (...)

« Les processus qui ont été à la base des révolutions ‘douces’, ‘de velours’ et les conséquences qu’elles ont eues pour la nouvelle Europe ont encore bien trop peu pénétré dans la conscience de larges couches de population… Très tôt (dès 1956 et 1968), l’Autriche a établi des ponts politiques, diplomatiques et humains permanents avec ‘l’autre Europe’. A l’époque de la guerre froide, elle se situait à la frontière, était toutefois simultanément lieu de rencontres et de franchissements (culturels) de la frontière. Elle a ainsi aidé les hommes et acquis sa réputation internationale. Depuis lors, la fin du rideau de fer constitue le fondement de la position forte qu’occupe l’Autriche dans l’Europe Centrale et du Sud-Est. Ceci fut de fait la condition préalable de l’adhésion de l’Autriche à l’Union Européenne. »3

17Ce texte introductif situe parfaitement la démarche autrichienne par rapport aux événements qui se sont déroulés en 1989/90 ; vus selon la perspective autrichienne, ceux-ci constituent les éléments d’un puzzle, et chacun sait que chaque élément du puzzle, si petit soit-il, reste pour autant essentiel à sa reconstitution intégrale. Ce qui frappe en premier, c’est le fait qu’il soit question ici de la fin du rideau de fer, et non de la chute du Mur de Berlin. Ce déplacement de perspective, ce ‘recentrage’ – en quelque sorte - nous montre bien la différence entre les attitudes allemandes et autrichiennes par rapport à ces événements. Pour l’Allemagne, la chute du Mur de Berlin signifia non seulement la fin d’une division, mais aussi et plus encore le début d’un processus de reconstruction de l’unité nationale ; souvenons-nous des paroles prononcées lors des grandes manifestations d’octobre 89 en RDA : « Wir sind das Volk », puis « Wir sind ein Volk ». Pour l’Allemagne donc, au-delà de la reconstruction de l’unité politique, il s’agissait de réunir les deux parties de la nation. Pour l’Autriche, tel n’était pas le cas puisque l’unité du pays, ou plutôt du peuple ou de la nation, était un fait réel et lentement acquis au cours d’un long processus de prise de conscience nationale entamé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 1989, tous les sondages indiquaient alors que l’existence d’une nation autrichienne n’était plus remise en cause. Dans de telles conditions, le regard de l’Autriche ne pouvait se porter sur elle-même, mais sur l’étranger, et en l’occurrence sur les pays limitrophes. Rien d’étonnant alors que celle-ci, à cause des liens tissés par le passé avec ces pays, se soit principalement tournée vers ses voisins de l’Est.

18Si l’on analyse maintenant le contenu du site internet précédemment évoqué, on constate que les rubriques commémoratives consacrées à l’année 1989 traitent à égalité les sujets suivants : « Allemagne : chute du Mur de Berlin / Autriche : adhésion à l’Union Européenne / Pologne : élections libres / Roumanie : chute de Ceausescu / Tchécoslovaquie : Révolution de velours / Hongrie : frontières ouvertes ». Ceci nous montre que, pour les autorités autrichiennes, la question allemande n’occupa pas une place plus importante que l’évolution politique en Pologne, en Roumanie, en Tchécoslovaquie et en Hongrie. Pour l’Autriche neutre, l’adhésion à l’Union Européenne ne pouvait se concevoir que dans le cadre d’une réunification entre l’Europe de l’Est et l’Europe de l’Ouest. Il s’agissait donc en premier lieu pour elle d’œuvrer d’abord à la consolidation des régimes politiques nouvellement installés dans les pays limitrophes, puis ou plutôt simultanément à la reconstruction économique et sociale de ces États avant de parvenir à la constitution d’une Europe unie.

19Dans une autre rubrique du site, les ambassadeurs des pays précédemment cités prennent la parole, commentent les événements dans leurs pays respectifs et offrent ainsi au public autrichien une perspective en provenance de l’Est. Dans la rubrique suivante, on peut voir des photos prises vingt ans après ces événements, donc en 2009, le long de la frontière entre l’Autriche et ces pays, photos édifiantes sur les changements d’atmosphère le long de la frontière entre 1989 et 2009.4

20Quant aux réactions de la presse autrichienne par rapport à ces événements, elles furent essentiellement de nature informative ; les journaux d’opinion, tels qu’ils existaient encore il y a une vingtaine d’années, avant la chute du Mur, ont tous disparus, ainsi les quotidiens de gauche tels que le Arbeiterzeitung social-démocrate ou encore la Volksstimme communiste qui ont cessé de paraître à la fin des années 80 ou au début des années 90. Le grand quotidien conservateur-libéral Die Presse, longtemps porte-parole d’un libéralisme modéré, a été confronté à la fin des années 80 à un nouveau type de quotidien jusqu’alors inconnu en Autriche, Der Standard, quotidien qui s’est voulu, dès les débuts de sa parution, « objectif » et qui donc, de ce fait, s’est contenté et se contente encore de relater les faits d’actualité sans les commenter, ou du moins en évitant les prises de position partisanes. Face à ce que l’on serait tenté de qualifier de perte ou d’absence de positions idéologiques incarnées par un journal de ce type, le quotidien autrichien Die Presse, afin de ne pas perdre trop de lecteurs centristes ou de centre-gauche, a ainsi lui aussi renoncé à publier des positions affirmées pour se contenter de relater les faits. Par ailleurs, le seul grand hebdomadaire autrichien, Profil, a en quelque sorte emboîté le pas des quotidiens et s’est largement aligné sur la ligne que ceux-ci avait adoptée. Cette évolution du discours de la presse autrichienne actuelle ne saurait étonner lorsque l’on prend en considération le fait que la plupart des organes de presse autrichiens sont, depuis quelques années, passés sous contrôle des grands groupes de presse allemands dont ils sont désormais abondamment le relais.

21Pour l’essentiel, la presse autrichienne se contente donc largement de relater la chronologie des événements à Berlin en s’abstenant de tout commentaire engagé.

22Dans de telles conditions, l’on ne peut s’étonner du manque, voire de l’absence de réflexion critique vis-à-vis de la chute du Mur comme de la réunification allemande. Ces deux événements capitaux de la fin du vingtième siècle, événements-clés de l’histoire européenne actuelle, ne sont donc que très rarement et brièvement thématisés dans la presse autrichienne.

23Parmi les quelques commentaires critiques vis-à-vis de ces événements, certains thèmes reviennent de manière récurrente. Ainsi le chômage : suite aux déclarations de Thomas de Maizière, ministre allemand de l’Intérieur, qui présentait la réunification allemande comme une « success-story », le Standard souligne au contraire les aspects négatifs :

  • 5 « Größtes Problem der neuen Länder bleibt auch zwanzig Jahre nach der Wiedervereinigung die Arbeits (...)

« Le problème majeur des nouveaux Länder reste, vingt ans après la réunification, le chômage. Celui-ci n’est certes plus deux fois plus élevé qu’en Allemagne de l’Ouest, il est toutefois en moyenne toujours bien plus élevé que dans les anciens Länder – en août 2010 de 6,6 % à l’Ouest, de 11,5 % à l’Est. »5

24Et comme pour bien souligner les difficultés économiques que pose cette réunification, le journaliste poursuit :

  • 6 « Auch bei anderen relevanten Wirtschaftsdaten zeigt sich : Der Osten holt auf, Gleichstand gibt es (...)

« On le voit sur d’autres données économiques significatives : l’Est rattrape son retard, mais on est encore bien loin de l’égalité. Le Produit Intérieur Brut par habitant se situe actuellement à 73 % du niveau moyen ouest-allemand, ce que de Maizière qualifie de ‘petit miracle économique’. Il y a vingt ans, il s’élevait encore à 43 %. Dans le même laps de temps, le revenu moyen annuel d’un Allemand de l’Est est passé de 8.156 à 15.536 euros. »6

25La critique est évidente : quoi que puisse affirmer Thomas de Maizière, les faits sont là ; et le journaliste les mentionne afin de mettre, pour les lecteurs autrichiens, un bémol à la « success-story » répandue par les autorités officielles allemandes. Cette dernière information concernant le PIB dans les nouveaux Länder ne peut que faire frémir le lecteur autrichien lorsque l’on sait que le PIB moyen atteint en 2010 plus de 30.000 euros en Autriche et que ce même BIP par habitant s’élève pour l’ensemble de l’Allemagne à plus de 28.000 euros.

  • 7 1. Juli 1990, Fernsehansprache von Bundeskanzler Kohl anlässlich des Inkrafttretens der Währungs-, (...)

26Ce même type de critiques se retrouve dans les « Salzburger Nachrichten ». Le quotidien de Salzbourg s’empare de l’expression « blühende Landschaften », « paysages en fleurs », expression créée par Helmut Kohl le 1er juillet 1990 à l’occasion d’un discours prononcé devant le Bundestag lors de l’entrée en vigueur de l’Union économique et monétaire entre les deux Allemagnes7, et la met à l’épreuve des vingt années qui nous sépare en 2010 des propos du chancelier allemand. Et les Salzburger Nachrichten énumèrent alors une série de points qui viennent largement remettre en cause ces propos de « paysages en fleurs ». Y est d’abord évoquée la question de la productivité des nouveaux Länder dont on souligne qu’elle a, certes, quasiment doublé en vingt ans, mais qu’elle n’atteint toutefois que 78 % du niveau de la productivité ouest-allemande. Le quotidien relève au passage le fait qu’il n’y ait, dans les nouveaux Länder, aucun siège de grands groupes industriels allemands et que BMW, Siemens ou Allianz préfèrent encore Munich aux nouveaux Länder pour y asseoir leurs activités. Enfin, il souligne le phénomène de la migration des jeunes diplômés de l’Est vers l’Ouest. Il nous relate certes le fait que le nombre des bacheliers à l’Est a été, durant ces vingt années, multiplié par trois, mais fait aussitôt remarquer que la plupart des jeunes diplômés – et surtout les femmes – quittent leur pays et laissent derrière eux des contrées quasi désertifiées.

27Un second article publié dans les Salzburger Nachrichten tire un bilan sans appel de ces vingt années de réunification :

  • 8 « 20 Jahre nach der Wiedervereinigung hat Deutschland zwar eine ostdeutsche Bundeskanzlerin. Doch i (...)

« Vingt ans après la réunification, l’Allemagne a certes une chancelière issue d’Allemagne de l’Est. Mais son gouvernement est allemand de l’Ouest. Il y a certes depuis peu en Basse-Saxe la première femme ministre d’Allemagne de l’Est. L’élite économique ne se compose presque que d’Allemands de l’Ouest. Dans la ligue fédérale de football, il n’y a plus de club est-allemand. Par contre, en ce qui concerne les interventions de la Bundeswehr, l’armée fédérale allemande, à l’étranger, les Allemands de l’Est sont surreprésentés. Ils représentent près de la moitié des soldats en Afghanistan. »8

28La conclusion de l’article est encore bien plus sévère :

  • 9 « Der Mauerfall hat zu einem Massenexodus von 1,7 Millionen Menschen aus dem Osten geführt. Die mei (...)

« La chute du Mur a entraîné un exode massif de 1,7 millions de personnes qui ont quitté l’Est. La plupart d’entre elles ont atterri dans les Länder du bien-être que sont la Bavière ou le Bade-Wurtemberg. »9

29La conclusion est d’autant plus brutale que ce chiffre de 1,7 millions de personnes qui auraient quitté les nouveaux Länder depuis 1990 correspond à peu près au chiffre total des Allemands de l’Est ayant quitté la RDA entre 1949 et 1961. Si l’on suit ainsi le raisonnement du journaliste, la réunification allemande se solderait alors par un échec cinglant.

  • 10 « Hauptstadt mal zwei : Ost ist Ost und West ist West » dans Die Presse, 06.11.2009.

30Bien que rares, certains commentaires de la presse autrichienne soulignent également le fait que la chute du Mur de Berlin n’a pas entraîné de véritable réunification de la capitale. Le 6 novembre 2009, le quotidien Die Presse titrait : « Capitale multipliée par deux : l’Est c’est l’Est et l’Ouest c’est l’Ouest »10. Dans cet article, le journaliste souligne le fait que les différences continuent d’exister entre les deux parties de la ville :

  • 11 « Viele Bewohner der Hauptstadt leben jedoch weiterhin stur in West oder Ost, kommen in ihrem Allta (...)

« Bien des habitants continuent à vivre de manière obstinée à l’Ouest ou à l’Est, et ne viennent que rarement au quotidien dans l’autre partie de la ville… A l’inverse, il y a suffisamment de gens à l’Ouest qui sont nostalgiques du passé. Avec le tournant, prit fin non seulement Berlin-Est, mais aussi Berlin-Ouest qui représentait une sorte d’île des bienheureux au milieu de la RDA. »11

31Le journaliste y souligne le fait que Berlin aurait ainsi perdu son caractère de laboratoire intellectuel et déplore le dédoublement encore existant de nombreuses institutions :

  • 12 « Nicht zuletzt gibt es infolge der Teilung in Berlin auch heute noch die meisten Angebote doppelt, (...)

« Suite à la division de Berlin, la plupart des offres sont en double, même si leur financement est difficile : deux universités, deux zoos et même trois opéras. Si le Berlinois ne le veut pas, il ne doit jamais obligatoirement se rendre dans l’autre moitié de la ville. »12

La critique, y compris économique, est évidente.

  • 13 Kohl würdigt Rolle Österreichs im Wendejahr 1989, dans Salzburger Nachrichten, 1. November 2009.

32La presse autrichienne souligne par ailleurs, à travers les déclarations de l’ancien chancelier Helmut Kohl, le rôle non négligeable joué par l’Autriche dans ce que l’on serait tenté d’appeler les préparatifs de la chute du Mur. Dans une interview au quotidien Kleine Zeitung de Graz, largement reprise par les autres organes de presse autrichiens, l’ex-chancelier Kohl déclarait que « le fait que mon ami Alois Mock ait soutenu dès le départ la voie vers l’unité allemande a été particulièrement favorable. »13 Et faisant allusion au cisaillement du rideau de fer le 27 juin 1989 à la frontière austro-hongroise, il commentait l’événement en ces termes :

  • 14 « Mock und Horn brachten mit ihrer symbolischen Geste das SED-Regime weiter in Bedrängnis. Das war (...)

« Mock et Horn, par leur geste symbolique, ont mis le régime de la SED encore plus dans l’embarras. Pour beaucoup de gens en RDA, ce fut le signal du départ… »14

  • 15 « Eine große Stunde in unserer Geschichte, auch eine große Stunde in der Geschichte der Burgenlände (...)

33Dans cette même interview, H. Kohl fit également l’éloge du « pique-nique paneuropéen » précédemment évoqué qu’il qualifia de « grande heure de notre histoire, et de grande heure de l’histoire des habitants du Burgenland »15. Ces paroles émanant du principal artisan de la réunification allemande largement relayées par l’ensemble des quotidiens autrichiens ne purent que flatter l’opinion publique autrichienne.

34Au-delà de ces considérations politiques et culturelles, il est un domaine dans lequel la chute du Mur de Berlin et, de manière plus générale, la disparition du rideau de fer, ont eu et ont encore pour l’Autriche, vingt ans plus tard, des conséquences tangibles et immédiates, à savoir l’ouverture de l’espace économique est- et sud-est-européen. Pour l’Autriche, pays en quelque sorte « enclavé » entre la Tchécoslovaquie, la Hongrie et la Yougoslavie communistes, l’essentiel des relations économiques, et notamment des exportations, se faisaient, jusqu’à la fin des années 80, avec les pays de l’Europe de l’Ouest, et principalement avec l’Allemagne Fédérale. La disparition du rideau de fer lui ouvrit de nouvelles opportunités dont elle ne tarda pas à faire usage. Ainsi, dès 1990, on vit le commerce extérieur autrichien « se réorienter » en direction des pays de l’Est et on assista à un déplacement de l’activité exportatrice de l’Autriche de l’Ouest vers l’Est.

35En 2008 par exemple, le pourcentage des exportations autrichiennes en Europe Centrale et en Europe de l’Est s’élevait à 23,2 % ; en 2009, celui-ci, du fait de la récession économique, a légèrement diminué, et n’atteint plus que 21,3 %, mais les chiffres pour 2010 et 2011 indiquent de nouveau une augmentation des exportations autrichiennes en direction de l’Europe de l’Est.

36Par ailleurs, les chiffres montrent que, durant les vingt années qui ont suivi la chute du Mur, l’économie autrichienne a largement investi dans les pays d’Europe de l’Est et du Sud-Est. Ainsi, en 2002 par exemple, l’Autriche a investi 3 milliards d’euros en Europe de l’Est, soit environ dix pour cent de tous les investissements étrangers dans cette région. Le principal pays bénéficiaire de ces investissements autrichiens fut la République Tchèque. En outre, l’Autriche, en 2007, était le premier pays investisseur dans trois pays : la Slovénie, la Croatie et la Bulgarie, sans oublier l’abondance des liens économiques et financiers qui l’unissent à la Hongrie16.

37En conclusion, si, en 1989/90, l’Autriche n’a pas manqué de considérer la chute du Mur de Berlin et la fin du rideau de fer avec une certaine inquiétude, elle a perdu, vingt ans après, ses peurs vis-à-vis d’une Allemagne réunifiée ; elle a saisi qu’il n’existait plus, comme par le passé, de « danger allemand » et que la crainte d’une nouvelle annexion, ne fût-elle qu’économique, était sans fondement. Désormais située au centre géographique et géopolitique de l’Union Européenne, elle parvient peu à peu, depuis la disparition du rideau de fer, à retrouver sa position centrale tant par rapport à l’Europe de l’Ouest que par rapport à l’Europe de l’Est. En matière économique, sa politique d’investissements directs dans les pays limitrophes de l’Est lui permet aujourd’hui de rééquilibrer ses échanges commerciaux. Car même si l’Allemagne réunifiée reste, et de loin, son premier partenaire commercial, cette relation cesse d’être exclusive pour laisser place à une large diversification des échanges. Ainsi semble se résoudre la difficile question de la « viabilité » de l’État autrichien, question cruciale de son histoire depuis le démantèlement de l’empire austro-hongrois, voire depuis les luttes d’influence du dix-neuvième siècle entre la Prusse puissance montante et l’Autriche épuisée par plusieurs siècles de règne sur la Mitteleuropa.

Haut de page

Notes

1 L’expression « socialisme du goulash » fait référence à la politique pratiquée par Janos Kadar, premier ministre hongrois qui instaura, après 1968, un régime socialiste plus souple que celui de Moscou, introduisant déjà une série de réformes économiques libérales dans des structures communistes.

2 www.1989-2009.at

3 « Die Prozesse, die den ‘sanften’, ‘samtenen und ‘singenden’ Revolutionen zugrunde lagen und die Folgen, die sie für das neue Europa hatten, sind aber noch viel zu wenig ins Bewusstsein breiter Bevölkerungsschichten gedrungen. [...] Österreich hat früh (schon 1956 und 1968) und dauerhaft politische, diplomatische und menschliche Brücken zum ‘anderen’ Europa geschlagen. Es lag in der Zeit des Kalten Kriegs an der Grenze, war gleichzeitig Ort für Begegnungen und für (oft kulturelle) Grenzüberschreitungen. Es hat damit Menschen geholfen und internationale Reputation erworben. Seither ist das Ende des ‘Eisernen Vorhangs’ die Grundlage für die starke österreichische Position in Mittel- und Südosteuropa. Dies war de facto die Voraussetzung für die Mitgliedschaft Österreichs in der EU. » Cf. http://www.1989-2009.at/?story=1

4 Cf. http://www.1989-2009.at/?story=26

5 « Größtes Problem der neuen Länder bleibt auch zwanzig Jahre nach der Wiedervereinigung die Arbeitslosigkeit. Diese ist zwar nicht mehr doppelt so hoch wie in Westdeutschland, liegt aber im Schnitt immer noch deutlich höher als in den alten Bundesländern - im August 2010 bei 6,6 Prozent im Westen, bei 11,5 Prozent im Osten. » Deutsche Einheit – Der Osten holt auf, dans Der Standard, 22. September 2010.

6 « Auch bei anderen relevanten Wirtschaftsdaten zeigt sich : Der Osten holt auf, Gleichstand gibt es aber noch längst nicht. Das Bruttoinlandsprodukt (BIP) je Einwohner liegt jetzt bei 73 Prozent des westdeutschen Durchschnittsniveaus, was de Maizière als ‘kleines Wirtschaftswunder’ bezeichnet. Vor zwanzig Jahren betrug es noch 43 Prozent. Das durchschnittliche Jahreseinkommen eines Ostdeutschen stieg im gleichen Zeitraum von 8156 auf 15.536 Euro. » Ibidem.

7 1. Juli 1990, Fernsehansprache von Bundeskanzler Kohl anlässlich des Inkrafttretens der Währungs-, Wirtschafts- und Sozialunion, http://helmut-kohl.kas.de/index.php?msg=555.

8 « 20 Jahre nach der Wiedervereinigung hat Deutschland zwar eine ostdeutsche Bundeskanzlerin. Doch ihr Kabinett ist westdeutsch. Immerhin gibt es in Niedersachsen seit Kurzem die erste Ministerin aus Ostdeutschland. Die wirtschaftliche Elite besteht fast nur aus Westdeutschen. In der Fußball-Bundesliga gibt es keinen ostdeutschen Klub mehr. Bei den Auslandseinsätzen der Bundeswehr dagegen sind die Ostdeutschen überrepräsentiert. Sie stellen fast die Hälfte der Soldaten in Afghanistan. » Blühende Landschaften nach 20 Jahren, dans Salzburger Nachrichten, 9. November 2009.

9 « Der Mauerfall hat zu einem Massenexodus von 1,7 Millionen Menschen aus dem Osten geführt. Die meisten sind in den Wohlstands-Bundesländern Bayern und Baden-Württemberg gelandet. » Ibidem.

10 « Hauptstadt mal zwei : Ost ist Ost und West ist West » dans Die Presse, 06.11.2009.

11 « Viele Bewohner der Hauptstadt leben jedoch weiterhin stur in West oder Ost, kommen in ihrem Alltag nur selten in den anderen Stadtteil. Umgekehrt gibt es im Westen der Stadt genügend Leute, die der Vergangenheit noch nachtrauern. Mit der Wende endete ja nicht nur Ost-, sondern auch Westberlin, das eine Art Insel der Seligen in der DDR darstellte. » Ibidem.

12 « Nicht zuletzt gibt es infolge der Teilung in Berlin auch heute noch die meisten Angebote doppelt, wenngleich deren Finanzierung schwierig ist : zwei Univeristäten, zwei Zoos, sogar drei Opern. Wenn der Berliner nicht will, muss er nie zwingend in die andere Stadthälfte. » Ibidem.

13 Kohl würdigt Rolle Österreichs im Wendejahr 1989, dans Salzburger Nachrichten, 1. November 2009.

14 « Mock und Horn brachten mit ihrer symbolischen Geste das SED-Regime weiter in Bedrängnis. Das war für viele in der DDR das Signal zum Aufbruch … » Ibidem.

15 « Eine große Stunde in unserer Geschichte, auch eine große Stunde in der Geschichte der Burgenländer. » Ibidem.

16 Voir à ce sujet : http://international.fiducial.biz/fr/pays/autriche/chiffres-du-commerce#classification_by_country

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Grelle, « L’Autriche face à la réunification allemande », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 08 novembre 2012, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://mimmoc.revues.org/880 ; DOI : 10.4000/mimmoc.880

Haut de page

Auteur

Gérard Grelle

Université de Limoges, Espaces Humains et Interactions Culturelles EHIC (EA 1087)
Maître de Conférences en civilisation germanique à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Limoges (1991-), spécialiste de civilisation autrichienne (histoire politique, économique et sociale)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page