Skip to navigation – Site map

Presentation

Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain. Cahiers du MIMMOC is a free access online review published by the MIMMOC (Mémoires, Identités, Marginalités dans le Monde Occidental Contemporain) research team, a laboratory at the Poitiers University Faculty of Litterature and Languages, located at the Maison des Sciences de l'Homme et de la Société de Poitiers.

The main thematical lines of the MIMMOC research team are inscribed in the structures formed during the modern period by the changes at the end of the 18th century : memory of multiple traditions following the collapse of a culture founded on the divine: identities based on the recognition of subjectivity and self-determination for individuals; marginalities resulting from the collapse of traditional Ancien Régime society. Crises, disruption and continuity from the end of the 18th century to today form the corps of our research.

Latest issue
17 | 2016
La politique étrangère de la RFA (1974-1990)

Strategien und Grenzen der deutschen Außenpolitik (1974-1990)

Avant-propos

Les articles qui composent ce dossier ont pour objectif d’explorer les lignes de force de la politique étrangère menée par la République Fédérale d’Allemagne (RFA) du milieu des années 1970 à la fin des années 1980. Les différentes contributions examinent le rayonnement international de la RFA à travers l'évolution sur la période des politiques définies - politique culturelle, de sécurité et défense, aussi bien que sous l'angle géopolitique des relations extérieures avec les États-Unis, la France, l'URSS ou encore l’ex-Yougoslavie.

Spécialiste de l’histoire des relations franco-allemandes aux XXe et XXIe siècles et des processus de réconciliation en Europe, Corine Defrance introduit son analyse de la politique culturelle extérieure de la RFA depuis 1974 par un rappel des grands principes de la réforme entreprise pendant les années Brandt autour du concept de culture élargi (Erweiterter Kulturbegriff). Elle questionne le cœur politique d’une politique culturelle extérieure renouvelée et la volonté de poursuivre ou non la réforme entreprise afin de mesurer son degré d’application par la suite jusqu’en 1990, ainsi que les conséquences d’une réforme souvent guettée par la concurrence germano-allemande et le repli sur des conceptions plus traditionnelles. En conclusion, C. Defrance interroge l’enjeu crucial d’une politique culturelle qui a servi l’œuvre de rapprochement et de réconciliation de l’Allemagne avec ses voisins après « l’effondrement civilisationnel » de la période nazie et de la Seconde Guerre mondiale. 

Américaniste, Maud Quessard travaille sur le soft power et la diplomatie publique américaine. Sa contribution porte sur les relations germano-américaines des années 1980 qui constituent une priorité pour la diplomatie américaine reaganienne au cœur des enjeux de guerre froide et permettent de dégager deux types de stratégies relevant du soft power : celles de crise ou de guerre froide, qui nécessitent des réponses pragmatiques immédiates, et a contrario celles du long terme, des échanges et des relations interpersonnelles. M.Quessard montre en particulier comment le « temps long, opérationnel et structurel » de la diplomatie publique, et des stratégies mises en œuvre par les agents de l’information américains, se distingue du « temps court » et des réponses pragmatiques à apporter face aux crises internationales conjoncturelles, militaires ou politiques. 

Spécialiste de l’histoire de la guerre froide, Ulrich Pfeil s’intéresse aux relations extérieures de la République Fédérale avec l’URSS depuis Willy Brandt jusqu’à Helmut Kohl, retraçant ainsi le chemin qui mena de la « nouvelle politique à l’Est » (Neue Ostpolitik) au processus d’unification. Le mandat du chancelier Helmut Schmidt apparaît alors comme une phase de transition entre deux moments décisifs, marquée par la volonté de Bonn comme de Moscou de ne pas rompre le fragile équilibre de la guerre froide, en dépit de l’échec de la politique de détente depuis les années soixante-dix et de la course au réarmement. U.Pfeil souligne en particulier l’importance de la normalisation des relations germano-soviétiques jusque dans les années 1980 sur le plan diplomatique mais également économique. Le climat de confiance ainsi élaboré par-delà les différences de point de vue a ensuite permis l’unification rapide de l’Allemagne. 

Germaniste de formation et docteur en Histoire des Relations internationales, Julien Thorel rappelle le rôle qu´a joué, dans l'affrontement bipolaire entre les deux camps, le « tiers-monde », rassemblé à partir de 1961 au sein de ce que l'on désigne comme le « mouvement non-aligné » (blockfrei en allemand). L’exemple de la République fédérale de Yougoslavie, membre fondateur et chef de file de ce mouvement, permet de mieux saisir le champ d’application de la politique ouest-allemande - et occidentale de manière générale – à l'égard des pays non-alignés, en particulier dans le cadre de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE). Les pays non-alignés ont constitué, jusqu’à l’érosion du bloc socialiste dans le sillage de l’Ostpolitik et du processus de Détente, un véritable enjeu diplomatique entre les deux camps, dont l’objectif était la victoire idéologique mondiale, celle d’un modèle socio-économique, d’une culture politique. J.Thorel distingue dans l'évolution de la politique yougoslave de la RFA entre 1974 et 1989 trois phases, marquées par deux césures : le décès du Maréchal Tito en 1980 et l'arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev en Union soviétique en 1985. Si la politique yougoslave de la RFA sur la période de 1974 à 1989 a oscillé entre un soutien bienveillant et un renforcement des liens politiques, économiques et culturels, la normalisation des relations germano-yougoslaves fut cependant l’un des signes avant-coureurs du « changement par le rapprochement » qui constitue sur la période le cœur de la stratégie de Bonn à l’égard du bloc oriental. 

Les années 1980 représentent à la fois une clôture et un moment charnière du XXe siècle : en elles s’incarne la fin progressive d’un ordre mondial ancien autant que se profilent les premiers soubresauts qui, de la Pologne à l’URSS, préfigurèrent le grand bouleversement à venir. Cette période se révèle aujourd’hui capitale en ce qu’elle représente la dernière décennie sous le signe du partage de l’Allemagne et de l’affrontement d’un monde bipolaire.  
Les années 1980 constituent par ailleurs un champ d’investigation dont l’intérêt s’est trouvé récemment renouvelé. Si l’accès aux archives fut rapide pour la réunification allemande, ce ne fut pas le cas pour les archives des Affaires étrangères des puissances victorieuses de 1945 qui ont mis plus de temps à s’ouvrir. L’accès aux principales archives publiques est désormais possible depuis 2010 (après observation du délai de rigueur de 30 ans), et en ce qui concerne l’histoire de la République Fédérale, on redécouvre dans le même temps une période largement occultée par les événements de l’automne 1989 et le processus d’unification de l’Allemagne qui s’ensuivit. Pour l’Allemagne occidentale, il s’agit des dernières heures de la république de Bonn avant que n’advienne celle de Berlin, puisque c’est en 1990 que se réalise la levée des dispositions provisoires héritées de la fin de la guerre. 

Il y a donc bien un jalon chronologique majeur à l’horizon de cette décennie, impossible à ignorer : la chute du Mur de Berlin. Historienne spécialiste de l’Allemagne au XXe siècle, Chantal Metzger s’attache en conclusion de ce dossier, à analyser l’événement à la lumière des récentes publications qui ont su montrer, comme l’ont fait Maurice Vaïsse et Christian Wenkel (Paris, Tallandier, 2013) pour le cas de la réaction de la diplomatie française, que certain mythe, tel celui de l’hostilité ou du moins de la réticence de François Mitterrand à l’idée de l’unification allemande, ne saurait trouver confirmation dans les archives, désormais ouvertes. En étudiant les différents points de vue des puissances engagées et en s’efforçant de souligner, par l’attention portée à une chronologie serrée, la dynamique des relations internationales au moment de l’unification, l’analyse conclut à « l’événement le plus important en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale » qui « constitue même le dernier acte d’une tragédie européenne qui rétrospectivement couvrit presque la totalité du siècle. »